Le régime général de l’assurance chômage assure un revenu de remplacement dénommé allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) pendant une durée déterminée aux salariés involontairement privés d’emploi qui remplissent certaines conditions. De même que un jour travaillé devrait être payé et bien payé, un jour chômé devrait être indemnisé.

Or aujourd’hui, le principe central qui règle le fonctionnement de l’Unedic, c’est un jour cotisé, un jour chômé. La CFDT et le PS ont lié étroitement la durée d’indemnisation à la durée antérieure d’emploi en 1982, ce qui n’était pas le cas précédemment.

Pour les plus de 53 ans, voir l’article intitulé Régime des seniors.

Conditions d’attribution

La durée d’emploi nécessaire à l’ouverture des droits à indemnisation chômage est de :

  •  88 jours d’affiliation ;
  •  ou encore 610h d’emploi,

au cours des 28 mois qui précédent la fin du dernier contrat pour les moins de 53 ans. [1]

Pour pouvoir faire une demande d’indemnisation, on doit s’inscrire à Pôle emploi dans les 12 mois suivant la fin de son contrat de travail.

Durée d’indemnisation

Le principe actuellement appliqué est « un jour employé/un jour indemnisable », dans la limite de 730 jours pour les moins de 53 ans.  [2]

Montant de l’allocation

L’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) est fonction du salaire. L’allocation journalière est constituée par la somme :

  •  d’une partie proportionnelle à l’ancien salaire brut fixée à 40,4 % du salaire journalier de référence  [3] ;
  •  et d’une partie fixe égale à 11,84 € au 1er juillet 2017.

Lorsque la somme ainsi obtenue est inférieure à 57 % du salaire journalier de référence, ce dernier pourcentage est retenu.
Le montant de l’allocation journalière ne peut être inférieur à 28,86 € (au 1er juillet 2017).  [4]

L’ allocation d’aide au retour à l’emploi est limitée à 75 % du salaire journalier de référence dans la limite d’un plafond de 245,04 € d’allocation journalière (pour 2017).  [5]

Dans beaucoup de cas, l’indemnisation représente 70% du salaire net.

Refus d’ARE suite à une démission légitime - Recours radiation