» Accueil » La Poste » Le Chat Haret (publication de la section Lorraine)
 
LE CHAT HARET* numéro 1
*Chat haret : Un chat haret ou errant est un chat domestiqué retourné à l’état sauvage.

SECTION CNT DE ROHRBACH (MOSELLE)
PDC Rohrbach-les-Bitche
7 rue St-Barbe 57410 Rohrbach-les-Bitche

PDC DE RORHBACH : DE QUELQUES QUESTIONS LOCALES…

Comme dans de nombreux établissements de la Poste la logique de la rentabilité à tout prix, et l’abandon progressif de la notion de service public, conduit à Rorhbach, à la mise en place de nouvelles méthodes de gestion qui ont des conséquences négatives pour les agents.

Le tract à télécharger ici

Un volant de remplacement insuffisant. Théoriquement le volant de remplacement pour pallier aux absences est de 20 à 25% des positions de travail, ce qui implique des agents formés, aptes à réaliser une distribution de qualité, qualité que les usagers sont en droit d’attendre. Mais désormais la solution c’est le recours très fréquent à la sécabilité, ce qui est source de fatigue supplémentaire pour les titulaires, et souvent il faut se battre pour le paiement de ces heures de travail supplémentaires, abusives. Pourtant le rapport Kaspar sur le Grand Dialogue social préconisait une vigilance quant à une utilisation abusive de ce fonctionnement. Morale : les rapports passent et la situation ne change pas. Certains ont pensé que le rapport Kaspar et ses préconisations seraient suivies d’effet, en particulier sur le rythme des réorganisations. Naturellement il n’en est rien. Ce n’est pas simplement la CNT qui le constate mais l’Amicale des Chefs d’Etablissements qui dans son journal mensuel de Janvier 2014, « LIACE », déclare que ses propres recommandations, pour ce rapport, n’ont pas été prises en compte, « … nous affirmons n’avoir pas été entendus et/ou compris ».

Pour une formation de qualité. De plus en plus fréquemment des formations sont planifiées en fin de vacation ce qui implique souvent d’accélérer le rythme de distribution, donc prise de risque au volant, source d’erreurs et baisse de la qualité, sans oublier parfois la nécessité de faire l’impasse sur le moment de restauration ou repas plus qu’allégé pris sur le pouce. En outre avec la fatigue physique du travail l’on est moins réceptif à l’échange et donc la qualité de la formation est réduite. Aussi nous demandons des formations planifiées lors de détachements du poste de travail, sur des horaires normaux. Il en va de l’intérêt de l’agent et c’est une condition élémentaire pour assimiler la formation dans de bonnes conditions.

Sur ces questions, comme sur d’autres, nous demeurerons vigilants quant au respect du droit de travail, des conditions de travail sur le site. Et plus que jamais il est nécessaire de ne pas renoncer, de s’organiser pour des conditions de travail décentes, pour la défense d’un service public de proximité et de qualité.