Mobilisations du 5 avril en recul ? Le gouvernement veut se rassurer !

Les manifestations de ce 5 avril ont une fois de plus réuni énormément de
monde. Il paraît que nous aurions été moins nombreux que lors des journées
de mobilisation des 17, 24 ou 31 mars. Décryptage des faits.

En effet, le jeudi 31 mars, plus d’un million de personnes étaient dans la
rue, sous la pluie battante, pour dénoncer la loi travail et plus
largement les politiques libérales.

Le gouvernement aimerait faire oublier la mobilisation massive en marche
depuis le 9 mars en faisant une comptabilité malhonnête.

On ne peut pas comparer d’un côté la journée du 31 mars, pour laquelle les
centrales syndicales avaient lancé un appel clair et interprofessionnel à
la grève, et de l’autre celle du 5 avril, impulsée par la coordination
nationale étudiante et les lycéens, pour laquelle les syndicats de
salariés appelaient seulement à soutenir la mobilisation. Il n’y a que
dans l’Éducation nationale qu’un appel à la grève était lancé. En outre,
le gouvernement oublie de préciser que sept académies sur douze sont en
vacances actuellement, tout en occultant le fait que la police a été
régulièrement envoyée dans plusieurs lycées et facultés pour casser les
assemblées générales.

Répéter en boucle que la mobilisation marque le pas est la méthode Coué
d’un gouvernement et d’un pouvoir financier qui refusent de voir
l’opposition massive à la politique menée. À l’image des initiatives Nuit
debout, qui s’élargissent dans plusieurs villes et rassemblent des
milliers de personnes, sans oublier les premières réunions très largement
suivies des intermittents du spectacle, contre la remise en cause de
l’assurance chômage.

La seule réponse concrète que l’État est capable de donner, c’est une
tentative de répression, qui ne fait qu’accroître notre détermination.

État d’urgence, loi liberticide de procédure pénale dite Urvoas, cadeaux
fiscaux au patronat, destruction progressive des services publics, chasse
aux migrants... et maintenant destruction du code du travail : la coupe
est pleine !

Nous avons le droit de nous organiser, de manifester et nous ne comptons
pas nous en priver.

La mobilisation ne faiblit pas ! Et elle va se poursuivre samedi 9 avril
et au-delà, jusqu’au retrait de la loi travail.

Nous ne lâcherons rien !

La CNT appelle à manifester ce samedi 9 avril, devant le Cirque d’hiver
(métro Filles-du-Calvaire ou Oberkampf).

Auteur : Union régionale parisienne CNT
Publié le : 7 avril 2016
Partager :

✚ CP suite du 5 avril
Télécharger le document (PDF - 77.6 ko)
Voir le document

Mots-clés