CNT 66

Samedi 18 décembre : La journée internationale des migrant·es

jeudi 16 décembre 2021
Samedi 18 décembre - La journée internationale des migrant·es à PerpignanSamedi 18 décembre : La journée internationale des migrant·es dans le Vallespir

Dans le cadre de la Journée internationale des migrants et afin que cette cause soit présente dans les villages, le collectif Vallespir "Bienvenue aux migrants" tient

Un stand convivial et solidaire

Samedi 18 décembre de 9h à 13h Lors du marché de Saint-Laurent-de-Cerdans

Un covoiturage sera organisé, à l’issue de cette action, pour rejoindre la manifestation de Perpignan à 17h 

Rassemblement : Samedi 18 décembre 2021 à 17h
Place de la République - Perpignan

Ensemble exigeons

- L’ouverture des frontières !

- La liberté de circulation et d’installation !

- L’abrogation de toutes les lois racistes !

- La fermeture des centres de rétention !

- Égalité des droits pour toutes et tous !

- Régularisation de tous les sans-papiers !

Le 24 novembre, au large de Calais, 27 migrant·e·s, dont 4 femmes et une fillette sont morts en tentant de rejoindre la Grande Bretagne.

Au moins 1 146 migrants sont morts en mer Méditerranée au cours du premier semestre 2021, soit deux fois plus que l’an dernier.

Aux frontières de l’Europe à ses confins Est, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, Kurdes d’Irak, SyrienEs, AfghanEs et AfricainEs affluent, errent et meurent dans une zone frontière entre la Biélorussie et la Pologne, faite de forêts marécageuses et par un temps glacial.

D’un bout à l’autre de l’Europe, c’est la même réponse ignoble de tous les dirigeants de l’Europe et Macron n’est pas en reste « Haro sur les passeurs, construisons d’autres murs ! Envoyons plus de policiers et l’armée de Frontex ! » pour terroriser un peu plus ceux qui veulent fuir la guerre et la misère pour un monde meilleur.

La forteresse Europe leur claque la porte au nez et se sert de leur immense détresse comme monnaie d’échange pour leurs vulgaires manœuvres politico-militaires.

Ces ignominies ne doivent pas être faites en notre nom !

Les passeurs et les mafias qui les organisent n’existent que parce que depuis des décennies les pays riches ont mis en place des politiques migratoires racistes qui ont coupé toutes les voies légales de circulation et qui sont les seuls responsables de ces crimes de masse. Ce sont les gouvernants de l’UE qui sont les vrais assassins.

Que nos sœurs et nos frères migrantes et migrants meurent sur les routes de l’exil, qu’ils soient pour la plupart contraints à une vie de misère sur les trottoirs de nos villes harcelés par la police, ou enfermés dans des centres de rétention, qu’ils soient torturés dans les camps de Libye ou entassés dans les îles grecques ou italiennes, le message de nos gouvernements est le même « nous ne voulons pas de vous ! » Ils entretiennent ce faisant des réflexes de peur, de repli identitaire, de xénophobie, et favorisent ainsi le développement des idéologies nationalistes et fascisantes de l’extrême droite qui dévoient les colères et divisent entre eux celles et ceux qui souffrent le plus de ces politiques.

Ces murs de béton et de barbelés, ces policiers et militaires armés jusqu’aux dents qui les défendent masquent les murs de l’argent. Ce sont les profiteurs de la planète et les gouvernements à leur solde qui, par leurs politiques néolibérales et néocoloniales, sont pleinement responsables des guerres, du pillage des richesses et de la misère de la population de ces pays que tentent de fuir les réfugié.e.s.

Dans cette ambiance saturée de discours de haine nous voulons affirmer aujourd’hui dans la rue que d’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, notre pays existe :

Il s’appelle Solidarité ! Il s’appelle Hospitalité !

A l’appel de : Comité de soutien 66 aux sans-papiers, collectif « Bienvenue aux migrants en Conflent », Welcome to migrants - ASTI , MRAP, LDH, RESF, Mouvement de la Paix, FFREEE ,Cimade, Bouge toit, Coup de soleil, Nawroz - CGT, CNT, FSU, Solidaires, PCF, NPA.