Syndicat interprofessionnel de la presse, des médias, de la culture et du spectacle

Un syndicalisme autogestionnaire et sans permanent

Soutien à Fréquence Paris Plurielle

Les médias dominants ont beau jeu de dire qu’en Italie la mafia menace la liberté d’expression. En France, c’est la même chose, à la différence que les moyens utilisés ici sont beaucoup plus sournois.

Depuis Sarkozy, les subventions attribuées aux radios associatives ne cessent de baisser, quand certaines ne disparaissent pas purement et simplement. Elles suffisent à peine, lorsqu’elles ne sont pas verser avec retard, à boucler le budget. Les radios (comme le reste des associations) sont poussées, afin de trouver un financement, à répondre à des appels à projet qui ne leur correspondent absolument pas, ce qui permet aux financeurs de mettre le nez dans le rédactionnel et de se faire alors censeurs.

La liberté d’expression menacée par le gouvernement

La fermeture d’une grande majorité des radios associatives est programmée avec soin puisque les moyens qui leur sont alloués ne suffisent plus depuis longtemps, et ce fait est connu du gouvernement comme du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Ce même gouvernement qui offre à la presse marchande d’énormes subventions.

Aujourd’hui, il veut accélérer la mort programmée de ces radios en supprimant les contrats aidés, les seuls qu’elles peuvent se permettre d’embaucher.
Contrats précaires, mal payés mais ô combien utiles. Le travail effectué lors de ces « missions » n’est pas de servir le café ou de passer la serpillère comme veut le faire croire le gouvernement, mais bel et bien de fournir un travail vital aux structures qui les engagent. Il laisse pourrir la situation consciemment. Les radios associatives vont mourir petit à petit parce qu’elles ne font pas partie du système marchand et parce qu’elles font entendre une voix différente.

Peut-on accepter de voir s’éteindre un des derniers médias, accessible à tous, qui ne reflète pas la pensée unique ? La liberté d’expression est menacée, défendons-la. Venez soutenir FPP !

Deux soirées de soutien pour la radio FPP sont prévues :

- Le dimanche 10 décembre à partir de 17 heures
au Centre international de culture populaire (CICP)
21 ter, rue Voltaire - 75011 Paris.

Projection de « Petits films contre le grand capital », débat avec des membres de la radio et musiques avec :
- Loolie & The Surfing Rogers (Early Soul et Rock’n’roll)
- The Mercenaries (Rocksteady et Street Punk)
- Diego Palavas (Punk Rock)

- Le vendredi 15 décembre à partir de 19 heures
à la Parole errante
9, rue François Debergue - 93100 Montreuil.

19 heures : forum débat sur la situation de la presse libre ;
20h30 : concert de Cheikh Sidi Bémol Solo, L’1consolable, Little Big Bang,
Nosfell, Manu, Rocé, Solorazaf.
Chaque changement de plateau sera ponctué par une intervention des
secteurs en luttes notamment les comités contre les violences policières
ainsi que ceux qui luttent pour un accueil décent des réfugiés.

Lire la suite

Articles les plus récents

  • Précarité

    Signez l’appel ! Assurance chômage, droit du travail… le Medef nous les brise.

    Soutien de notre syndicat à la pétition lancée par la Compagnie Jolie Môme : la relaxe pour Loïc, la séparation du MEDEF et de l’État, le refus de toute répression contre le mouvement social.
    Visite chez l’adversaire social.
    Mardi 7 juin 2016, parce qu’ils furent bien informés, 100 manifestants pacifiques et déterminés sont entrés au MEDEF. Avec une bonne communication, nous aurions été des millions, au vu de nos revendications : Refus du blocage par le MEDEF des (...)

  • Précarité

    Reporters indépendant.es, nous vivons la précarité et la répression

    Comme Yann Levy, NnoMan et Julien Pitinome, ils sont photoreporters, documentaristes, journalistes indépendants, professionnels ou amateurs, et suivent avec difficulté les mouvements sociaux autour de la loi Travail. De jour comme de nuit. Ils dénoncent une violence policière et expliquent que « Le gouvernement fait un choix, celui de nous empêcher de travailler et de témoigner ».
    Depuis plusieurs semaines maintenant, chacun à notre manière, mais toujours dans une démarche (...)

  • Boîtes en lutte

    Audrey Azoulay et les députés PS sacrifient l’archéologie pour trouver un accord avec la droite sénatoriale

    Communiqué CNT-CCS – SGPA CGT-Culture - SUD Culture Solidaires - Snac-FSU.
    Mercredi 15 juin se tenait la Commission mixte paritaire (CMP) sur le projet deLoi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine. Les 2 lectures à l’Assemblée nationale et au Sénat avaient montré de nettes divergences notamment en ce qui concerne l’archéologie préventive. Rappelons que ce projet de loi avait pour but de remédier en partie aux dérives pointées (...)

  • Précarité

    Loïc libéré : abandon des poursuites et la lutte continue

    Rassemblement de solidarité pour l’abandon de toutes poursuites à l’encontre du camarade arrêté au Medef le 7 juin 2016. La CNT était présente.
    [Dernière minute : Loïc a été libéré mais doit passer en procès le 5 août. Ne lâchons rien : http://cie-joliemome.org/?p=2097]
    Communiqué à faire tourner : http://cie-joliemome.org/?p=2088
    Rassemblement de solidarité pour la libération immédiate et abandon de toutes poursuites à l’encontre du camarade arrêté au Medef le 7 (...)

  • Précarité

    Le Medef agresse, les travailleurs trinquent : libérez notre camarade et l’Unedic

    Mardi 7 juin, en début d’après-midi, pour protester contre le refus du Medef (et de son bras droit, la CFDT) de valider l’accord de branche spectacle concernant les annexes 8 et 10 de la convention Unedic (intermittents), obtenu pourtant après de nombreuses mobilisations et négociations le 28 avril, une centaine de personnes ont pacifiquement occupé le siège de l’organisation patronale.
    Le responsable de la sécurité du Medef a violemment agressé physiquement Loïc, un (...)

  • News

    Festival de la CNT région parisienne 24, 25, 26 juin

    L’union régionale des syndicats CNT de la région parisienne organise son festival annuel à la Parole errante à Montreuil, 9 rue François-Debergue à Montreuil, M° Croix-de-Chavaux. Au programme : conférence-débat, projections, théâtre, salon du livre, concerts...
    L’objectif est d’ouvrir des espaces pour renforcer nos luttes actuelles et construire celles à venir. Le temps de convivialité (repas, bar...) est aussi essentiel.
    Site du festival : (...)

  • Précarité

    Accord intermittents : ni Etat, ni patrons, ni compromission !

    L’accord du 28 avril sur les annexes 8 et 10 de l’assurance chômage, signé par les représentants des employeurs du spectacle (Fesac) comme par l’ensemble des syndicats de salariés de la branche, est refusé par le Medef, la CFDT, la CGC et la CFTC. Et l’Etat pointe son nez, pour soi-disant aider l’application, mais avec pour risque de sortir les intermittents du régime général... La lutte ne fait que commencer !
    [Dernière minute : assemblées générales] Source (...)

  • News

    La presse dans le coma, au propre comme au figuré ?

    Lors de la manifestation du jeudi 26 mai dernier, un journaliste indépendant, Romain D., a été touché à la tête par une grenade de désencerclement lancée par un policier. Il est aujourd’hui maintenu dans un coma artificiel à la Pitié-Salpêtrière, à Paris, à la suite de plusieurs interventions chirurgicales lourdes du fait d’un œdème cérébral et d’un enfoncement de la boîte crânienne.
    Ce n’est pas la première fois que des journalistes, indépendants (voir les (...)

  • Edito

    La comparution immédiate, c’est NON !

    La violente répression qui frappe actuellement la contestation de la loi travail remet une nouvelle fois sur le devant de la scène une mesure contre laquelle la CNT s’est toujours élevée : la comparution immédiate.
    Non que la comparution différée trouve plus grâce à nos yeux, mais la comparution immédiate est véritablement l’outil d’une justice expéditive, loin d’être bénigne puisqu’infligeant à des manifestants des mois de prison ferme, avec une défense (...)

  • Edito

    Adresse publique aux confédérations syndicales CGT, Solidaires, FO, FSU, CNT-SO et à la CNE (Coordination nationale étudiante)

    "Au regard de ce contexte, notre confédération estime qu’il est incontournable de mettre à l’ordre du jour la grève générale reconductible. Seul un blocage économique réel du pays pourra nous permettre de faire cesser ces attaques et d’obtenir de nouvelles avancées pour toutes et tous, étudiants, chômeurs, précaires ou salariés."
    Camarades,
    Notre confédération syndicale a entendu vos appels à la construction d’une grève reconductible que ce soit lors du 51e congrès (...)

|