Communiqué de presse suite aux arrestations du 15 Décembre 2015 à la manifestation contre l’État d’Urgence

Le mardi 15 Décembre 2015 un rassemblement contre l’état d’urgence à
l’appel de différents collectifs,organisations associatives, syndicales
et politiques a eu lieu à Grenoble en fin d’après-midi.

Au moment de la dispersion de la manifestation, 3 de nos camarades
(dont deux de Solidaires Etudiants) se sont fait interpeller violemment
et deux sont restés en garde à vue pendant 24 heures.

Nous dénonçons ces interpellations violentes et les gardes à vue qui ont
suivi.

Nous exigeons l’abandon de toute poursuite à leur encontre.

Interpellations et gardes à vue ne sont que l’illustration des raisons de
notre mobilisation contre l’état d’urgence : assignations à résidence,
perquisitions musclées, interdiction de manifester, fichage généralisé,
répression accrue visant à museler toute contestation sociale mais aussi
fermeture des frontières, traques accentuées aux sans papiers et migrants.

Nous dénonçons les récentes perquisitions dans l’agglomération grenobloise
auprès de familles migrantes favorisant l’amalgame migrants = fanatiques
religieux à l’arme lourde, et visant à effrayer, traumatiser, pour mieux
exclure et repousser aux frontières.

La CNT s’oppose à l’application de l’état d’urgence, simple outil de
répression de toutes contestations politiques et sociales et moyen de
chasse aux migrants. Et pendant ce temps, ce même gouvernement détruit les
acquis sociaux, mène une guerre qui n’est pas la nôtre, poursuivant des
guerres impérialistes au profit des fabricants d’armes.

Ne laissons pas la peur s’installer ! Partout la CNT continuera d’appeler
et de participer aux diverses initiatives populaires, politiques,
syndicales et associatives s’opposant à l’état d’urgence.

 

Manifestation contre la répression à Grenoble
Manifestation contre l’état d’urgence à Grenoble
Partager cet articleTweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email