Secrétariat international de la CNT

Kanaky : Appel pour la libération des syndicalistes de l’USTKE

Publié le samedi 30 mai 2009

27 syndicalistes de l'USTKE sont encore en garde à vue ce vendredi 29 mai pour avoir participé à une manifestation dans l'aéroport Magenta à Nouméa (Nouvelle Calédonie).

Dans le cadre du conflit qui oppose depuis près de trois mois les salarié de la société Air Calédonie à la direction de l'entreprise, le syndicat USTKE avait appelé a une mobilisation le jeudi 28 mai à l'aéroport.

local/cache-vignettes/L130xH82/images-28-4a883.jpg?1422504881

Un millier de manifestants se trouvaient dans l'aéroport et ses abords quand les forces de l'ordre, gendarmes mobiles et GIPN, sont intervenues avec une grande violence pour déloger les manifestants pacifiques. Certains d'entre eux se sont réfugiés dans un avion garé sur le tarmac.

Des dizaines d'arrestations ont été opérées, 27 militants dont le président Gérard Jodar et les principaux dirigeants du syndicat ont vu leur garde à vue prolongée au-delà des 24 premières heures.

Lors d'une conférence de presse, le haut commissaire de la République a qualifié l'action syndicale de banditisme et stigmatisé l'USTKE comme « preneur d'otage » allant jusqu'à prétendre contre toute évidence qu'un engin explosif avait été trouvé dans un avion.

Nous dénonçons cette criminalisation des mouvements sociaux et demandons la libération immédiate des syndicalistes et l'abandon des poursuites contre eux.

Solidarité Kanaky

octobre 2020 :

Rien pour ce mois

septembre 2020 | novembre 2020

S'abonner à notre lettre d'information :