Syndicat interprofessionnel de la presse, des médias, de la culture et du spectacle

Un syndicalisme autogestionnaire et sans permanent

Travailleurs de la presse, des médias, nous sommes concernés par la loi travail !

La main-mise de plus en plus pesante des grandes entreprises sur la presse et la course à la rentabilité qui s’ensuit font des dégâts chaque jour.

Aujourd’hui encore, ce sont les salariés de Lagardère active-HFA qui subissent une restructuration violente, ceux de Wolters Kluwer France confrontés à une cession chaotique de sa partie presse (après avoir été dépouillés de leur participation par un LBO interne et être passés de quelque 1500 salariés à 750 en neuf ans à peine...), et combien d’autres qui ont dû passer par là (France Inter, Le Parisien, Libération, Journal officiel, l’Equipe, Courrier international, etc.). Ce sont les salariés non journalistes du Monde qui ont dû batailler pour ne pas être transférés dans une filiale artificielle et perdre tous leurs acquis sociaux.Ce sont les imprimeries sacrifiées les unes après les autres. Ce sont les journalistes de plus en plus précarisés, entre pige, autoentrepreneuriat, intermittence, stages, CDD, et Agessa illégaux forcés). Ce sont les secrétaires de rédaction, correcteurs, maquettistes et autres techniciens sons, photographes et JRI (journalistes reporters d’images) qui voient leurs métiers, conditions de travail et emplois sacrifiés sur l’autel des profits.

Dans cette situation, la loi travail serait pour nous, salariés de ces industries, une véritable catastrophe sociale. Entre remise en cause de l ’article L1224-1 du code du travail, qui permettrait de licencier en cas de transfert d’activité et de cession, la possibilité d’étendre le forfait-jour, d’allonger la durée du temps de travail, de faciliter les licenciements économiques en cas de baisse du chiffre d’affaire sur quelques mois, l’attaque des prérogatives des CHSCT, la baisse des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif, la remise en cause de la médecine du travail, nous, travailleurs de la presse et des médias, ne serons qu’encore plus fragilisés.

L’Etat et le patronat cherchent en outre à nous instrumentaliser en mettant en avant leurs éditorialistes gagnés à leurs intérêts libéraux et en nous forçant, par le lien de subordination qu’ils nous imposent, à participer à la désinformation massive qu’ils veulent mettre en œuvre.

Pourtant, quel que soit notre statut, nous sommes des salariés comme les autres, avec les mêmes intérêts, dans l’entreprise (journalistes, employés et techniciens) comme dans la société dans son ensemble. Ne nous laissons pas intimider et ne subissons plus le chantage d’une « nécessaire continuité de l’information » qui nous interdirait de faire grève. Bien au contraire, montrons à nos dirigeants que sans nous, sans notre travail, aucune agence de presse, aucun journal écrit, audio ou télévisé ne saurait exister. Refusons de produire leur information, et utilisons nos savoir-faire pour produire notre information, celle des salariés confrontés à l’une des pires offensives libérales depuis des années.

C’est pourquoi notre syndicat appelle l’ensemble des organisations syndicales et des salariés à se mobiliser massivement le 28 avril prochain et au-delà pour faire entendre notre voix et enfin résister aux remises en causes violentes de nos métiers et nos conditions de travail.

Face à l’offensive patronale, riposte syndicale, grève générale !

PDF - 113.1 ko
Tract-SIPMCS-PDF

Articles les plus récents

  • Précarité

    Signez l’appel ! Assurance chômage, droit du travail… le Medef nous les brise.

    Soutien de notre syndicat à la pétition lancée par la Compagnie Jolie Môme : la relaxe pour Loïc, la séparation du MEDEF et de l’État, le refus de toute répression contre le mouvement social.
    Visite chez l’adversaire social.
    Mardi 7 juin 2016, parce qu’ils furent bien informés, 100 manifestants pacifiques et déterminés sont entrés au MEDEF. Avec une bonne communication, nous aurions été des millions, au vu de nos revendications :
    Refus du blocage par le MEDEF des (...)

  • Précarité

    Reporters indépendant.es, nous vivons la précarité et la répression

    Comme Yann Levy, NnoMan et Julien Pitinome, ils sont photoreporters, documentaristes, journalistes indépendants, professionnels ou amateurs, et suivent avec difficulté les mouvements sociaux autour de la loi Travail. De jour comme de nuit. Ils dénoncent une violence policière et expliquent que « Le gouvernement fait un choix, celui de nous empêcher de travailler et de témoigner ».
    Depuis plusieurs semaines maintenant, chacun à notre manière, mais toujours dans une démarche (...)

  • Boîtes en lutte

    Audrey Azoulay et les députés PS sacrifient l’archéologie pour trouver un accord avec la droite sénatoriale

    Communiqué CNT-CCS – SGPA CGT-Culture - SUD Culture Solidaires - Snac-FSU.
    Mercredi 15 juin se tenait la Commission mixte paritaire (CMP) sur le projet deLoi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine. Les 2 lectures à l’Assemblée nationale et au Sénat avaient montré de nettes divergences notamment en ce qui concerne l’archéologie préventive. Rappelons que ce projet de loi avait pour but de remédier en partie aux dérives pointées (...)

  • Précarité

    Loïc libéré : abandon des poursuites et la lutte continue

    Rassemblement de solidarité pour l’abandon de toutes poursuites à l’encontre du camarade arrêté au Medef le 7 juin 2016. La CNT était présente.
    [Dernière minute : Loïc a été libéré mais doit passer en procès le 5 août. Ne lâchons rien : http://cie-joliemome.org/?p=2097]
    Communiqué à faire tourner : http://cie-joliemome.org/?p=2088
    Rassemblement de solidarité pour la libération immédiate et abandon de toutes poursuites à l’encontre du camarade arrêté au Medef le 7 (...)

  • Précarité

    Le Medef agresse, les travailleurs trinquent : libérez notre camarade et l’Unedic

    Mardi 7 juin, en début d’après-midi, pour protester contre le refus du Medef (et de son bras droit, la CFDT) de valider l’accord de branche spectacle concernant les annexes 8 et 10 de la convention Unedic (intermittents), obtenu pourtant après de nombreuses mobilisations et négociations le 28 avril, une centaine de personnes ont pacifiquement occupé le siège de l’organisation patronale.
    Le responsable de la sécurité du Medef a violemment agressé physiquement Loïc, un (...)

  • News

    Festival de la CNT région parisienne 24, 25, 26 juin

    L’union régionale des syndicats CNT de la région parisienne organise son festival annuel à la Parole errante à Montreuil, 9 rue François-Debergue à Montreuil, M° Croix-de-Chavaux. Au programme : conférence-débat, projections, théâtre, salon du livre, concerts...
    L’objectif est d’ouvrir des espaces pour renforcer nos luttes actuelles et construire celles à venir. Le temps de convivialité (repas, bar...) est aussi essentiel.
    Site du festival : (...)

  • Précarité

    Accord intermittents : ni Etat, ni patrons, ni compromission !

    L’accord du 28 avril sur les annexes 8 et 10 de l’assurance chômage, signé par les représentants des employeurs du spectacle (Fesac) comme par l’ensemble des syndicats de salariés de la branche, est refusé par le Medef, la CFDT, la CGC et la CFTC. Et l’Etat pointe son nez, pour soi-disant aider l’application, mais avec pour risque de sortir les intermittents du régime général... La lutte ne fait que commencer !
    [Dernière minute : assemblées générales] Source (...)

  • News

    La presse dans le coma, au propre comme au figuré ?

    Lors de la manifestation du jeudi 26 mai dernier, un journaliste indépendant, Romain D., a été touché à la tête par une grenade de désencerclement lancée par un policier. Il est aujourd’hui maintenu dans un coma artificiel à la Pitié-Salpêtrière, à Paris, à la suite de plusieurs interventions chirurgicales lourdes du fait d’un œdème cérébral et d’un enfoncement de la boîte crânienne.
    Ce n’est pas la première fois que des journalistes, indépendants (voir les (...)

  • Edito

    La comparution immédiate, c’est NON !

    La violente répression qui frappe actuellement la contestation de la loi travail remet une nouvelle fois sur le devant de la scène une mesure contre laquelle la CNT s’est toujours élevée : la comparution immédiate.
    Non que la comparution différée trouve plus grâce à nos yeux, mais la comparution immédiate est véritablement l’outil d’une justice expéditive, loin d’être bénigne puisqu’infligeant à des manifestants des mois de prison ferme, avec une défense (...)

  • Edito

    Adresse publique aux confédérations syndicales CGT, Solidaires, FO, FSU, CNT-SO et à la CNE (Coordination nationale étudiante)

    « Au regard de ce contexte, notre confédération estime qu’il est incontournable de mettre à l’ordre du jour la grève générale reconductible. Seul un blocage économique réel du pays pourra nous permettre de faire cesser ces attaques et d’obtenir de nouvelles avancées pour toutes et tous, étudiants, chômeurs, précaires ou salariés. »
    Camarades,
    Notre confédération syndicale a entendu vos appels à la construction d’une grève reconductible que ce soit lors du 51e (...)

|