N’Autre École

Accueil > La revue > Nouveautés lecture > Histoire sociale > Missak Manouchian, Didier Daeninckx

Missak Manouchian, Didier Daeninckx

jeudi 28 octobre 2010, par Greg

Auteur controversé pour ses positions sur des écrivains injustement accusés de négationnisme, Daeninckx est cependant un auteur d’une très grande force militante, littéraire et émotionnelle. Après la guerre d’Algérie (Meurtres pour mémoire), l’Exposition coloniale (Cannibale) ou l’Occupation (Carton jaune !), Daenincks poursuit son travail sur l’histoire des immigrés : il nous donne une magnifique biographie déclinée en trois livres – un roman ainsi qu’un album et un roman jeunesse – de Missak Manouchian, poète arménien et résistant communiste qui commanda le secteur des FTP-MOI parisien et fut fusillé avec ses camarades de « l’Affiche rouge » le 21 février 1944. Missak est à la fois un roman grand public et un travail d’historien pointu et documenté écrit à partir des archives inédites de la famille Manouchian, de documents encore non classés émanant des archives du PCF et des archives de la police.

En 1955, quelques jours avant l’inauguration d’une rue au nom du Groupe Manouchian, Louis Dragère, journaliste à L’Humanité, doit abandonner sur ordre de la direction du PCF son reportage sur les bandes de jeunes pour enquêter sur le groupe Manouchian. Au cours de cette enquête, vont se croiser Jacques Duclos, Louis Aragon, l’ancien chef des Francs-tireurs et partisans Charles Tillon, Henri Krasucki ou Misha et Knar Aznavourian, les parents du jeune Aznavour… Dans ce contexte fortement stalinien, le journaliste va se trouver confronté à la censure du Parti et va explorer des strates historiques, politiques et policières qui le feront remonter à la trahison qui permit aux Brigades spéciales des Renseignements généraux, d’arrêter 23 membres du groupe Manouchian composé principalement de combattants arméniens, italiens, juifs hongrois et polonais… Daeninckx nous plonge dans le Paris et la banlieue des années cinquante et dans l’histoire intérieure du PCF et peint par petites touches peu à peu révélées par son enquêteur, la personnalité multiple de Manouchian, poète, amoureux fou de sa femme Mélinée, résistant et militant communiste qui brava les consignes politiques de son parti en intégrant dans son groupe un ancien dirigeant trotskiste d’Arménie soviétique… Ce roman-enquête-biographie relie trois époques : la Résistance combattante immigrée, la France communiste des années cinquante et la nécessaire remise au jour de la mémoire de l’immigration…

Le lecteur pourra confronter cette œuvre avec L’Armée du crime, le film de Guédiguian sorti la même année. Celui-ci a choisi de réaliser une fresque historique et lyrique qui met en valeur le versant héroïque des « Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant ».

Lire également les notes sur l’album Missak, l’enfant de l’Affiche rouge et le roman jeunesse Avec le Groupe Manouchian : Les immigrés dans la Résistance.

Missak, Didier Daeninckx, disponible en poche chez Pocket sous deux références : n° 14299 et n° 2273 dans la collection Jeunes Adultes, 6,50 €.

L’Armée du crime, un film de Robert Guédiguian, Studio canal, 2009, 2 h 13, à partir de 10 €.