Syndicats des travailleurs-euses de l’éducation d’Ille-et-Vilaine

CONTRE LES DHG POURRIES : GRÈVE LE 25 MARS

24 mars 2021

CONTRE LES DHG POURRIES : GRÈVE LE 25 MARS

Pas d’éducation sans moyens :
une préparation de rentrée 2021 inacceptable !
Toutes et tous en grève le jeudi 25 mars

La préparation de la rentrée 2021 se déroule dans un contexte alarmant.
Alors que le ministre Blanquer joue au bon élève en rendant à Bercy près de 240 millions d’euros du budget de l’Éducation Nationale pour 2020 (soit l’équivalent de 4 200 postes d’enseignant·es), dans le même temps, il programme pour l’an prochain la suppression de 1 883 emplois dans les collèges et les lycées, bien que 43 000 élèves supplémentaires sont attendus. Pour le premier degré, ce sont des dotations bien en-deçà des nécessités du terrain qui sont transmises aux écoles.
Dans notre académie, pour le second degré, le rectorat communique sur la « création » de 80
Équivalents Temps Pleins (ETP) en HSA, qui viennent tout bonnement supprimer 80 ETP en Heures Postes !
Alors que les effectifs saturent, les dotations horaires globales sont en baisse de manière générale, avec des classes en moins, des heures supplémentaires qui explosent, et des compléments de service qui se multiplient.
Dans le premier degré, en Ille-et-Vilaine, les dotations sont insuffisantes et certains choix plus que contestables. Dans un contexte inédit de pénurie de titulaires remplaçant·es, l’absence de création de postes de remplaçant·es, de RASED est totalement incompréhensible. Nombre d’écoles et de classes sont laissées à la porte de la « priorité au premier degré ». L’intersyndicale dénonce également le recours massif aux contractuel·les qui normalise la précarité et remet en cause nos statuts.

Dans les collèges et les lycées, une nouvelle fois, ce seront les vies scolaires qui seront directement impactées par les effectifs en hausse, les classes surchargées, et un taux d’encadrement beaucoup trop faible. La crise sanitaire a accentué la dégradation de leurs conditions de travail avec la multiplication des tâches induites par la mise en place des protocoles sanitaires et l’exposition particulière aux risques de contamination. La semaine du 22 au 26 mars sera une nouvelle semaine de grève et de mobilisation pour refuser la précarité des vies scolaires. L’intersyndicale soutient l’auto-organisation des collectifs d’AED et leurs revendications.
En supprimant ainsi massivement les postes d’enseignant·es dans le second degré, en refusant de renforcer ceux du premier degré, le ministre Blanquer prépare sciemment une rentrée 2021 insupportable.
C’est pourquoi, les organisations syndicales exigent :
– l’annulation de toutes les suppressions de postes annoncées et la création de postes statutaires
pour répondre à tous les besoins dans les écoles, les collèges et les lycées ;
– la réinjection dans le budget de l’Éducation Nationale des 240 millions économisés par le ministre sur notre dos ;
– un plan d’urgence de la maternelle au lycée, à commencer par l’abrogation des réformes et le retrait des projets de réforme qui dégradent nos conditions de travail (loi de l’école de la confiance, réforme du bac et du lycée, Parcoursup, loi de transformation de la Fonction Publique, réforme annoncée des concours, loi 4D…)
Enseignant·es, directrices et directeurs d’école, CPE, AED, AESH, Psy-EN, revendiquons l’amélioration de nos conditions de travail et assumons ces revendications : exigeons les postes nécessaires, mobilisons-nous pour obtenir satisfaction !

JEUDI 25 MARS GRÈVE ET MANIFESTATION à Rennes

Départ en manifestation à 11h de la DSDEN en direction du rectorat
Rassemblement à 12h30 devant le rectorat
En fin de rassemblement : Assemblée Générale des personnels pour organiser
la suite de la mobilisation
(en raison du contexte sanitaire actuel, le lieu de l’AG n’est pas encore déterminé :
AG de rue ou dans une salle si disponible…)

appel intersyndical 35 grève du 25 mars 2021