CNT 66

Education,histoire ouvrière et Argentine : trois nouvelles publication des éditions cnt-rp

eduquer pour émanciper -L’horizon Argentin- Le syndicalisme révolutionnaire la charte d’Amiens et l’autonomie ouvriére
jeudi 26 novembre 2009
PDF - 147.5 ko

Éduquer pour émanciper, Hugues Lenoir, éditions CNT Région parisienne, 16 €, frais de port : 3 €.

Éducateur et anarcho-syndicaliste, l’auteur se penche ici sur les pratiques et les théories éducationnistes du patrimoine culturel anarchiste et, en particulier, l’éducation libertaire.

- L’HORIZON ARGENTIN, Petite histoire des voies empruntées par le pouvoir populaire. 1860-2001, Guillaume de Gracia, Préface de Pierre-Philippe Rey, Guillaume de Gracia, éditions CNT-RP, 2009, 22 €, frais de port : 3, 90 €.

Décembre 2001…

Les médias diffusent – horrifiés – les images du peuple argentin en pleine explosion sociale et populaire lors des journées du 19 et 20 décembre 2001.

El Argentinazo nous a marqué à la fois parce qu’il constitue la première des grandes crises du nouveau millénaire mais aussi parce qu’il a remis au goût du jour des pratiques qui semblaient s’être perdues face aux assauts du libéralisme : Les assemblées générales de quartier, le troc, la récupération et l’autogestion d’entreprises par leurs travailleurs, l’action directe, etc., semblaient avoir été mis au placard définitivement.

Pourtant, l’Argentine est de ces pays, à l’instar de l’Espagne, qui ont été fortement marqués par des pratiques directement issues du riche et foisonnant mouvement anarchiste des XIXe et Xxe siècles même si, aujourd’hui, les anarchistes argentins ne sont toujours pas « un sur cent »…

Comment expliquer le succès de toutes les « nouvelles » pratiques post-2001 : autogestion, démocratie directe, action directe, volonté d’autonomie dans le champ populaire, etc. ?

C’est ce que s’attache à prouver ce livre sur les cent quarante dernières années de l’histoire de ce pays. Parce que les historiens, anthropologues ou auteurs, qui ont pris le parti de raconter l’histoire de la classe ouvrière, des rebelles et des pirates, des idéalistes et des esclaves, n’ont pas taillé leur plume hier et s’acharnent toujours à prouver que les peuples n’ont eu de cesse de contester les Empires et d’écrire leur propre histoire. La persistance des pratiques horizontales en Argentine est, de ce point de vue, exemplaire.

- Le syndicalisme révolutionnaire, la Charte d’Amiens et l’autonomie ouvrière, éditions CNT Région parisienne, 18 €, frais de port : 3 €.

L’année 2006 fut, pour les éditions CNT-RP, l’occasion de célébrer le centenaire du congrès d’Amiens – le ixe de la CGT, conduite alors, sous la houlette de Victor Griffuelhes, Émile Pouget et Georges Yvetot, par le courant syndicaliste révolutionnaire – d’où est issue, comme on le sait, la fameuse « Charte » du syndicalisme, selon le nom qui fut donné asposétriori à la motion votée par la quasi-totalité des délégués ouvriers présents dans la ville picarde. Nous l’avions fait d’abord en publiant le compte rendu rédigé peu de temps après la fin du congrès par Émile Pouget pour la revue Le Mouvement socialiste, puis en organisant une rencontre autour de ce même congrès afin d’évoquer le syndicalisme révolutionnaire français d’il y a cent ans ainsi que l’influence qu’il exerça en Europe et sur le continent américain.

Dans le présent volume, nous avons fait le choix d’accentuer l’aspect historique de cette rencontre, en faisant suivre les textes des interventions d’un chapitre intitulé « La controverse d’Amiens » où nous avons laissé la parole à quelques-uns des divers courants de la CGT de 1906, socialistes et libertaires, ou compagnons d eroute du syndicalisme, comme Hubert Lagardelle, animateur de la revue citée plus haut. Cette partie documentaire est prolongée par des documents écrits à l’occasion du congrès tenu par la CGT à Marseille en 1908, où s’opéra pour la première fois la « transmutation » de la motion rédigée par les représentants de son aile révolutionnaire en « Charte » du syndicalisme.

Venant après la réédition, en fac-similé, du grand livre de Maxime Leroy, La Coutume ouvrière, le présent volume témoigne du désir des Éditions CNT-RP de continuer à travailler à une meilleure connaissance – et à la reconnaissance – d’une tradition largement recouverte, en France, par la bolchévisation du mouvement ouvrier postérieure à la révolution d’Octobre.

Sur le même thème, les éditions CNT-RP ont déjà publié :

*

Le congrès d’Amiens, Émile Pouget, présentation et notes de Miguel
Chueca, 2006, 141 pages, 15 € (frais de port : 2,65 €).

*

La Coutume ouvrière, Syndicats, Bourses du travail, fédérations,
coopératives. Doctrines et institutions, Maxime Leroy, 2007, 2
tomes, 934 p, 40 € les 2 volumes (frais de port : 5,50 €) .

Sur la question de l’éducation, les éditions CNT-RP ont déjà publié :

*

Loin des censier battus, Témoignages et documents sur le mouvement
contre le CPE et la précarité. Sorbonne nouvelle, printemps 2006,
collectif, 2007, 252 p. / 15 € (frais de port : 2,65 €).

*

École : une révolution nécessaire, Entretiens avec des militantes
et des militants de la fédération CNT des travailleuses et des
travailleurs de l’éducation, CNT-FTE, 2008, 208 p., 13 €.


Liste-federale mailing list
Liste-federale fte.cnt-fr.org
https://fte.cnt-fr.org/cgi-bin/mailman/listinfo/liste-federale

PDF - 147.5 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 401 / 285441

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Livres   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License