Secrétariat international de la CNT

Cartes

Publié le mercredi 16 février 2005

Territoires "autonomes"

territoires "autonomes"

Le territoire autonome est caractérisé par son exiguïté et sa discontinuité. Il a été découpé en trois zones principales : la zone A, où l'Autorité palestinienne (AP) exerce pleine souveraineté, comprend, outre 60% de la bande de Gaza, les sept villes de Ramallah, Bethléem, Naplouse, Jéricho, Jénine, Tulkarem et, partiellement, Hébron, l'ensemble représentant quelque 3% de la Cisjordanie ; la zone B, où l'AP est responsable de l'administration seulement mais où Israël s'est réservé la sécurité, comprend les zones rurales de Cisjordanie, soit environ 27% de cette région. Autrement dit, sur tout le reste, soit environ 70% de la Cisjordanie et 40% de Gaza, l'AP n'est pas censée exercer la moindre part de souveraineté : il s'agit de la zone C regroupant les terres non peuplées, les zones où sont installés des camps militaires, des carrières et des zones de colonisation israélienne. Ce découpage fait que les villes autonomes ne sont jamais reliées directement entre elles, tandis que Gaza et la Cisjordanie sont quasiment coupées l'une de l'autre. Les métaphores n'ont pas manqué pour décrire cette situation, allant du « territoire-gruyère » à la « peau de léopard », et pour qualifier les parcelles autonomes de « bantoustans » en voie de ghettoïsation accélérée.

(source : solidarité palestine)

Le mur de la honte

mur

À toutes les mesures israéliennes criminelles qui violent les lois internationales, est venue s'ajouter, plus grave et plus dévastatrice à terme, la barrière dite « de sécurité », qui est actuellement en construction au nord de la Cisjordanie. Un mur de huit mètres de haut, quelque chose de brutal jeté en travers d'un paysage magnifique, qui avance à toute vitesse. Ce nouveau système de fermeture, effrayant par sa démesure et les dévastations qu'il entraîne, bouleverse depuis juin 2002 l'existence de dizaines de milliers de personnes. Les habitants de ces régions agricoles assistent impuissants à l'avancée de cette barrière qui se dresse, agressive, à l'intérieur de leurs terres. Bien que le Mur de l'Apartheid constitue un élément indissociable de la politique d'occupation, au même titre que les bouclages et le siège des villes palestiniennes, et une poursuite, ou plutôt une escalade, de celle-ci, il est cependant unique en ce sens qu'il s'agit d'un mécanisme clair (un mur) et bénéficiant d'un large soutien (tant au sein de la population israélienne qu'en raison de la complicité internationale) utilisé par Israël pour accaparer et détruire une superficie massive des terres palestiniennes, et ravager la vie de centaines ou de milliers de Palestiniens.

Al Qods (Jérusalem)

Jerusalem

Gaza

Gaza
avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :