Syndicat interprofessionnel de la presse, des médias, de la culture et du spectacle

Un syndicalisme autogestionnaire et sans permanent

ESJ Paris exploite et licencie !

Jeudi 16 mai, un enseignant de l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Paris qui réclamait le respect de son contrat de travail et des dispositions prévues par la loi s’est vu signifier l’arrêt brutal de son enseignement en représailles. Le SIPMCS a tenu à réagir. Un coup porté contre l’un ou l’une d’entre nous est un coup porté contre toutes et tous !

Après avoir laissé s’accumuler plusieurs mois de salaire en retard, le président de l’ESJ Paris a répondu par le mépris et la diffamation aux sollicitations de son employé. Non content de lui avoir fait signifier par la direction la fin de ses cours, le président de l’école a adressé à l’enseignant des accusations calomnieuses.

Par cette attitude, le président de l’ESJ Paris affiche son plus profond mépris pour les enseignants qui assurent le sérieux de la formation fournie aux élèves de son école et pour les élèves eux-mêmes. En effet, l’enseignant licencié assurait la formation à la caméra d’étudiantes et d’étudiants dont c’est la spécialité.

Elles et ils se trouvent donc privés d’une part primordiale de leur formation un mois et demi avant la fin de celle-ci, c’est-à-dire d’un quart du volume d’heures qu’ils et elles devaient recevoir et pour laquelle leur année a été payée.

Par le biais d’une comptabilité contestable, l’ESJ Paris a utilisé tous les artifices pour se soustraire à ses obligations d’employeur, en particulier sur le calcul des salaires de cet enseignant mais aussi d’une partie de ses collègues.

L’ESJ Paris, école privée, la «  doyenne des écoles de journalisme du monde  », fait payer 6 000 à 7 000 euros de frais d’inscription annuels à ses plus de 200 étudiantes et étudiants. Pourtant, elle manque à ses obligations d’employeur les plus basiques en ne payant que partiellement et tardivement les salaires d’une partie du personnel enseignant et en ne lui fournissant pas les moyens de travailler dignement.

La première des conditions à une vie démocratique libre réside dans la protection des conditions de travail et de salaire des travailleuses et des travailleurs. C’est également la garantie d’une presse libre et de qualité, qui suppose aussi la prévention de la précarité dans les métiers de la presse et des médias.

La responsabilité de transmettre un métier, quel qu’il soit, exige fondamentalement le respect de cette profession. Par sa gestion de l’école, le président de l’ESJ Paris vient d’envoyer un message clair aux travailleuses et travailleurs de la presse et des médias.
Nous n’en resterons pas là.

Lire la suite

Articles les plus récents

  • Précarité

    ESJ Paris exploite et licencie !

    Jeudi 16 mai, un enseignant de l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Paris qui réclamait le respect de son contrat de travail et des dispositions prévues par la loi s’est vu signifier l’arrêt brutal de son enseignement en représailles. Le SIPMCS a tenu à réagir. Un coup porté contre l’un ou l’une d’entre nous est un coup porté contre toutes et tous !
    Après avoir laissé s’accumuler plusieurs mois de salaire en retard, le président de (...)

  • Groupe Le Monde

    Précarité : l’intersyndicale du « Monde » défend les pigistes

    L’intersyndicale des journalistes du Monde, dont la CNT fait partie, vient de demander l’ouverture de négociations à propos des pigistes pour s’attaquer à la précarité qu’ils vivent au quotidien. La solidarité avec les précaires et le respect de leurs droits est la meilleure assurance collective contre la précarité. Retrouvez ci-dessous le communiqué.
    L’intersyndicale demande à la direction l’ouverture de négociations sur les pigistes, afin de répondre (...)

  • Edito

    Le 8 mars, grève générale pour les droits des femmes !

    Comme l’an dernier, puisque rien n’a changé, un ensemble de syndicats, associations féministes, ONG et organisations politiques appellent à la grève le 8 mars 2019, journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Le secteur Archéologie de la CNT Communication-Culture-Spectacle appelle à se joindre à cette journée de lutte et à se mettre en grève vendredi.
    Dans l’archéologie comme ailleurs, les femmes sont concernées par de (...)

  • Wolters Kluwer France

    Cour de cassation/WKF : des magistrats juges et parties

    Le « 20 heures » de France 2 a consacré un reportage aux trois juges de la Cour de cassation qui s’étaient prononcés dans une affaire liée à la société Wolters Kluwer alors même que celle-ci les rémunérait pour des conférences. Les trois juges sont renvoyés devant le Conseil supérieur de la magistrature
    Voici le texte de présentation du reportage diffusé au « 20 heures » de France 2 le 14 février, visible ici.
    Trois juges de la Cour de cassation ont été renvoyés devant le Conseil (...)

  • Wolters Kluwer France

    Soirée de soutien à WKF le 8 décembre (débat et concerts)

    Le SIPMCS vous convie à une soirée de soutien à la section syndicale CNT de la société Wolters Kluwer France, qui vient de lancer en intersyndicale une procédure contre l’entreprise pour manœuvre frauduleuse au détriment des salariés. Venez partager avec nous un moment de lutte et de convivialité !
    Notre section syndicale CNT dans la société de presse et d’édition Wolters Kluwer France (WKF), membre du groupe néerlandais Wolters Kluwer, a lancé en intersyndicale avec (...)

  • News

    McDonald’s hors du Salon du livre et de la presse jeunesse !

    Le SIPMCS appelle à signer et à partager cette pétition demandant l’annulation de la participation de McDonald’s au Salon du livre et de la presse jeunesse.
    Nous reproduisons ci-dessous le texte qui accompagne la pétition, à signer à cette adresse : https://lemouvement.ong/mcdonalds-hors-du-salon-du-livre-et-de-la-presse-jeunesse
    Le Salon du livre et de la presse jeunesse ouvrira ses portes à Montreuil le 28 novembre et la multinationale emblématique de la malbouffe, de (...)

  • International

    Leur mémoire n’est pas la nôtre

    Ce 11 novembre 2018, les dirigeants de ce monde se réuniront solennellement pour s’incliner symboliquement sur les tombes des morts de 14-18. Ensemble, ils raviveront la flamme du soldat inconnu, évoqueront les taxis de la Marne, la moustache de Clemenceau et les braves poilus de Verdun. La veille, les maréchaux auront reçu un hommage. Pétain compris. Place au folklore.
    Déjà, le DASEN (directeur académique des services de l’Éducation nationale) de l’Indre a confirmé ce (...)

  • Tracts

    Du management en archéologie préventive à l’ère de la post-vérité

    Tract de la section syndicale de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) de la Fédération CNT Communication Culture Spectacle (CCS).
    Quand un véhicule de service est retiré d’un centre archéologique parce que le chauffeur qui s’est fait flashé au volant ne s’est pas dénoncé et que ce retrait rend plus difficile qu’auparavant le travail de tous les agents de ce centre déjà impacté par la réduction du parc,
    Ceci n’est pas une (...)

  • Groupe Le Monde

    La lettre d’info n°12 de la CNT du « Monde »

    La dernière lettre d’info de la section CNT du « Monde » vient d’être publiée. À lire et à télécharger !
    Au sommaire : Petites et grandes manœuvres Des nouvelles de l’édition Pigistes au Monde… et à RFI Droit de recueil (suite)
    Petites et grandes manœuvres
    Parmi les mesures d’économie annoncées par la direction lors du point d’information qui a suivi la réunion du conseil de surveillance, le 4 juillet dans l’auditorium, le « contrôle (...)

  • Europe

    Amazon : grève générale européenne le 16 juillet !

    Nous publions l’appel des travailleurs et des travailleuses d’Amazon Espagne à une journée de grève avec leurs collègues de toute l’Europe à l’occasion du « Prime day » le 16 juillet.
    Amazon  : un droit du travail au rabais
    La lutte contre les abus de la multinationale Amazon et pour le partage des bénéfices se répand à travers l’Europe. Malgré la stratégie préméditée de l’entreprise d’ouvrir de nouveaux centres dans des pays plus « (...)

|