Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

Communiqué intersyndical Loire 1er mai 2020
[Posté le 25/04/2020]

Un 1er Mai confiné mais revendicatif

A la veille de la journée internationale de lutte des travailleuses et travailleurs, nos organisations syndicales s’expriment ensemble dans la continuité de nos luttes communes pour défendre le Code du Travail, les retraites, les salaires, la sécurité sociale, le service public, les libertés et l’emploi. Sans les salarié-e-s mal payé-e-s, précarisé-e-s, méprisé-e-s, pas de lutte contre le virus Nous saluons l’engagement des salarié-e-s qui répondent présent-e-s pour satisfaire les besoins de première

PDF - 282.9 ko
Communiqué intersyndical Loire 1er mai 2020

nécessité, qu’elles et ils soient dans le secteur de la santé, du médico-social, dans l’aide à domicile, la collecte et le traitement des déchets, les grandes surfaces alimentaires, les transports, la Poste, l’Éducation, les industries et toutes les activités essentielles et vitales dans ce contexte de pandémie mondiale. Ce sont principalement les salarié-e-s les plus mal payé-e-s, à temps partiel et précaires, majoritairement des femmes, qui se trouvent bien souvent en première ligne, parfois au péril de leur santé et de leur sécurité.

Hôpitaux, EHPAD : il ne suffit pas de rendre hommage, il faut répondre aux revendications !

En poursuivant la politique de suppression de lits de ses prédécesseurs (- 150 000 lits depuis 1980), en refusant la réouverture des usines qui permettrait la production de masques ou de bouteilles d’oxygènes, en n’organisant pas la production des tests et des médicaments, en maintenant tous les plans mortifères pour le système de soins publics (comme l’a révélé la déclaration du directeur de l’ARS Grand Est), ce gouvernement est pleinement responsable de la situation. Ce ne sont pas de félicitations de convenance dont ont besoin les soignant-e-s et personnels des hôpitaux : il faut, tout de suite, des masques, des tests de dépistage, des EPI, partout ! Il faut, tout de suite, du matériel, des postes, des augmentations de salaires ! C’est ce que demandaient et demandent toujours les soignant-e-s qui étaient mobilisé-e-s depuis plus d’un an et que le gouvernement a réprimés-e-s !

Dans les EHPADs, la revendication du ratio personnels/résident-e-s « un pour un », pourtant inscrite dans le plan Solidarité grand âge 2007 /2012, n’a pas non plus été appliquée. La scandaleuse recommandation du ministère de la Santé pour empêcher la prise en charge des résidents des EHPAD à l’hôpital doit être retirée !

Suite dans document pdf

Répondre à cet article