Secrétariat international de la CNT

Colombie : Massacres d’indigènes au profit des mutinationales

Publié le jeudi 23 octobre 2008

La Coordination Andine des Organisations Indigènes (CAOI) alerte la communeauté internationale d'un véritable génocide indigène perpétré par le gouvernement URIBE.

Ces quinze derniers jours, en effet, une répression s'abat sur les peuples indigènes et a causé la mort pas moins de 19 personnes.

Coordonnés au sein de l'Organisation Nationale Indigène de Colombie (ONIC), les Peuples indigènes ont entrepris une lutte massive au travers d'une campagne "La Minga de resistancias Indigena y Popular" afin de faire connaître leurs revendications et que "ses droits soient enfin reconnus, non pas d'un point de vue formel mais que cela devienne réalité".

En effet, dans la Constitution colombienne, les droits indigènes sont inscrits comme un des fondement de l'État. La réalité est hélas tout autre, les droits indigènes étant bafoués, les indigènes ne sont que des citoyens de seconde zone.

VIOLENCE ÉTATIQUE ET MUTINATIONALES EN EMBUSCADE

La réponse de l'État colombien à ce mouvement pacifiste est la violence. Le gouvernement exerce à l'encontre des communautés indigènes une répression implacable, tandis qu'elle protège les actions sanglantes des groupes paramilitaires d'extrême droite.

Policiers et paramilitaires multiplient les incursions violentes dans les zones indigènes. Les leaders indigènes sont accusés par les Autorités de "terrorisme". Ils sont arrêtés, torturés, assassinés ou déportés.

Cette politique répressive n'est pas neutre. Elle s'inscrit, depuis de longues années, dans un contexte d'expropriation des terres indigènes.

Terres que le gouvernement colombien revend par la suite aux multinationales pour l'exploitation de ses riches sous sols.

Miguel Palacín Quispe

Coordinateur Général de la CAOI

Le 17 octobre, 2008

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :