Syndicat interprofessionnel de la presse, des médias, de la culture et du spectacle

Un syndicalisme autogestionnaire et sans permanent

Pour un féminisme de classe, syndicaliste et de combat

Des premiers de cordée aux premières lignes, jusqu’aux premières de corvées  : autant de termes guerriers pour marquer la crise sanitaire, sociale et économique. La compassion des premiers pour les secondes appelle à la résilience les dernières. Et les femmes de se reprendre en pleine face le monde d’avant…

Premières de corvées au travail

Les femmes sont majoritaires dans le milieu hospitalier, les Ehpad, les commerces, le secteur du nettoyage : elles sont 91 % des aides-soignantes, 88 % du personnel infirmier, 98 % des aides à domicile et des aides ménagères, 73 % des agents d’entretien, 80 % aux caisses des supermarchés.
Les femmes sont surreprésentées dans les métiers les plus précaires et les moins bien rémunérés, mais aussi dans les emplois à temps partiel. Double peine pour les mères isolées, qui travaillent deux fois plus à temps partiel que les mères en couple.

Premières de corvées confinées

Ce sont les femmes qui ont dû majoritairement assumer quotidiennement l’organisation des repas, les tâches ménagères et l’école des gamins. La crise sanitaire a rendu encore plus difficile l’accès à l’interruption volontaire d’en grossesse (IVG) alors que le Sénat vient de refuser d’allonger le délai légal de l’IVG de douze à quatorze semaines. Pourtant, 5 000 femmes se débrouillent chaque année pour avorter à l’étranger «  hors délai  ».
Un exemple à méditer  : en Italie, dans la région des Marches, pendant le confinement, les autorités locales ont interdit l’utilisation de la «  pilule du lendemain  », alors que la consigne était d’éviter de se rendre dans les hôpitaux, ceux-là même où 90 % des gynécologues sont de soi-disant « objecteurs de conscience » (ils refusent de pratiquer l’IVG).

Premières cibles de la violence

Les violences patriarcales en temps de confinement ont, elles, considérablement augmenté… Selon Marlène Schiappa : « Avec la pandémie, la crise économique et sociale qui se profile, on a constaté un niveau de tension extrêmement fort depuis cet automne, avec moins de soupapes de décompression pour les gens qui devaient rester chez eux. » Par défaut, les femmes sont des soupapes de décompression, donc, en temps de confinement.
Il faut ajouter à cette année noire pour les femmes la violence symbolique constituée par les nominations de Gérald Darmanin et d’Éric Dupond-Moretti au gouvernement, le César remis à Roman Polanski ou encore le temps d’antenne offert à chaque célébrité mise en cause pour ses agissements. Le patriarcat est toujours là, aux postes de pouvoir, et il n’entend pas abandonner sa domination sans résistance. Soit, nous l’abattrons nous-mêmes  !

Uni·e·s, nous saurons riposter  !

Le féminisme de classe, syndicaliste et de combat est notre arme pour renverser ce monde pourri par le patriarcat et le capitalisme, donner à toutes les femmes non seulement les droits, mais une égalité réelle de condition et de vie, et construire une société de justice sociale.
En ce nouveau 8 mars, nous nous rappelons de celles qui nous ont précédées dans la lutte et nous célébrons toutes celles qui chaque jour bataillent. Plus que jamais, nous devons apprendre les un·e·s des autres, nous entraider et convaincre d’autres femmes de militer, avec la CNT. Fort·e·s de nos capacités, tout pourra changer.

Luttons toutes et tous ensemble pour renverser le système capitaliste  ! Luttons contre les dominations et les comportements patriarcaux et sexistes, que ce soit dans l’entreprise, dans la rue, dans nos organisations ou dans la sphère privée.
Au-delà du 8 mars, notre syndicat œuvre à la construction de rapports sociaux égalitaires au quotidien, y compris dans notre fonctionnement et notre organisation. L’égalité femmes-hommes, et plus largement l’égalité entre toutes et tous sans aucune discrimination, doit se pratiquer aujourd’hui pour devenir une réalité commune à toutes et tous  !

Lutte des classes, lutte des femmes, vers une révolution féministe, sociale et libertaire  !

La CNT revendique

★ L’égalité salariale et l’égalité des pensions
★ Une retraite à taux plein pour toutes et tous à 55 ans
★ L’augmentation significative du smic et pas de pension inférieure au smic
★ La fin des contrats partiels imposés et la titularisation des contrats précaires
★ L’abandon total des «  réformes  » des retraites et de l’assurance-chômage qui éroderont encore plus les droits des femmes
★ L’application réelle des lois contre le harcèlement moral et sexuel
★ La prise en charge gratuite des femmes victimes de violence et de viol par la Sécurité sociale
★ La reconnaissance du travail domestique
★ L’accès gratuit et sans condition à l’IVG, le développement des plannings familiaux et le renforcement des services de gynécologie
★ La mise en place de programmes pédagogiques favorisant l’émancipation
de chacune et chacun, en bannissant les stéréotypes de genre

Lire la suite

Articles les plus récents

  • International

    Pour un féminisme de classe, syndicaliste et de combat

    Le SIPMCS appelle à se joindre aux manifestations et à toutes les initiatives mises en place sur le territoire pour la grève féministe du 8-Mars, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes !
    Des premiers de cordée aux premières lignes, jusqu’aux premières de corvées  : autant de termes guerriers pour marquer la crise sanitaire, sociale et économique. La compassion des premiers pour les secondes appelle à la résilience les dernières. Et les femmes de se reprendre (...)

  • Météo des luttes

    Pour la culture et le spectacle : des actes essentiels, et vite !

    Le 4 mars, le SIPMCS-CNT appelle tous les professionnel·le·s concerné·e·s et leurs soutiens à se joindre aux mobilisations organisées partout sur le territoire, pour défendre nos emplois et nos vies, avec toutes les organisations syndicales de la profession. À Paris, rendez-vous à partir de midi place de la République.
    Une année sans cotisations
    Le 4 mars 2020, la porte-parole du gouvernement affirmait que «  le pays [n’allait] pas s’arrêter de fonctionner purement et (...)

  • Météo des luttes

    Soutien aux salarié·e·s de « L’Équipe » en grève !

    Le SIPMCS-CNT soutient les salarié·e·s du groupe L’Équipe en grève reconductible depuis vendredi soir avec leurs syndicats.
    Après avoir repoussé en juin un opportuniste accord de «  performance collective  » qui voulait sabrer dans les salaires et les RTT, ils et elles sont maintenant confronté·e·s à un cynique plan de «  sauvegarde de l’emploi  », qui se traduirait surtout par plus de 100 licenciements, sans négociation possible  !
    À (...)

  • Météo des luttes

    Proposition de loi « sécurité globale » : couvre-feu sur les libertés fondamentales

    Nous, sections syndicales et CSE des titres du groupe Le Monde et de « L’Obs », demandons le retrait de la proposition de loi « sécurité globale » et une prise de position des patrons de presse pour faire reculer le gouvernement. Le SIPMCS-CNT sera présent au rassemblement organisé le 21 novembre à 14 h 30, place du Trocadéro, à Paris.
    Depuis mardi 17 novembre, l’Assemblée nationale examine la proposition de loi dite de « sécurité globale ». Ce texte, qui s’inscrit dans (...)

  • Météo des luttes

    Appel à rassemblement contre la proposition de loi « Sécurité globale »

    Le SIPMCS-CNT se joint à l’appel lancé par des organisations syndicales et de défense des droits humains à un rassemblement le 17 novembre contre la proposition de loi liberticide sur la « Sécurité globale ».
    Ce mardi 17 novembre 2020, le groupe La République en marche (LREM) présentera en séance publique sa proposition de loi sur la sécurité globale. Ce texte s’inscrit dans la foulée du Schéma national du maintien de l’ordre promulgué le 16 septembre dernier par le (...)

  • International

    Appel au rassemblement parisien en soutien à Omar Radi

    Le SIPMCS se joint au Secrétariat international de la CNT et appelle au rassemblement en soutien au journaliste d’investigation et militant marocain Omar Radi, samedi 26 septembre à 17 heures, place de la République, à Paris.
    Le Syndicat interprofessionnel de la presse, des médias, de la culture et du spectacle (SIPMCS-CNT) ainsi que le Secrétariat international de la Confédération nationale du travail de France (CNT-F) tiennent à exprimer leur entière solidarité avec le journaliste (...)

  • Précarité

    « Biblioprécaires » en grève à Beaubourg

    Le SIPMCS-CNT apporte tout son soutien aux vacataires et contractuel·le·s de la Bibliothèque publique d’information en grève pour la prolongation de leur contrat de travail.
    Mal payé·e·s, peu informé·e·s et ultraprécarisé·e·s… Les vacataires et contractuel·le·s de la Bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Pompidou ont décidé de se mobiliser ces derniers jours pour l’amélioration de leurs conditions de travail : depuis jeudi 10 septembre, plus de la (...)

  • Droit du travail

    « Au boulot, et vite ! »

    Alors que l’épidémie repart, le gouvernement a restreint la liste des personnes vulnérables au Covid-19 pour que les travailleurs et les travailleuses retournent au boulot…
    Ce décret, entré en application le 31 août, aura des conséquences dramatiques pour les personnes vulnérables au Covid-19 et leurs proches. Sommairement, il restreint très fortement l’accès de ceux-ci à l’activité partielle, partout en France à l’exception de Mayotte et de la Guyane (...)

  • Météo des luttes

    Distribution de la presse : solidarité avec les camarades en lutte

    Depuis le 15 mai et la liquidation d’une partie de Presstalis, sur sa propre demande, la distribution de la presse quotidienne bat de l’aile hors de l’Île-de-France. Des kiosques sans quotidiens partout en France et plus de 500 travailleuses et travailleurs des filiales SAD et Soprocom, sèchement licencié·e·s, font les frais de cette liquidation. Malgré la mobilisation et les propositions des ex-salarié·e·s pour relancer une activité qui ne soit pas du low cost social, les (...)

  • Précarité

    Assurance-chômage : il faut siffler les prolongations pour toutes et tous

    Le gouvernement a fait semblant de faire un cadeau aux travailleurs et aux travailleuses. Celles et ceux dont les droits arrivaient à échéance pendant la période de confinement ont vu leurs allocations se prolonger. C’est un premier pas mais insuffisant !
    Il faut que les droits de tous les chômeurs et chômeuses soient prolongés du temps du confinement, soit cinquante-cinq jours. Pendant cette période de confinement, les chômeuses et chômeurs n’ont pas pu rechercher activement (...)

|