CNT 66

Non à la libéralisation de la viticulture !

jeudi 5 janvier 2012

La commission européenne en 2008 a décidé, en dépit de l’avis contraire de la France, de rendre totalement libre la plantation des vignes sur tout le territoire de l’Union Européenne à partir du 1er janvier 2016 (au plus tard, 2018).

La commission européenne en 2008 a décidé, en dépit de l’avis contraire de la France, de rendre totalement libre la plantation des vignes sur tout le territoire de l’Union Européenne à partir du 1er janvier 2016 (au plus tard, 2018).

L’Europe a décidé !!... sans demander aux premiers concernés leurs avis : les viticulteurs.
A moins que Bordeaux ne représente toute la viticulture française ? Ou, si les industriels qui ont de l’argent à blanchir s’y intéressent pour spéculer avec un nouveau produit.

Dès qu’on parle de sécurité routière, le fautif est le vin à table : il est beaucoup plus facile d’accuser le vin que Paul Ricard qui lui est au Cac 40 avec ses alcools.

On a demandé aux viticulteurs d’arracher leurs vignes car il y’avait une trop grosse production de vin et on nous a saoûlés comme quoi la production de vin baissait dans le monde, nous nous sommes éxecutés en arrachant nos vignes par milliers d’hectares.

L’Europe a donné des primes à l’arrachage qui étaient basées sur les rendements, des primes qui ne payent que le travail d’arrachage aux paysans.
Mais, comment comparer des vignes de plaine qui produisent du 100 hl/HEC voire du 130 hl/HEC par rapport à des vignes plus qualitatives qui ne produisent qu’entre 30 et 40 hl/HEC.
Sans oublier les vieilles vignes qui permettent d’élaborer de grands vins si jalousés par certains.

Ces paysans à qui on demande de se diversifier vers d’autres cultures style oléiculture alors que tous les pays méditerranéens sont producteurs et moins chers que la Fance depuis longtemps. Pour monter les Français contre nous, en leur faisant croire qu’on se nourrit de subventions européennes alors que pour la viticulture, la subvention n’est que de 6 %.

Les plus gros profiteurs de ces primes sont les céréaliers à qui on verse des primes même quand ils n’ont pas de problèmes. On nous fait crouler sous des dossiers européens à remplir pour avoir le droit de vivre alors que notre travail est dehors dans nos vignes. Il n’y a que les gros exploitants qui courent à la Chambre d’Agriculture pour savoir où il y’a de l’argent à gratter.

Si on a choisi la viticulture c’est aussi qu’on aime son métier qui est dur pour l’être humain et cet art qui permet de développer des produits qui ont le goût de leur terroir et leur typicité, ce qui amène la fierté du travail bien fait. Car tous les terroirs sont différents et le viticulteur est capable d’en extraire une puissance gustative, alors que pendant ce temps les exploitants qui ont créé cette crise en plantant des vignes aux quatre coins du monde vont planter des vignes dans toute l’Europe pour détruire les petits paysans, pour faire des vins insipides sans caractère et sans corps, pour détruire la paysannerie et s’enrichir en nous éliminant, nous, les paysans !

Posez-vous cette question en tant que consommateur : comment Bordeaux peut sortir autant de bouteilles de vin pour alimenter le marché mondial avec un si petit territoire !??? Quel est le pourcentage de Bordeaux dans une bouteille que vous achetez dans un supermarché ? Par contre, il continueront à produire des Bordeaux que vous ne pourrez pas vous payer une seule bouteille. Elle représente pour certains d’entre nous le salaire mensuel ou le panier alimentaire de votre famille.

En libéralisant les plantations de vigne ils vont faire s’écrouler les marchés pour nous ruiner et nous voler les terres que l’on travaille péniblement. Cette libéralisation ne créera pas d’emplois car tout est basé sur la mécanisation des parcelles. Cette libéralisation est comme toujours quand l’Europe annonce un nouveau pays entrant bien à l’avance pour permettre aux exploitants d’aller voler les terres des petits paysans locaux au lieux de leur permettre de se développer en les aidant dans l’achat de matériel pour aller travailler.

L’Europe permet au capitalisme de se développer en exploitant les habitants de ces pays. L’Europe n’est faite que pour les riches qui veulent tout sans aucun respect des gens. A quand une Europe des citoyens qui vivent en tout liberté ? Non à cette Europe de dictature, avec ses lois et règlements qu’on a jamais voté, car là, le sujet est la viticulture, mais le problème est le même pour toute l’alimentation. On nous empoisonne avec des aliments qui viennent d’autres pays où la législation sur les produits phytosanitaires n’est pas aussi drastique qu’en France, ou on utilise des produits interdits dans notre pays et on essaie de nous faire manger malgré nous les OGM et autres saloperies.

Cette libéralisation va tuer la petite viticulture car seuls les industriels du vin s’en sortiront en vendant leur vin uniforme et plat (comme ils le font déjà aux USA) avec le même vin pour tout le monde, c’est à dire un vin générique.
Seuls les riches auront donc le droit à de bons vins.

Gardons courage et continuons la lutte !

Casellas Marc


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 287 / 292739

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Syndicat Interco 66   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License