Secrétariat international de la CNT

VIVRE EST CHER ET IL FAUT QU’ON EN PARLE !

Publié le mardi 26 mai 2020

Éditorial de Repórter Popular [1]

Nous savons ce qui se passe, car nous le ressentons dans notre vie quotidienne. Partout, nous avons entendu et parlé de la même chose. Aux arrêts de bus bondés, nos voisins commentent à quel point il a été difficile de rembourser la dette notée dans le livre de comptes du marché du quartier. C'est difficile à admettre, mais nous le savons : les armoires de cuisine n'ont jamais été aussi vides. Nous achetons ce dont nous avons besoin et économisons l'argent pour le faire durer jusqu'à la fin du mois.
Le prix du gaz, de la viande et des aliments en général a continué d'augmenter et nous devons en parler franchement, car cela coûte de plus en plus cher de vivre et cela a menacé la dignité de nos familles.
Combien de fois devons-nous demander à un voisin ou à un membre de la famille un paquet de pâtes ou une tasse de riz ?
Combien de fois devons-nous emprunter de l'argent pour courir au bureau de la compagnie d'énergie et éviter que la lumière ne soit coupée ?
Et le ticket de bus ? Maintenant, c'est tellement cher que lorsque nous allons deux personnes au même endroit, nous finissons par appeler des services de type UBER.
Et toute la sainte journée, nous recevons des appels de banques ou de magasins nous demandant de payer les factures en retard, comme si nous retardions le paiement des factures par goût ! La vérité est que nous sommes tous endettés et sans crédit.
Le prix du loyer devenant plus cher, l'électricité et l'eau augmentant chaque mois, il y a déjà des voisins qui déménagent dans les favelas. Les mouvements sociaux appellent plutôt cela des occupations, car le logement est un droit pour tous ! Mais la vérité est qu'entre payer le loyer et mettre de la nourriture sur la table, la faim des enfants parle plus fort. Alors pour commencer, on entre dans le bâtiment ou le terrain abandonné, puis on découvre s'il s'agit d'une invasion (propriétaire) ou d'une occupation (absence de propriétaire).
Et tout cela, nous vivons comme si c'était juste notre propre problème. Nous nous sentons coupables de ne pas savoir comment gérer notre argent, ou nous voyons cela comme une mauvaise phase que traverse notre famille, mais que nous résolvons en faisant un extra ou en travaillant quelques heures de plus. Il y a toujours un moyen, même si nos enfants doivent concilier leurs études avec un petit boulot pour rapporter de l'argent à la maison.
À la télévision, à la radio et dans les journaux, ils veulent nous faire croire que ces problèmes que nous vivons avec nos familles sont des problèmes individuels, mais la vérité est que la difficulté de chacun est en rapport avec la difficulté de nous tous. Nous souffrons ensemble et ils veulent que nous restions silencieux.
Nous recevons souvent des plaintes sur le manque d'enseignants dans les écoles publiques, sur les files qui débordent du coin de la rue dans les postes de santé et les hôpitaux, et quand l'été arrive c'est toujours la même chose : manque d'eau (on dirait qu'ils le font exprès !), augmentation des tarifs d'autobus et manque de places disponibles dans les garderies.
En plus de ce qui pèse dans notre poche, la violence à la périphérie tue notre peuple comme jamais auparavant dans l'histoire. Les balles qui ont frappé notre peuple ont placé le Brésil à des taux d'homicide plus élevés que des pays en guerre. Nous parlons de génocide, un massacre qui affecte principalement les jeunes pauvres et noirs, et qui est souvent commis par la police.
Mais nous savons que nous ne sommes pas seuls dans cette situation. Nous sommes un journal fait par des travailleurs et pour des travailleurs. Nous ne sommes pas des journalistes professionnels, nous sommes des informateurs populaires. Nous parlons de nos lieux de travail, d'étude et de nos lieux de résidence. Nous avons un parti-pris, parce que nous sommes le peuple.

Nous racontons les histoires de nos frères et sœurs de classe et de couleur qui ne trouvent pas d'emploi, de la difficulté à trouver des médicaments bon marché pour les membres de notre famille malades. Et nous racontons également des histoires de luttes, celles qui parlent de quand nous devons aller dans la rue pour manifester.

Telle est la mission de Repórter Popular : raconter notre histoire pour que personne ne se sente seul, et pour que chacun sache que les problèmes que nous traversons ne sont pas individuels, mais sociaux, et doivent donc être résolus par ceux qui font bouger la société, le peuple !

Nous savons depuis longtemps que les promesses d'amélioration de la vie, renouvelées à chaque élection, n'arrivent jamais. Les politiciens mentent pour être élus et nous ne pouvons pas confier le destin de nos familles entre les mains de ces personnes car cela ne bénéficie qu'aux puissants de toujours.

Nous devons nous faire confiance à nous-mêmes ! Nous devons regarder nos voisins, nos collègues au travail et d'études, et toutes ces personnes que nous voyons tôt le matin dans les bus qui vont au travail et savoir que NOUS SOMMES LA FORCE QUI FAIT BOUGER LE MONDE ET PAR CONSÉQUENT NOUS MÉRITONS DE VIVRE AVEC DIGNITÉ.

Par conséquent, plutôt que de raconter des histoires, nous voulons produire des rencontres pour réfléchir aux moyens de sortir de la situation difficile dans laquelle les politiciens nous ont placés. Que diriez-vous de lire cette lettre à haute voix ? Qui dans votre travail, votre école ou votre quartier appellerez-vous pour parler des problèmes que l'augmentation du coût de la vie a causés à votre famille ? Il est temps de surmonter l'isolement, car si nous souffrons ensemble, nous devons nous battre ensemble !
Si vous avez lu cette lettre, réunissez deux ou trois personnes pendant votre pause au travail, en classe ou dans les rues de votre quartier, parlez-leur et réfléchissez à quoi faire ; pensez à des actions collectives et à des mobilisations pour lutter pour une vie digne. Le peuple du Chili, de l'Équateur et d'Haïti sont des exemples très proches d'initiatives de soutien mutuel et de mobilisation collective pour faire face dans la pratique à l'augmentation du coût de la vie causée par les politiques économiques des gouvernements actuels.

QUE POUVONS-NOUS FAIRE ?

Nous faisons quelques suggestions qui peuvent et doivent être enrichies et mieux pensées lors des réunions que vous et vos voisins et collègues ferez ensemble.

- Travaux collectifs d'assistance mutuelle ;
- Caisses solidaires pour aider un voisin au chômage ;
- Coopératives de consommateurs ;
- Réunions et rencontres collectives pour parler des problèmes que nous avons en commun ;
- Étudier collectivement pourquoi la vie devient plus chère et qui en profite ;
- Manifestations publiques collectives (défilés, occupations, blocages) pour faire pression sur les gouvernements et exiger que nos droits soient garantis et que nous, le peuple, ne payions pas la facture des riches et des puissants.

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :