Syndicat interprofessionnel de la presse, des médias, de la culture et du spectacle

Un syndicalisme autogestionnaire et sans permanent

Coronavirus : soutien aux précaires !

La pandémie de Covid-19 qui frappe en ce moment l’ensemble de la planète oblige les industries de la presse, des médias, de la culture et du spectacle à prendre, à l’instar des organisations d’événements attirant un public important, des mesures de télétravail, de report ou d’annulation d’activités. La pandémie, parce qu’elle menace directement la vie des personnes à la santé la plus fragile, oblige l’ensemble de la société à en prendre la pleine mesure. Nous en prenons acte.

Cette crise sanitaire interroge une nouvelle fois le mode de développement qui a cours à l’heure actuelle. La libre circulation des marchandises à travers l’ensemble du globe, au mépris de toute logique écologique, est donc aussi un enjeu sanitaire. Mais elle interroge aussi le mode de répartition des richesses qui a cours en économie capitaliste. Les professions de santé qui doivent engager une bataille sanitaire pour sauver le plus possible de vies le savent déjà bien assez. Casser le système de soin hérité des luttes des travailleuses et travailleurs, comme l’ensemble des conquêtes sociales, pour permettre à chacune et à chacun de vivre protégé de la misère et de la maladie, c’est se trouver dépourvu quand arrive une crise sanitaire.

Pour nous, travailleuses et travailleurs de la presse, des médias, de la culture et du spectacle, cette crise sanitaire et les mesures de confinement ont aussi une autre traduction : les annulations de publications, de spectacles, d’événements peuvent être pour les plus précaires d’entre nous des pertes de piges, de prestations et de cachets. Sans aucune garantie qu’il ne s’agisse que d’un report d’activité. Pour des travailleuses et travailleurs économiquement fragiles, il s’agirait d’abord d’une perte sèche de salaire que bien peu d’entre nous peuvent se permettre, mais ce serait aussi la perspective de longs et difficiles échanges avec les services compétents pour le décompte des heures cotisées et le renouvellement de nos droits.

Pour ces raisons, nous exigeons  :
★ Le maintien des salaires, et donc des piges, prestations, CDD et cachets prévus ou la compensation intégrale par l’État ;
★ La déclaration par les entreprises des arrêts de travail pour garde d’enfants et du chômage partiel pour tous les précaires ;
★ Le report des dates anniversaires pour les intermittents et intermittentes et le maintien inconditionnel des indemnités chômage ;
★ L’annulation des décrets sur l’assurance chômage qui ont dégradé les conditions et les montants d’indemnisation.

Aux difficultés subies à des degrés divers par l’ensemble de la population ne doit pas s’ajouter, pour nous, une plus grande inconnue sur notre avenir économique. Cette réalité est partagée par tous et toutes les travailleurs et travailleuses en contrats précaires, dans tous les domaines d’industrie.

Que toutes les mesures soient prises pour contrer cette pandémie et protéger les vies des plus fragiles. Mais que les travailleuses et travailleurs précaires ne soient pas une nouvelle fois les variables d’ajustement du système. Plus que jamais, travaillons tous et toutes, moins et autrement. Sans oublier de se syndiquer, pour ne pas rester seuls face aux difficultés à venir !

Lire la suite

Articles les plus récents

  • Précarité

    Chômage partiel : ce que contient le décret du 16 avril

    Grâce à une mobilisation intersyndicale unitaire exemplaire, un décret concernant la mise en place du chômage partiel – désormais appelé «  activité partielle  » – pour un certain nombre de travailleurs et de travailleuses a été obtenu.
    Trois semaines après l’ordonnance du 27 mars modifiant le code du travail, ce décret précise (enfin  !) la façon dont le chômage partiel doit s’appliquer aux «  journalistes pigistes, aux salariés à domicile (...)

  • Précarité

    Protéger les journalistes rémunéré·e·s à la pige, quoi qu’il en coûte

    Le SIPMCS-CNT est signataire de cet appel pour faire respecter les droits des journalistes rémunéré·e·s à la pige. Une démarche unitaire pour que les éditeurs de presse ne s’exonèrent pas de leurs obligations d’employeurs envers les plus précaires. Pour éviter que la crise sanitaire se double d’une crise sociale, égalité de traitement pour toutes et tous !
    « Aucune Française, aucun Français ne sera laissé sans ressources. (…) Nous serons au rendez-vous pour que (...)

  • Wolters Kluwer France

    Cour de cassation/WKF : des magistrats juges et parties

    Le 14 février 2019, le « 20 heures » de France 2 consacrait un reportage aux trois juges de la Cour de cassation qui s’étaient prononcés dans une affaire liée à la société Wolters Kluwer alors même que celle-ci les rémunérait pour des conférences. Les trois juges sont renvoyés devant le Conseil supérieur de la magistrature
    Voici le texte de présentation du reportage diffusé au « 20 heures » de France 2 le 14 février, visible ici.
    Trois juges de la Cour de cassation ont été renvoyés (...)

  • Précarité

    Coronavirus : soutien aux précaires !

    La pandémie de Covid-19 qui frappe en ce moment l’ensemble de la planète oblige les industries de la presse, des médias, de la culture et du spectacle à prendre, à l’instar des organisations d’événements attirant un public important, des mesures de télétravail, de report ou d’annulation d’activités. La pandémie, parce qu’elle menace directement la vie des personnes à la santé la plus fragile, oblige l’ensemble de la société à en prendre la pleine (...)

  • International

    Au boulot ou à la retraite : l’égalité pour toutes et tous !

    Le 8 mars 2020, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le SIPMCS appelle à la grève et à descendre dans la rue !
    Briser les solidarités, valoriser l’individualisme. Augmenter la part du capital dans la répartition de la richesse, nous obliger à travailler plus et plus longtemps, tout en réduisant à peau de chagrin le montant de nos pensions. Avec le projet de retraite «  universelle  », Edouard Philippe et Emmanuel Macron, comme leurs prédécesseurs, (...)

  • International

    Solidarité avec les antifascistes russes torturés et emprisonnés !

    Dans le cadre de la semaine de solidarité avec les antifascistes et anarchistes russes, le SIPMCS appelle à un rassemblement de soutien près de l’ambassade de Russie vendredi 28 février à 18 heures.
    Le 10 février 2020, le tribunal de Penza (Russie) a condamné sept personnes accusées d’avoir organisé le « Réseau », une organisation terroriste anarchiste. Toute cette affaire est basée sur des aveux obtenus sous la torture, ainsi que des armes cachées par la police, et une (...)

  • News

    Filmer, photographier, enregistrer les forces de l’ordre dans l’exercice de leur métier est un droit

    Le SIPMCS est signataire de ce communiqué dont le collectif Reporters en colère (REC) est à l’initiative.
    Mediapart a révélé le 16 février 2020 que Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, « envisage[rait] de contrôler la diffusion des vidéos [montrant des violences policières]. Selon (...) la Direction générale de la police nationale (DGPN), une étude sur des “évolutions juridiques” est actuellement menée pour rendre notamment obligatoire le floutage de tous (...)

  • Météo des luttes

    « Réforme » des retraites : renforçons la grève !

    Le SIPMCS appelle tous les travailleurs et les travailleuses, et en particulier celles et ceux du secteur privé, à renforcer le mouvement massif de mobilisation contre la « réforme » des retraites en se mettant en grève. Ne nous arrêtons pas en aussi bon chemin… construisons ensemble les conditions de notre victoire, construisons la grève générale !
    Les arguments avancés pour réformer le système des retraites sont les mêmes depuis 1993 : vieillissement de la population, déficit des (...)

  • Précarité

    Assurance-chômage : la violence sociale continue

    Le SIPMCS appelle à participer à la manifestation contre le chômage et la précarité le 7 décembre. Rendez-vous à 14 heures, à Montparnasse !
    Depuis l’après-guerre, le système d’assurance-chômage était fondé sur deux principes : une assurance collective, un salaire socialisé. Ce système solidaire était financé par des cotisations sur nos salaires. L’équilibre financier de la caisse d’assurance-chômage, l’Unédic, cogérée par le patronat et les grandes (...)

  • Météo des luttes

    Retraites : halte au hold-up

    Il y a l’intox et les faits. Au nom d’un principe « universel », Macron et son gouvernement proposent de changer totalement le principe de nos retraites… À partir du 5 décembre, soyons toutes et tous en grève et dans la rue pour faire plier le gouvernement !
    Toujours les mêmes arguments ! Toujours les mêmes mensonges !
    Les arguments avancés pour réformer le système des retraites sont les mêmes depuis 1993 : vieillissement de la population et déficit des caisses de (...)

|