Secrétariat international de la CNT

Cameroun : Arrestation et séquestration arbitraire du camarade MELONGO EDMOND CLAUDE secrétarie confédéral aux relation internationales de la CSP

Publié le mercredi 19 mars 2008

Le camarade MELONGO Edmond Claude a été arrêté et séquestré depuis le Jeudi 28 Février 2008 à Ebolowa dans les cellules du Groupement Mobile d'Intervention (GMI N°8).
De passage à Ebolowa pour son village où sa maman est gravement malade depuis plus d'un mois, la camarade à été interpellé par les forces de police alors qu'il s'entretenait avec les camarades de la CSP au sujet de la Mutuelle de Santé des Personnels Educatifs du Cameroun (MUSAPEC) qui vient d'être lancée sous les auspices de la GTZ (Coopération Allemande).
Il est accusé de s'être déporté à Ebolowa ce jour pour mobiliser les opposants et organiser la casse dans cette localité.
Sans preuve concrète ni jugement, le camarade se retrouve ainsi détenu arbitrairement par des policiers zélés en mal de notoriété et de promotion. La CSP condamne fermement cet amalgame qui voudrait créer la confusion entre le syndicalisme et l'opposition politique et sollicitons la solidarité de tous pour que le camarade soit libéré sans condition.

BIKOKO Jean-Marc
Président de la CSP

MISSION DE LA CSP A EBOLOWA

Le Mercredi 05 Mars 2008, nous avons été à Ebolowa, Chef-lieu de la Province du Sud où le camarade Melongo Edmond Claude est détenu depuis le Jeudi 28 Février 2008 en compagnie de son chauffeur le nommé Ambassa Armand qui souffre de traumatisme suite à la bastonnade qu'il a subi de la part d'une vingtaine de policiers.

Arrivés sur les lieux en compagnie de l'avocat de la CSP (Centrale Syndicale du secteur Public), nous avons tour à tour rencontré le Secrétaire Général de la Province du Sud et le Délégué Provincial de la Sûreté Nationale.

IL nous a été rapporté de part et d'autre que les instructions de la haute hiérarchie avaient ordonné la restriction des libertés, que le camarade avait été interpelé suite à une dénonciation et qu'il soupçonné de s'être rendu à Ebolowa ce jour pour organiser les manifestations et la casse. Il est identifié comme l'instigateur des grèves et qu'il était partie prenante des différents mouvements de l'opposition.

A la question de savoir où est-ce qu'ils en étaient avec les enquêtes et a quand la libération des détenus, il nous a été répondu que ce serait à la fin des enquêtes et que l'affaire n'était pas si simple comme nous le croyons.

En un mot, la sortie de nos amis n'est pas pour demain. Les populations de la ville d'Ebolowa sont quasiment dans un état d'urgence où les libertés n'existent plus. Il faut faire quelque chose pour les populations de cette région qui vivent désormais sous une dictature d'un autre âge.
Cordialement.

BIKOKO Jean-Marc
Président de la CSP

avril 2021 :

Rien pour ce mois

mars 2021 | mai 2021

S'abonner à notre lettre d'information :