Secrétariat international de la CNT

Chili : Libération des prisonniers politiques Mapuche

Publié le mercredi 23 janvier 2008

Depuis la fin de la dictature dirigée par le Général Pinochet, la situation des peuples autochtones au Chili n'a pas changé. Malgré l'élection d'une présidente sous étiquette socialiste, malgré la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones, les militants mapuche qui luttent pour se voir reconnaître leur droit à leurs territoires, sont poursuivis et jugés en vertu de lois anti-terroristes datant de l'époque de la dictature, et subissent une persécution militaire d'un autre âge.

Dans ce contexte et pour ces raisons, depuis plus de 100 jours, Patricia
Troncoso Robles, prisonnière politique mapuche, poursuit la plus longue
grève de la faim du Chili. Elle est au seuil de la mort. Quatre autres
codétenus politiques mapuche l'ont accompagnée pendant plus de deux mois dans cette grève et deux autres l'ont rejointe solidairement.

Au prix de sa vie, elle revendique, avec les autres prisonniers, la libération immédiate de tous les prisonniers politiques mapuche, la
démilitarisation du territoire mapuche, la fin de la répression des communautés en conflit et le respect de leurs droits territoriaux, revendications auxquelles notre Collectif adhère pleinement.

Dans ce contexte très répressif et injuste, l'Etat chilien continue l'occupation militaire des territoires mapuche et multiplie dans les communautés de brutales perquisitions accompagnées d'humiliations
racistes.

Jeudi 3 janvier, Matias Catrileo, jeune étudiant mapuche âgé de 22 ans, a
été tué d'une balle dans le dos par la police militaire, lors d'un acte de
récupération de terres. Nous demandons la mise en place immédiate d'une commission composée de membres de la société civile, pour enquêter sur sa mort, de même que nous demandons que son meurtrier soit jugé par un tribunal civil et non par un tribunal militaire.

Pour mémoire, le 7 novembre 2002, un jeune mapuche de 17 ans, Alex Lemun, a été atteint mortellement par le tir d'un officier de police, lors d'une occupation de terres. Son meurtrier a été acquitté par un tribunal
militaire et est monté en grade peu après. Dans la nuit du 21 août 2006,
José Domingo Collihuin Catril, âgé de 71 ans, a été tué dans sa propre
communauté pendant une perquisition policière. L'enquête est toujours en instruction.

Nous demandons la suppression de la loi antiterroriste promulguée pendant la dictature et appliquée, ces vingt dernières années, exclusivement aux luttes sociales et territoriales.

Nous demandons à l'Etat chilien d'appliquer enfin la Déclaration des Droits des Peuples Indigènes, adoptée le 13/09/2007 par l'Assemblée Générale des Nations Unies, et de ratifier dans son intégralité la Convention 169 de l'Organisation Internationale du Travail.

Collectif de Soutien au Peuple Mapuche : AlterKonexions, Association
Apatapela (Marseille), Association Kakiñe, Association La Aldea, Association Pueblo, Association RELMU – Paris, Association Terre et
Liberté pour Arauco, Collectif Caracol (Marseille), Comité de Solidarité
avec les Indiens des Amériques - Nitassinan, Confédération Nationale du
travail (CNT), Icra International, La Cucaracha Festival, Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples, Réseau d'Information et de Soutien au Peuple Mapuche.

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :