Petite enfance/People and Baby : 3e jour d’occupation et manifestations petite enfance

Depuis jeudi 27 mai, le siège de l’entreprise People and Baby (16 avenue
Hoche, Paris 8e), gestionnaire de crèches privées d’entreprise ou en
marchés et délégations publics (1000 salariés en France), est occupé par
les
salariées de la halte-garderie Giono et leur confédération syndicale CNT.

Le but de cette action syndicale est d’obtenir la réintégration des 5
salariées de la section syndicale CNT People and Baby, licenciées pour
avoir oser faire une journée de grève et se syndiquer.

L’occupation continuera tant que la direction n’acceptera pas d’ouvrir des
négociations sur les conditions de réintégration des salariées licenciées.

Parce que se syndiquer et faire grève est un droit, parce qu’on ne peut
laisser briser ainsi le service public de la petite-enfance en le confiant
à des financiers sans scrupules ; nous ne lâcherons rien !

Par ailleurs, la CNT appelle également à participer massivement ce samedi
29 mai aux manifestations du collectif "Pas de bébés à la consigne" afin
de dénoncer les conséquences du mouvement de privatisation du service
public de la petite enfance, par des mairies socialistes comme UMP,
notamment au profit de People and Baby (qui se développe et récupère des
marchés ou délégations publics à Agen, Cannes, Lyon, Paris, etc.).

La situation à People and Baby est caractéristique de ce qui peut arriver
en cas de privatisation : les profits passent au-dessus des conditions de
travail des salariés et de leurs droits, au détriment de l’accueil des
enfants. L’enjeu de cette lutte est donc autant la réintégration des
salariées licenciées de People and Baby que l’avenir du service public de
petite enfance.

Contre la privatisation de la petite enfance, nous ne lâcherons rien !

Nous vous invitons également à visiter le blog avec les premières photos
de cette occupation, ainsi que l’historique de la lutte :
http://peopleandbaby-enlutte.over-blog.com/

Auteur : CNT santé-social RP
Publié le : 29 mai 2010
Partager :

Mots-clés