Accueil > Tous les numéros > N° 33 - Chantiers de pédagogie sociale > Orientation… à l’ouest !

Orientation… à l’ouest !

samedi 10 novembre 2012, par Greg

Un jour, une petite équipe s’est installée dans un bureau de l’école Ferdinand-Buisson à Tours. Toutes les élèves y sont passées l’une après l’autre. C’était une école de filles.

On a toutes près de 14 ans et on va passer bientôt notre Certificat d’études primaires. Il s’agit de déterminer par des tests notre proche avenir. Quelle orientation après l’examen ? Est-ce que nos « études » s’arrêtent là ou peut-on prolonger un peu ? De toute manière, il n’y a guère de possibilité (ou pas du tout) d’intégrer un lycée si on a suivi la « filière » école primaire jusqu’à son terme ; ça sera au mieux le collège, et comme on est des filles, ça sera aussi et simplement en attendant le mariage…

Je me retrouve donc dans une petite pièce transformée en salle de tests pour la journée. Sur la table, des pièces avec des trous positionnés de façon différente. Il s’agit d’enfiler ces pièces sur des tiges ; il faut trouver la bonne pièce qui s’enfile sur la bonne tige. Top chrono ! c’est parti !

Je termine vite fait. Plutôt amusant (je suis joueuse).

La femme arrête le chronomètre, le regarde et appelle son collège qui était dans le couloir. Elle lui fait remarquer la vitesse à laquelle j’ai terminé, elle est tout épatée… de mon « agilité ». Elle conclut : « Elle fera une excellente dactylo. »

Ce que j’ai fait. C’était l’hiver, peu avant 1960. À cette époque reculée, on ne savait pas encore que pour faire agir les doigts, il était préférable d’avoir aussi un cerveau. ■

Sol.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0