Secrétariat international de la CNT

Argentine : chronique de persécution politique

Publié le jeudi 1er octobre 2009

Dans le cadre d'une visite en solidarité à Freddy et Marcelo, détenus dans la prison de Neuquen ( Argentine), deux camarades chiliens, un argentin et une camarade de la CNT France ont été victimes de violences. Chronique ordinaire de la répression d'État...

Qui sont Freddy et Marcelo ?

Freddy et Marcelo sont deux militants populaires chiliens, l'un miriste (du Mir clandestin chilien), l'autre ex-lautariste, libertaire (du Mapu Lautaro, organisation révolutionnaire armée), persécutés par l'État chilien, accusés lors d'un montage médiatique d'un vol de banque à main armée et de l'assassinat d'un carabinier ce même jour. Menacés publiquement de mort par le chef des carabiniers du Chili, ils traversent la frontière argentine et, après avoir passé plusieurs mois dans la clandestinité, ils sont arrêtés en Argentine le 15 mars 2008.

local/cache-vignettes/L300xH225/crbst_prison_20hibou0-721af.png?1422543654

Aujourd'hui ils doivent purger une peine de trois ans et demie pour port d'arme illégal (pour ce qui est du procès en argentine, il va de soit que trois ans et demi pour ce chef d'accusation est plus que ridicule dans un pays où un habitant sur neuf est armé légalement ou illégalement), ils sont passés par plusieurs pénitenciers où ils subirent plusieurs tortures en prison pour faire leur peine dans l'unité 11 de Neuquen, prison de haute sécurité de la province du même nom. En décembre 2009, ils auront purgé la peine minimum et sont alors menacés d'extradition par l'État chilien. Ce dernier demande l'expulsion pour que les camarades passent devant le tribunal militaire ainsi que devant le tribunal civil de grande instance.

Le contexte pour les prisonniers politiques au Chili est des pires en Amérique Latine, tortures et morts en prisons sont fréquentes, menaces d'autant plus grandes pour Freddy et Marcelo vu l'accusation d'assassinat d'un militaire. Les États chiliens et argentins essayent, en vain, de couper toute solidarité nationale et internationale, jugeant de « terroriste » et spéculant sur une soi-disant « coordination internationale de lautaristes et terroristes ». Pour cela, ils menacent, maltraitent, abusent de leur autorité et essayent d'effrayer les visites.
Les mêmes pratiques (connues sous la dictature militaire) sont alors en vigueur pour que les États capitaux arrivent à leurs fins... C'est dans ce contexte que nous avons, avec trois autres camarades, un argentin et deux chiliens, eu le malheur de connaitre cette réalité. À la sortie de la prison, un de nous, Roberto (qui nous attendait à la sortie) avait disparu. Ne le trouvant pas aux alentours, nous revenons sur nos pas et c'est alors que sa compagne nous dit avoir vu au loin une patrouille de police embarquer quelqu'un en le faisant monter de force dans la camionnette et en le menaçant avec des armes à feu.

On se rend directement au commissariat le plus proche ou l'on trouve en effet Roberto menotté et entouré d'une dizaine de flics.

À ma question « pourquoi vous l'avez embarqué ? », on me répond que nous aussi nous étions en état d'arrestation et un policier me dit « dans mon commissariat, j'arrête qui je veux, J'ai pas à me justifier, t'as aucun droit ici, t'es pas au courant ? Alors plus tu te tais, mieux ca sera pour toi ».

Précisons que, pour l'occasion, tous les agents du commissariat N20 avaient enlevé leurs matricules, rendant impossible tout témoignage ou plainte envers eux. Les insignes hiérarchiques étaient aussi absents, ce qui est totalement « illégal » comme nous le dira plus tard un avocat. C'est alors cinq heures de tortures physiques et psychologiques qui s'en suivra : interrogatoire illégal (vérification d'antécédents, légalement parlant), questions d'ordre politique « T'es anarchiste ? T'es communiste ? » avec un coup en cadeau si un de nous osait répondre quelque chose, photos illégales aussi de nos visages avec leur portable personnel, de nos tatouages. Aussi à ma question (pourquoi je pose ces questions si évidentes) de pourquoi ils photographiaient mon tatouage, l'officier féminin me répond : « pour mieux identifier ton corps si on te retrouve balancé quelque part »...

La liste d'abus et de menaces est très longue, ce qu'il faut retenir de ce témoignage est que les chefs d'arrestation étaient « d'avoir rendu visite à un camarade », que l'on était une bande d'anarchistes et de communistes.

Comme les visites sont légalement autorisées, c'est bien une persécution politique et la solidarité, elle, est réprimée, Suite à cela, une mobilisation de camarades à Buenos-Aires s'est rendue à la maison d'arrêt de la province de Neuquen.

C'est pour cela que la coordination internationale en solidarité avec Freddy et Marcelo s'est mobilisée ce 5 septembre pour demander l'asile politique aux camarades et dire non à l'expulsion au Chili.
En soutien à nos camarades, nous appelons donc toutes les organisations et individu-e-s à se solidariser par tous les moyens possibles.

Liberté et révolution sociale !

J. Correspondante pour le SI de la CNT

mars 2020 :

Rien pour ce mois

février 2020 | avril 2020

S'abonner à notre lettre d'information :