Un syndicaliste condamné pour l’exemple à 40 000 €

Le

Un syndicaliste condamné pour l’exemple à 40 000 €

Salarié-es de Continental licencié-es, enseignant-es refusant les mutations forcées, inculpé-es de Tarnac, manifestant-es contre le CPE, contre la privatisation des universités (LMD, LRU,...), faucheu-r-ses d’OGM, personnes refusant le fichage ADN, grévistes opposé-es aux réformes de retraites en 2010 et 2013, nous sommes nombreux-euses à nous être opposé-es aux politiques de démolition sociale.

Ces 10 dernières années, aux justes revendications du mouvement social s’est opposée la matraque et le harcèlement judiciaire comme seule réponse.

Un militant de la CNT participe à un blocage en 2006... il est condamné en 2013 à 40 000 euros de dommage et intérêt

Le 23 mars 2013, un militant de la CNT a été condamné à 40 000 € de dommage et intérêt pour avoir bloqué la gare de Metz lors d’une manifestation durant le mouvement anti-CPE de 2006, dont des militant-es socialistes aujourd’hui élus.

Cette condamnation, au-delà d’être injuste dans la mesure où elle fait porter à un seul individu (peut-être pas si pioché au hasard... !?) la responsabilité d’une décision collective mise en oeuvre par 800 personnes, est également un signal fort envoyé au mouvement social. Malgré les interventions syndicales, le président de la SNCF s’entête à vouloir faire condamner notre camarade.

Une avancée au niveau juridique

Dans ce contexte, la cour d’appel de Metz a été saisi. Une première audience a eu lieu le 11 octobre 2013. À cette occasion, la SNCF a plaidé l’irrecevabilité de cet appel au motif que celui-ci devait intervenir dans les 10 jours à compter du (...)

Un syndicaliste condamné pour l’exemple à 40 000 (...)

Notre lettre d'information

Se tenir au courant de l'actualité de la CNT.