Secrétariat international de la CNT

LA PRESSE MAROCAINE BAILLONNEE ! SOLIDARITE ET ABANDON IMMEDIAT DES POURSUITES POUR LES 7 JOURNALISTES ET DEFENSEUR-SE-S DES DROITS HUMAINS MAROCAINS QUI PASSENT EN PROCES LE 24 MAI 2017 A RABAT

Publié le mardi 23 mai 2017

COMMUNIQUE ET APPEL URGENT A SOLIDARITE

(ENGLISH VERSION FOLLOWING TEXT)

Le Syndicat Interprofessionnel de la Presse, des Médias, de la Culture et du Spectacle de la Confédération Nationale du Travail de France (SIPMCS), la Fédération Communication-Culture-Spectacle de la CNT-F et le Secrétariat International de la CNT-F, tiennent à exprimer leur entière solidarité avec les sept militant-e-s marocain-e-s, dont cinq journalistes, actuellement poursuivi-e-s en justice pour « atteinte à la sûreté de l’Etat » et qui passent en procès ce 24 mai 2017 avec un risque de lourdes peines.
Nous tenons à attirer l'attention des journalistes, des organisations syndicales, politiques, associations, et du grand public au sujet de la vague de répression qui s'abat actuellement au Maroc sur des défenseur-se-s des droits humains et journalistes indépendant-e-s.

local/cache-vignettes/L300xH291/maroc_com_presse-1a62a.jpg?1477145306
La répression ces dernières années au Maroc n'a cessé de s'accentuer, depuis le Mouvement du 20 Février, mouvement de contestation populaire qui a touché une grande partie du pays dès 2011.
En effet, on compte aujourd'hui plus de 200 prisonnier-ère-s politiques au Maroc, et les intimidations, harcèlements et poursuites judiciaires se multiplient. Les défenseur-se-s des droits humains, militant-e-s des mouvements sociaux, syndicalistes, journalistes sont directement visé-e-s.
Sans compter l'exploitation, le mépris, la « Hogra » au quotidien que vivent les habitants, allant jusqu'à la mort de certains, comme l'horrible mort de Mohcine Fikri, vendeur de poisson, à l'automne 2016 à Al Hoceima, broyé par une benne à ordure en tentant de récupérer sa marchandise confisquée par les autorités. Depuis, la population de la région du Rif maintient fermement sa mobilisation contre ces injustices sociales.

Le 24 mai prochain, sept militant-e-s, dont cinq journalistes, passent en procès au Tribunal de Première Instance de Rabat ( procès reporté depuis le 18 novembre 2015).

Le 26 octobre 2016, les autorités ont mis en avant de faux prétextes pour reporter le procès. En effet après avoir avancé en juin que deux des accusés étaient absents bien que représentés par leurs avocats, en octobre le prétexte serait que les convocations n'ont pu être remises à certains accusés : « pas d'adresse connue » pour l'un, et « refus de réception de la convocation par la mère » d'un autre accusé. Ce qui est aberrent car les autorités ont les adresses de chacun des accusés depuis longtemps, et la mère concernée a déclarée qu'elle n'a reçu aucune convocation, aucun élément ne prouve que les autorités ont bien transmis la convocation, pas de justificatif d'huissier, rien.
Le 25 janvier 2017, jour du dernier report, les autorités ont encore utiliser le prétexte de l'absence de certains des accusés pour une fois de plus reporter le procès au 24 mai 2017.
Nous le savons, les reports des procès sont une tactique bien souvent utilisée par les autorités dans une logique d'usure.

Les personnes accusées sont connu-e-s pour leur travail militant pour la défense d'un journalisme d'investigation et indépendant, et pour avoir couvert l'information sur la répression du mouvement du 20 février. Elles sont également membres de différentes organisations qui ont subi un harcèlement de la part du pouvoir marocain et dont les activités dérangent. Certains d'entre eux ont déjà fait de la prison récemment suite aux fausses accusations par les autorités, et ce en raison de leur militantisme. Il est d'ailleurs à noter que le juge en charge de l'affaire était déjà le juge qui a condamné par le passé l'un des sept journalistes ! L'acharnement répressif du pouvoir marocain se poursuit via son outil judiciaire !

Aujourd'hui ces sept confrères sont poursuivi-e-s avec de lourds chefs d'accusation :

Maâti Monjib (historien, journaliste et président de l’association Freedom Now pour la liberté d’expression au Maroc et ancien président du Centre Ibn Rochd d’Etudes et de Communication), Hicham Mansouri (chargé de projet à l’Association Marocaine pour le Journalisme d’Investigation AMJI), Abdessamad Aït Aïcha alias Samad Iach (journaliste, membre de l'AMJI et ancien coordinateur du projet de formation du Centre Ibn Rochd), Hisham Khrinchi alias Hisham Almiraat (ancien directeur de Global Voices Advocacy, fondateur et ex-président de l’Association des Droits numériques - ADN ), et Mohamed Sber (président de l’Association Marocaine d’Education de la Jeunesse – AMEJ), sont accusés « d'atteinte à la sûreté de l'Etat », pouvant se solder par une condamnation à cinq ans de prison ferme, et ceci sous prétexte d'avoir organisé des formations pour l'utilisation d'applications de logiciel libre sur smartphones dans le cadre de leur travail (formations dispensées par le Centre Ibn Rochd et après par l’AMEJ, en partenariat avec l’ONG néerlandaise Free Press Unlimited) et d'avoir reçu pour cela des financements de l'étranger.

Rachid Tarik (journaliste, président actuel de l’Association Marocaine pour le Journalisme d'Investigation - AMJI) et Maria Moukrim (journaliste, ancienne présidente de l’AMJI) sont accusé-e-s de ne pas avoir déclaré aux autorités la réception d'un financement de l'étranger pour les activités de l'association, bien que la réglementation et ses modalités d'application soient floues à ce sujet. Il et elle risquent une amende de 20 000 dirhams (1000 euros chacun).

Ce n'est pas la première fois que ce type de procès politique a lieu au Maroc, ces dernières années on ne les compte plus. Nous appelons à une mobilisation large pour casser ce black out médiatique sur la situation actuelle au Maroc que subissent nos camarades, nos collègues, et le peuple marocain qui est en lutte pour une justice sociale et contre ce pouvoir dictatorial, la répression et la torture systématique, les procès politiques, la précarité et l'exploitation.

Nous, Secrétariat International de la CNT-F et travailleur-se-s du Syndicat Interprofessionnel de la Presse, des Médias, de la Culture et du Spectacle et de la Fédération Communication-Culture-Spectacle de la CNT-F, dénonçons les entraves aux libertés de la presse, d'expression, mais aussi les entraves aux libertés politiques, syndicales et d'association qui se multiplient actuellement au Maroc.

La CNT-F dénonce la tenue de ce procès politique du 24 mai 2017, et exige l'abandon immédiat des poursuites envers Maati Monjib, Hicham Mansouri, Abdessamad Aït Aïcha, Hisham Khrinchi, Mohamed Sber, Rachid Tarik, et Maria Moukrim !

Nous exigeons également la libération immédiate de tou-te-s les prisonnier-ère-s politiques enfermé-e-s dans les geôles marocaines !

Nous appelons largement les organisations syndicales, politiques, associations et camarades en France et partout ailleurs, à exprimer leur soutien aux 7 militant-e-s inculpé-e-s en adressant massivement un courrier par mail ou fax aux autorités marocaines (modèle de lettre ci-dessous avec contacts mails et fax) demandant l'abandon des poursuites à leur encontre.

Une pétition de leur comité de soutien a été aussi mise en ligne, et à signer ici :
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Premier_Ministre_du_Maroc_Ministre_de_la_Justice_Ministre_de_linterieur_Abandon_des_charges_retenues_a_lencontre_des_sep/?pv=10

Nous appelons aussi nos camarades et collègues journalistes et leurs organisations syndicales et/ou professionnelles, ici en France et ailleurs, à se mettre en relation avec le comité de soutien pour se tenir informé-e-s de leur situation, du procès, et de communiquer à ce sujet. Contact du comité de soutien : solidaritemonjib gmail.com.

Un coup porté contre l'un ou l'une d'entre nous, est un coup porté contre nous tous-te-s !

Solidarité Internationale !

Le Syndicat Interprofessionnel des travailleur-se-s de la Presse, des Médias, de la Culture et du Spectacle (SIPMCS) de la CNT-F,
la Fédération Communication – Culture – Spectacle de la CNT-F,
et le Secrétariat International de la CNT-F.


MODÈLE DE LETTRE A ENVOYER AUX AUTORITÉS MAROCAINES :

(merci de mettre en copie des envois, en plus des autorités, l'adresse du comité de soutien, solidaritemonjib gmail.com et celle du groupe Afrique du Secrétariat International de la CNT-F, africa cnt-f.org, afin de connaître votre soutien)

→ objet du mail : PROCÈS DU 24 MAI TPI RABAT / ANNULATION IMMÉDIATE DES POURSUITES POUR LES 7 JOURNALISTES ET DÉFENSEUR-E-S DES DROITS HUMAINS !

→ texte :
« Le …/…/ 2017
(… Nom, ou organisation, association)

Madame, monsieur,

Nous demandons l'annulation immédiate des poursuites à l'encontre de Maati Monjib, Hicham Mansouri, Abdessamad Aït Aïcha, Hisham Khrinchi, Mohamed Sber, Rachid Tarik, et Maria Moukrim, qui passent en procès ce mercredi 24 mai 2017 au Tribunal de Première Instance de Rabat.
Nous exprimons toute notre solidarité à ces sept défenseur-se-s des droits humains et journalistes qui subissent de lourds chefs d'accusation de la part de vos autorités, dont celui « d'atteinte à la sureté de l’État », pour avoir simplement participé à la défense d'un journalisme d'investigation libre et indépendant.
Nous dénonçons les entraves contre les libertés de la presse et d'expression, ainsi que les atteintes aux libertés politiques, syndicales et d'associations aujourd'hui au Maroc, et exigeons la libération de tous les prisonnier-ère-s politiques détenu-e-s dans les geôles marocaines ! »

CONTACTS DES AUTORITÉS MAROCAINES :

→ pour un copier-coller simple des contacts mails répertoriés ci-dessous :

courrier pm.gov.ma, ministere maec.gov.ma, ccdh ccdh.org.ma, mission.maroc ties.itu.int, mission.maroc skynet.be, info amb-maroc.fr, cons.bastia maec.gov.ma, consumab2 wanadoo.fr, cgmaroc.colombes gmail.com, cgrm.dijon maec.gov.ma, consumalille maec.gov.ma, cons.mars wanadoo.fr, consumamontp wanadoo.fr, consulatorleans maec.gov.ma, cgm.orly maec.gov.ma, cgm.pontoise maec.gov.ma, consumarenne wanadoo.fr, consumastras noos.fr, consulatgeneraltoulouse gmail.com, consulatmaroclyon maec.gov.ma

- Premier Ministre : fax : +212 37 76 99 95 / 37 76 86 56 . Email : courrier pm.gov.ma
- Ministre des affaires étrangères et de la co-opération. fax : +212 - 37-76-55-08 / 37-76-46-79. Email : ministere maec.gov.ma
- Ministre de la justice. Fax : +212 37 72 68 56. Email : ccdh ccdh.org.ma
- Représentant Permanent du Royaume du Maroc auprès de l’Office des Nations Unies à Genève et des autres Organisations Internationales en Suisse Fax : + (41) 022 791 81 80. Email : mission.maroc ties.itu.int
- Ambassadeur Mission du Maroc auprès de l’Union européenne. Téléphone : +32 26263410 / 26263414. Email : mission.maroc skynet.be
- Ambassade du Maroc Paris Fax : (0033) - 01 45 20 22 58. Email : info amb-maroc.fr
- Consulat Général Bastia. Fax 04 95 30 71 86. Email : cons.bastia maec.gov.ma
- Consulat Général Bordeaux. Fax 05 56 42 02 75. Email : consumab2 wanadoo.fr
- Consulat Général Colombes Fax : 00 (33) 1 56 83 85 54 Email : cgmaroc.colombes gmail.com
- Consulat Général Dijon. Fax : 00 (33) 3 80 55 26 21 E-mail : cgrm.dijon maec.gov.ma
- Consulat Général Lille. Fax : 03 20 15 12 31. Email : consumalille maec.gov.ma
- Consulat Général Marseille. Fax : 04 91 50 86 09. Email : cons.mars wanadoo.fr
- Consulat Général Montpellier. Fax : 04 67 06 88 33. Email : consumamontp wanadoo.fr
- Consulat Général Orléans Fax : 00 (33) 2 38 25 95 17 E-mail : consulatorleans maec.gov.ma
- Consulat Général Orly. Fax : 01 48 53 66 97. Email : cgm.orly maec.gov.ma
- Consulat Général Pontoise. Fax : 00 (33) 1 30 30 11 47 E-mail : cgm.pontoise maec.gov.ma
- Consulat Général Rennes. Fax : 00 (33) 2 99 36 99 31 E-mail : consumarenne wanadoo.fr
- Consulat Général Strasbourg. Fax 03 88 35 68 51. Email : consumastras noos.fr
- Consulat Général Toulouse. Fax : 05 62 47 04 00 E-mail : consulatgeneraltoulouse gmail.com
- Consulat Général Lyon. Fax : 00 (33) 4 72 36 89 46 E-mail : consulatmaroclyon maec.gov.ma


THE MOROCCAN PRESS GAGGED !

WE APPEAL FOR INTERNATIONAL SOLIDARITY AND DEMAND THAT THE CHARGES BE DROPPED AGAINST THE 7 MOROCCAN JOURNALISTS AND HUMAN RIGHTS ACTIVISTS WHO APPEAR IN COURT ON MAY 24, 2017 IN RABAT

The Interprofessional Press-Media-Culture-and-Entertainment Union (SIPMICS), and both the Communication-Culture-and-Entertainment Federation and the International Secretariat of the National Labour Confederation of France (CNT-F) wish to express their full support for the seven Moroccan activists, five of whom are journalists, accused of "undermining state security" and who stand trial on May 24, 2017, with a likelihood of stiff sentences.
We wish to draw the attention of journalists, trade unions, political associations and the general public to the wave of repression in Morocco that is sweeping human rights activists and independent journalists at the moment.

local/cache-vignettes/L300xH291/maroc_com_presse-1a62a.jpg?1477145306
The crackdowns in recent years in Morocco have been growing in intensity since the February 20 Movement, a popular protest movement that has affected much of the country since 2011.
Indeed, today there are more than 200 political prisoners in Morocco, and the intimidation, harassment and lawsuits are multiplying. Human rights activists, social movement activists, trade unionists and journalists are directly targeted. Not to mention exploitation and the contempt of the authorities –Hogra, which Moroccans have to face on a daily basis, and that can sometimes end in death as witnessed in the dreadful event that led to the death of Mohcine Fikri, a fish monger, crushed by a refuse truck in the Autumn of 2016 as he tried to get back his fish confiscated by the authorities. Since then, the population of the Rif region has been firmly mobilizing against these social injustices.

On 24 May, seven activists, including five journalists, appear at the Court of First Instance in Rabat in a trial adjourned from November 18, 2015.

On October 26, the authorities gave false pretexts for the trial to be postponed.
After having argued last June that two of the accused were absent -even though their lawyers were present, in October the pretext was that summonses had not been served to some of the accused : “address unknown” for one and for another : “the accused’s mother refused to accept the summons”. This is absurd. The authorities have had the addresses of each of the accused for a long time. And the mother in question declared that she had never actually received a summons. Indeed, in the absence of a court officer’s justification, there is no evidence whatsoever that summonses were actually served.
On January 25, 2017, the day of the last postponement, the authorities still use the pretext of the absence of some of the accused to once again postpone the trial until May 24, 2017.
We do know, of course, that the authorities frequently use adjournments as a tactic to sap people’s strength.

The accused are known for their activist work in defense of investigative and independent journalism, and for reporting news on the suppression of the February 20 Movement. They are also members of various organizations and because their activities are considered a disturbance, they have suffered harassment from the Moroccan government. Some of them have already been jailed -most recently in the wake of false accusations by the authorities, merely on account of their activism. It should also be noted that the judge in charge of the case was already the judge who in the past, sentenced one of the seven journalists ! The repressive fury of the Moroccan authorities continues via its judicial tool !

Today, these seven comrades face serious charges :

Maati Monjib (historian, journalist and Chairman of Freedom Now, an organization which defends Freedom of Speech in Morocco and former chairman of the Ibn Rushd Center for Studies and Communication) ; Hicham Mansouri (a project leader at the Moroccan Association for Investigative Journalism, AMJI) ; Abdessamad Ait Aishah aka Samad Iach (journalist, member of the AMJI and former coordinator of the Ibn Rushd Center Training Project) ; Hisham Khrinchi aka Hisham Almiraat (former Director of Global Voices Advocacy, founder and former chairman of the Association of digital rights - DNA) ; and Mohamed Sber (Chairman of the Moroccan Association for Youth Education - AMEJ), are accused "of 'endangering state security', which may result in a sentence of five years in prison, under the pretext of organizing training courses for the use of free software applications on smartphones as part of their work (training provided by the Center Ibn Rushd and AMEJ, in partnership with the Dutch NGO Free Press Unlimited) and receiving funding from abroad.

Rachid Tarik (journalist, current chairman of the Moroccan Association for Investigative Journalism - AMJI) and Maria Moukrim (journalist, former chairwoman of the AMJI) are accused of not reporting to the authorities that they received funding from abroad for the activities of the association, although the regulations and rules of implementation are far from clear. They face a fine of 20,000 dirhams (€1,000 each).

This is not the first time this type of political trial has been held in Morocco and in recent years, we have stopped counting. We call for an international mobilization to break the media blackout on the current situation in Morocco of which our comrades, colleagues, and the Moroccan people are victim in their struggle for social justice against the dictatorship, the repression and systematic torture, the political trials, insecurity and exploitation.

We, the workers of the Interprofessional Press-Media-Culture-and-Entertainment Union and of both the Communication-Culture-Entertainment Federation and the International Secretariat of CNT-F, denounce obstacles to Freedom of the Press and Freedom of Speech, but also the current shackling of political, trade union and association liberties, which is on the increase in Morocco.

CNT-F denounces the holding of this political trial on May 24 2017, and demands the immediate dismissal of charges against Maati Monjib, Hicham Mansouri Abdessamad Ait Aicha, Hicham Almiraat, Sber Mohamed Rachid Tarik and Maria Moukrim !

We also demand the immediate release of all political prisoners held in Moroccan jails !

We call on union and political organizations and associations and comrades in France and elsewhere to express their support for the 7 accused militants by sending en masse a letter by mail or by fax to the Moroccan authorities (sample letter available at www.cnt-f.org/sipm with mail contacts and faxes) requesting the dismissal of charges against them.

Their Support Commitee has put on line a petition which may be signed here :
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Premier_Ministre_du_Maroc_Ministre_de_la_Justice_Ministre_de_linterieur_Abandon_des_charges_retenues_a_lencontre_des_sep/?pv=10

We also call on our journalist comrades and colleagues and on their union or professional organisations, here in France and elsewhere, to get in touch with the Support Committee for information about their state, the trial, and in order to communicate on the subject.
Support Committee contact : solidaritemonjib gmail.com.

A Blow to One is a Blow to All !

International Solidarity !

The workers of the Interprofessional Press, Media, Culture and Entertainment Union, and of the Communication-Culture-Entertainment Federation of the CNT-F,
and the International Secretariat of the CNT-F.


MODEL LETTER TO BE SENT TO THE AUTHORITIES :

(When you write to the authorities, please add the address of the Support Committee, solidaritemonjib gmail.com, and the International Secretariat of the CNT-F, africa cnt-f.org, so that we can keep track of your support.)

→ Subject line : TRIAL OF MAY 24, 2017 TPI RABAT / IMMEDIATE CANCELLATION OF PROSECUTION FOR 7 JOURNALISTS AND HUMAN RIGHTS DEFENDERS !

→ text :
" (.. City, country)
... / ... / 2017
(... Your name or the name of your organization, association)

Dear Sir or Madame,

We demand the immediate cancellation of proceedings against Maati Monjib, Hicham Mansouri Abdessamad Ait Aicha, Hisham Khrinchi, Sber Mohamed Rachid Tarik and Maria Moukrim, standing trial this Wednesday, 24 May 2017, at the Trinubal of First Instance, Rabat.
We express our solidarity with the seven Human Rights activists and journalists who have been accused of serious offences by your authorities, including that of "endangering state security", simply for having participated in the defense of free and independent investigative journalism.
We denounce the barriers against freedom of the press and expression, as well as violations of political, trade union and association freedoms in Morocco today, and demand the release of all political prisoners in Moroccan jails ! "

CONTACTS OF MOROCCAN AUTHORITIES :

→ To faciliate simple “copying and pasting”, here is a list of email contacts :

courrier pm.gov.ma, ministere maec.gov.ma, ccdh ccdh.org.ma, mission.maroc ties.itu.int, mission.maroc skynet.be, info amb-maroc.fr, cons.bastia maec.gov.ma, consumab2 wanadoo.fr, cgmaroc.colombes gmail.com, cgrm.dijon maec.gov.ma, consumalille maec.gov.ma, cons.mars wanadoo.fr, consumamontp wanadoo.fr, consulatorleans maec.gov.ma, cgm.orly maec.gov.ma, cgm.pontoise maec.gov.ma, consumarenne wanadoo.fr, consumastras noos.fr, consulatgeneraltoulouse gmail.com, consulatmaroclyon maec.gov.ma

- Prime Minister Fax : +212 37 76 99 95/37 76 86 56. Email : courrier pm.gov.ma
- Minister of Foreign Affairs and Co-operation. fax : +212 - 37-76-55-08 / 37-76-46-79. Email : ministere maec.gov.ma
- Justice Ministry. Fax : +212 37 72 68 56. Email : ccdh ccdh.org.ma
- Permanent Representative of the Kingdom of Morocco to the United Nations Office at Geneva and other International Organizations in Switzerland Fax : + (41) 022 791 81 80. Email : mission.maroc ties.itu.int
- Ambassador of Morocco Mission to the European Union. Phone : +32 26263410 / 26263414. Email : mission.maroc skynet.be
- Ambassy of Morocco Paris. Fax : (0033) - 01 45 20 22 58. Email : info amb-maroc.fr
- Consulate General Bastia. Fax 04 95 30 71 86. Email : cons.bastia maec.gov.ma
- Consulate General Bordeaux. Fax 05 56 42 02 75. Email : consumab2 wanadoo.fr
- Consulate General Colombes. Fax : 00 (33) 1 56 83 85 54 Email : cgmaroc.colombes gmail.com
- Consulate General Dijon. Fax : 00 (33) 3 80 55 26 21 E-mail : cgrm.dijon maec.gov.ma
- Consulate General Lille. Fax : 03 20 15 12 31. Email : consumalille maec.gov.ma
- Consulate General Marseille. Fax : 04 91 50 86 09. Email : cons.mas warnadoo.fr
- Consulate General Montpellier. Fax : 04 67 06 88 33. Email : consumamontp wanadoo.fr
- Consulate General Orleans. Fax : 00 (33) 2 38 25 95 17 E-mail : consulatorleans maec.gov.ma
- Consulate General Orly. Fax : 01 48 53 66 97. Email : cgm.orly maec.gov.ma
- Consulate General Pontoise. Fax : 00 (33) 1 30 30 11 47 E-mail : cgm.pontoise maec.gov.ma
- Consulate General Rennes. Fax : 00 (33) 2 99 36 99 31 E-mail : consumarenne wanadoo.fr
-  Consulate General Strasbourg. Fax 03 88 35 68 51. Email : consumastras noos.fr
- Consulate General Toulouse. Fax : 05 62 47 04 00 E-mail : consulatgeneraltoulouse gmail.com
-  Consulate General Lyon. Fax : 00 (33) 4 72 36 89 46 E-mail : consulatmaroclyon maec.gov.ma

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

S'abonner à notre lettre d'information :