Accueil > Tous les numéros > N° 32 - École et handicap > Les « surdoués », handicapés ?

Les « surdoués », handicapés ?

mardi 12 juin 2012, par Greg

Depuis un peu plus de vingt ans, les pays européens ont défini un cadre commun de traitement du handicap, notamment en milieu scolaire. Aujourd’hui, l’intégration dans l’institution éducative des élèves présentant des difficultés est enfin en passe de devenir une norme. Et on ne peut que s’en féliciter.

Parmi les textes cadre définissant l’accueil des handicapés, on trouve notamment La Déclaration de Salamanque et Cadre d’action pour l’éducation et les besoins éducatifs spéciaux (7-10 juin 1994). Et voilà ce qu’elle nous dit : « 3. L’idée principale qui guide ce Cadre d’action est que l’école devrait accueillir tous les enfants, quelles que soient leurs caractéristiques particulières d’ordre physique, intellectuel, social, affectif, linguistique ou autre. Elle devrait recevoir aussi bien les enfants handicapés que les surdoués [...] »

On ne peut que s’interroger que soient mentionnés les « surdoués » côte à côte avec les handicapés. En toute logique un élève « surdoué » devrait évoluer le plus facilement du monde dans le milieu des apprentissages puisque justement… il est surdoué !

Au lieu de ça, en recherchant un peu sur Internet, on trouve que sont bien souvent liés « handicap » et « surdoué ». Il y a même des sites de psychologues scolaires qui classent tout simplement le cas des élèves « en avance » au milieu des handicaps. Au regard de ceci, il devient évident que, au-delà du handicap, ce qui pose problème au système scolaire c’est bien tout ce qui sort de la norme.

En effet l’éducation telle qu’elle est conçue est avant tout une machine à créer de la normalisation, et c’est ainsi que les « surdoués » posent souci et que l’on finit paradoxalement par les classer dans les handicapés. Face à cette éducation de la « normalité » il est nécessaire de pratiquer et de revendiquer une autre pédagogie qui, au lieu de placer les programmes au centre du système éducatif, y replace l’enfant.

C’est en partant de ce que chacun sait déjà faire qu’on peut réaliser des apprentissages concrets et épanouissants, et non pas en stigmatisant tous ceux qui sortent un peu du cadre. Qu’ils soient handicapés, surdoués, ou pas !

Alexandre Pouch

Quelques références :

Parcours scolaire des élèves intellectuellement précoces ou manifestant des aptitudes particulières à l’école et au collège, Circulaire n°2007-158 du 17 octobre 2007.

Guide d’aide à la conception de modules de formation pour une prise en compte des élèves intellectuellement précoces, Circulaire n° 2009-168 du 12 novembre 2009. Ces documents sont en lien sur le site de la revue : www.cnt-f.org/nautreecole

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0