CNT 66

L’incendie meurtrier d’Athènes ;témoignage d’un employé de la banque

jeudi 6mai 2010
jeudi 6 mai 2010

"Je me sens dans une obligation envers mes collègues qui sont décédé si injustement aujourd’hui àparler et àdire quelques vérités objectives. J’envoie ce message àtous les médias. Toute personne qui possède encore une certaine conscience devra le publier. Les autres peuvent continuer àjouer le jeu du gouvernement."

Dans cette lettre, l’employé déclare que "les pompiers n’ont jamais délivré la licence d’exploitation de l’immeuble", que "le bâtiment en question n’a pas de mécanismes de sécurité incendie" correspondant àsa taille (gicleurs au plafond, issues de secours, tuyaux d’incendie). "Il y a seulement quelques extincteurs portatifs qui, bien entendu, ne peuvent en rien aider àcombattre un feu important dans un bâtiment construit avec des normes de sécurité depuis longtemps dépassées. La direction utilise également le coà»t élevé de ces exercices comme prétexte et n’a même pas pris les mesures les plus élémentaires pour protéger son personnel."

Il souligne aussi qu’aucun membre du personnel n’a été formé au risque d’incendie, qu’il n’y a jamais eu d’exercice d’évacuation. "Les seules sessions de formation qui ont eu lieu àla Marfin Bank ont été sur des scénarios concernant l’action terroriste et en particulier la planification de l’évacuation des "grosses têtes" de leurs bureaux dans une telle situation."

Absence de local incendie, matériaux inflammables (papiers, plastiques, fils, mobilier…). « Aucun membre de la sécurité n’avait la moindre connaissance sur les premiers secours àdonner ou comment éteindre un feu.  »

Par ailleurs, « la direction de la banque a formellement interdit aux salariés de s’absenter aujourd’hui, bien qu’ils l’aient demandé constamment eux-mêmes très tôt ce matin - tandis qu’elle a aussi forcé les salariés àverrouiller les portes et a confirmé àplusieurs reprises par téléphone que l’établissement restait fermé pendant la journée. “Ceux qui partent aujourd’hui, ne viennent pas au travail demain†, a été une menace constante. La direction leur a même fermé leur accès àInternet afin d’empêcher les salariés de communiquer avec le monde extérieur.  »

La lettre dit aussi qu’ au cours des derniers jours qui ont précédé la grève générale, la direction n’a cessé de terroriser les employés en utilisant oralement l’“offre†suivante : ou vous venez travailler, ou vous êtes virés.

« Enfin, messieurs, faites votre autocritique et cessez de faire semblant d’être choqués. Vous êtes responsables de ce qui s’est passé aujourd’hui, et dans n’importe quel Etat de droit (comme ceux que vous souhaitez utiliser de temps en temps comme les meilleurs exemples dans vos émissions de télévision) vous auriez déjàété arrêtés pour les actions ci-dessus. Mes collègues ont perdu la vie aujourd’hui par préméditation : la préméditation de la Marfin Bank et de M. Vgenopoulos en personne qui a explicitement déclaré que quiconque ne venait travailler aujourd’hui [le 5 mai, journée de grève générale !], n’avait pas àse déranger le lendemain [où ils seraient renvoyés].  »

Signé : un employé de la Marfin Bank


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 891 / 321760

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License