Accueil > La revue > Nouveautés lecture > Lectures jeunesse > Dossier : littérature jeunesse, filles et femmes, mauvais genre (...) > Le garçon qui aimait les bébés, Rachel Hausfater-Douïeb

Le garçon qui aimait les bébés, Rachel Hausfater-Douïeb

vendredi 26 mars 2010, par Greg

Les garçons aiment aussi les bébé

Martin aime les bébés depuis toujours et son stage
de 3° dans une crèche lui vaut les moqueries de sa
classe. Au lycée, il rencontre Louise ; ils sont heureux
(et nous aussi pour eux) ; ils font l’amour ; Louise
pleure et regrette ; elle s’éloigne de Martin et ne vient
plus au lycée.
Louise est enceinte et c’est la catastrophe. A Martin
qui découvre sa grossesse, elle annonce qu’avec sa
mère, elle a pris la décision d’accoucher sous X : « Ça
veut dire que j’accouche sans donner mon nom, qu’on
me prend le bébé et que je pars libre. » Martin, qui
attendait ce bébé depuis toujours, s’oppose à la naissance sous X et
réussira à prendre en charge le bébé... Ce roman à la fois tendre et
douloureux, est facile et agréable à lire sur le plan formel : écriture,
vocabulaire, longueur. Mais sa densité psychologique et sa forme
ramassée le destine cependant aux lycéens et aux élèves les plus
mûrs du collège.
Les chemins et les questions que ce roman propose sont forts : la posture traditionnelle des garçons face aux comportements « réservés »
aux filles (1)
, l’amour fusionnel de deux adolescents, l’absence de plaisir
et la douleur de Louise, le refus de sa maternité : « j’avais tant de projets, tant de rêves... Je voulais passer mon bac, devenir avocate, vivre
en Amérique ! Pas être grosse. Pas devenir mère. Pas me retrouver
coincée, ratée, foutue ! ». Il y a aussi le bonheur simple de Martin avec
les enfants et son aboutissement dans la paternité parce qu’il y a eu
« les rires... le soleil... la haine... la surprise... l’attente... la bataille... »
et cette trajectoire de Martin qui est écrite et inscrite depuis son
enfance dans l’absence tue de sa soeur morte à la naissance. Cette
construction romanesque, qui aurait pu être psychologisante et téléphonée, ne nuit pas à ce beau roman qui parle juste et réussit à ne
véhiculer aucun stéréotype, restant dans le parcours individuel et
intime des personnages.

Le garçon qui aimait les bébés, Rachel Hausfater-Douïeb, Éditions
Thierry Magnier (roman), 2003, 73 p., 7 euros.

(1) 1 – Une copine prof de SVT ("sciences de la vie et de la terre" - biologie / géologie) me relatait il y a quelques jours comme les ados qui semblent enfermés dans
la norme et les représentations, peuvent cependant y échapper. Elle me racontait l’étonnement et même la stupéfaction des filles quand la collègue emmenait
la classe visiter une crèche et que les filles découvraient l’attitude ouverte et sympathique des garçons devant les petits... Les élèves avaient auparavant rencontré des professionnels de santé sur les questions de sexualité et contraception.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0