Contre la réappropriation par l’extrême droite du meurtre de Lola – samedi 22 octobre

Contre la réappropriation par l’extrême droite du meurtre de Lola

Communiqué de la coordination féministe

Reconquête appelle à un rassemblement « pour Lola » à Rennes ce samedi 22 octobre place Charles de Gaulle, nous ne laisserons pas 1cm à l’extrême droite.

Contre-rassemblement samedi 22 octobre

14h00 place Charles de Gaulle

Lola, une adolescente de 12 ans, a été assassinée. Nous sommes choqué.e et profondément attristé-es par le meurtre de Lola. Nos pensées les plus chaleureuses vont à sa famille, ses proches, ses camarades de classe et aux habitantes de son quartier. Nous savons que nous sommes des millions à les soutenir dans leur peine. Nous sommes évidemment sensibles à ce meurtre comme à tout meurtre où des enfants se retrouvent victimes de la violence de cette société.

Depuis une semaine, nous assistons à un emballement médiatique voyeuriste. Pire encore, l’extrême droite instrumentalise ce meurtre pour faire avancer ses idées racistes.

En effet, cette dernière a choisi de mettre en avant dans son agenda cet acte ignoble, pour le seul motif que la suspecte du meurtre est une personne immigrée et sans-papiers. Nous sommes évidemment sensibles à ce meurtre comme à tout meurtre où des enfants se retrouvent victimes de la violence de cette société.

De plus, il nous est impossible de rester silencieux-ses face a la récupération par l’extrême droite de ce qu’a enduré Lola.

Au lendemain de son meurtre, l’extrême droite a immédiatement accaparé le monopole de la mobilisation, en achetant les cotes de domaines comme « justicepourlola.fr », et en organisant des « rassemblements de soutien » partout en France.

Le choc est utilisé pour faire passer des discours racistes, déconnectés de la situation et dangereux. L’extrême droite s’indigne faussement que ce meurtre ne soit pas comptabilise parmi les féminicides et Zemmour tente d’imposer la notion inventée et infondée de « francocide », comme si Lola avait été assassinée « parce que française ». Ces tentatives d’instrumentalisation vont a l’encontre des faits et nous ne pouvons nous avancer a l’heure actuelle sur une quelconque analyse politique de ce cas.

Il est écœurant qu’une telle affaire serve à Reconquête, au RN et consorts pour faire croire que les violences, notamment faites aux femmes, seraient le fait d’une origine, d’une religion ou d’une situation administrative particulière. Où était l’extrême droite après chacun des 102 féminicides perpétrés cette année 2022 ? Ce qui compte pour l’extrême-droite, c’est d’utiliser chaque actualité où une personne étrangère ou perçue comme telle peut être accusée.

Les Zemmour, Le Pen, Bardella, le collectif Nemesis, utilisent nos combats féministes pour alimenter des stéréotypes raciste, Or, nous savons que ces violences sont partout. Alors ne leur laissons pas la place, ne leur laissons pas la rue.

Nous appelons a la vigilance : l’extrême droite s’apprête a descendre dans nos rues ces prochains jours. Leur discours « sécuritaire » ne nous protège pas d’eux. Nous appelons à rejoindre tous les contre-rassemblements co-organisés ou relayés par des collectifs locaux membres de la Coordination Féministe.

Nous continuerons à nous battre contre l’extrême droite et les fascistes. Nous continuerons a nous battre contre toutes les violences sexistes et sexuelles.

Nous appelons à rejoindre massivement les mobilisations autour ou 19 et/ou du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences sexistes et sexuelles, pour un monde libéré de toutes formes d’oppressions !

À rennes, rendez-vous samedi 22 octobre

14h00 place Charles de Gaulle