Programme du Festival CNT 2017

Festival de la CNT région parisienne
les 23, 24 et 25 juin 2017
à La Parole errante, Montreuil (93)

Cette année, le festival organisé par les syndicats CNT de la région parisienne se tiendra les 23, 24 et 25 juin, une fois encore à La Parole errante. Une fois encore, oui. Peut-être la dernière, car notre festival risque bien d’être l’ultime événement programmé dans ce lieu magique de Montreuil, animé depuis 1998 par Armand Gatti et sa « tribu ». La Parole errante à la Maison de l’arbre est en effet menacée de fermeture par le Conseil départemental, et la mort récente de son inspirateur, l’homme de théâtre libertaire Armand Gatti, pourrait bien inciter les vautours à se jeter sur leur proie. Mais qu’à cela ne tienne : on ne lâche rien ! À l’instar du collectif La Parole errante demain [1], qui continue vaillamment de faire vivre le lieu et son esprit, nous poursuivons sans relâche la lutte contre le capitalisme et son monde, dont ce festival est aussi une expression.

Dans la continuité du mouvement social de 2016, cette édition abordera principalement les nombreuses critiques envers la domination du travail dans un régime capitaliste, sous la forme de débats, de films, de pièces de théâtre.

Des camarades des sections en lutte dans les entreprises interviendront également au cours des trois journées : École spéciale d’architecture (ESA), Le Monde, La Rolse Nettoyage, hôpital Jean Verdier (Bondy), La Poste, la Mairie de Montreuil.

Voici un aperçu du programme :

Vendredi 23 juin

18 heures

  • Au Bal des actifs. Demain le travail, recueil de nouvelles de science-fiction sur l’avenir du travail, rencontre avec plusieurs de ses auteurs (Li-Cam, Norbert Merjagnan, Catherine Dufour, Karim Berrouka, Alain Damasio) et les créateurs de la série Trepalium (Arte), Antarès Bassis et Sophie Hiet.
  • Fatima, long métrage (2015, 79’) de Philippe Faucon, projection suivie de L’ethnicisation en milieu de travail, écrit par Nicolas Jounin qui animera le débat.

À partir de 20 heures
Soirée de concerts avec Ludwig von 88, Stylnox, Julie Colère, Ocho y Media

Samedi 24 juin

11 heures
La souffrance au travail, Christophe Dejours expose les recherches qu’il a initiées à partir des années 1980 sur ce sujet.

Midi

  • Logiques de médicalisation et de psychologisation des conflits au travail, avec Nadia Garnoussi.
  • Une tournée dans la neige, documentaire (2017, 74’), réalisé par Hélène Marini, sur le suicide d’une jeune factrice après une éprouvante tournée effectuée dans la neige.

12 h 30
État d’urgence : violences policières, violence d’État, débat organisé par la
CNT éducation de Seine-Saint-Denis.

13 h 30
Anthropologie du travail : Renaud Garcia présente ses réflexions sur l’origine moderne du concept de travail.

14 heures

  • Le nouveau management dit « humaniste », Danièle Linhart présente ses recherches en sociologie du travail sur la « modernisation » des entreprises et l’évolution de l’organisation du travail qui l’accompagne.
  • Rojava, Argentine, Chiapas : l’autogestion, une alternative concrète en temps de crise ? Rencontre avec une représentante de la coopérative argentine Lavaca, une représentante du Mouvement des femmes kurdes, Miguel Benasayag, le CSPCL.

15 heures
Le Cordonnier d’Alicante. Mémoires d’un militant de l’anarchisme espagnol (1889-1948), éditions CNT-RP, 2017, rencontre avec Melodia Sirvent, qui a traduit le livre tiré des mémoires de son grand-père Manuel Sirvent Romero.

15 h 30
Jobs à la con, bureaucratie et valeur du travail, rencontre avec l’anthropologue David Graeber, connu pour ses livres sur la dette et sur les mouvements sociaux comme Occupy.

16 heures
1336 jours, des hauts, débats, mais debout, documentaire (2015, 73’), sur la lutte des Fralib.

16 h 30
Révolutions précaires, essai sur l’avenir de l’émancipation, de Patrick Cingolani, présentation par l’auteur.

18 heures

  • Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme, éditions Libertalia, 2016, rencontre avec l’auteur Barthélémy Schwartz, suivie d’une lecture de textes de Péret par Sabrina Lorre.
  • Gwadloup-Kanaky, le colonialisme sanglant, en mai 1967, des dizaines de guadeloupéens sont tués par les troupes françaises.

À partir de 20 heures
Soirée de concerts avec Monsieur Bidon, El Comunero, Burning Heads, René Binamé

Dimanche 25 juin

11 heures

  • Gernika, 1937-2017, le 26 avril 1937, la ville symbole des libertés basques était bombardée, 80 ans après, le peuple basque continue le combat.
  • M comme Marius, reportage de 1957, exhumé par l’INA, sur l’anarchiste cambrioleur de la Belle Époque, Alexandre Marius Jacob dit Marius Jacob.
  • Travailler toujours plus, et si on disait stop ? Par la compagnie Naje, théâtre forum.

12 h 30

  • Loi travail, documentaire (2016, 30’), réalisé par un militant de la CNT, projection suivie d’un débat.
  • La grève des ovalistes (Lyon, juin-juillet 1869), de Claire Auzias et Annik Houel, éditions Atelier de création libertaire, 2017, présentation par Claire Auzias.

13 heures
Pour une critique radicale du « travail », débat présenté par Patrick Vassort.

13 h 30
Harcelé à perdre la raison, documentaire (2012, 88’) de Daniel Kupferstein, sur le destin tragique de Jean-Michel Rieux, victime de harcèlement au travail, présentation par le réalisateur

14 heures

  • Dur, dur de grandir ! Spectacle de contes pour les enfants, par Clara Guenoun.
  • L’espoir et l’effroi. Luttes d’écritures et luttes de classes en France au XXe siècle, éditions La Découverte, 2016, de Xavier Vigna, présentation par l’auteur.

15 heures
Les Imprévisibles, une fanfare coopérative, cool et joyeuse, du débutant au confirmé.

15 h 30

  • Hommage à Armand Gatti, introduction de Jean-Jacques Hocquard suivie d’une lecture de textes d’Armand Gatti par Sylvia Bergé, comédienne, sociétaire de la Comédie-Française
  • Le Grand Soir, d’Aurélie Carrier, éditions Libertalia, 2017, une étude des représentations qui composent l’imaginaire du Grand Soir et de leurs interactions avec celui de la grève générale, présentation par l’auteur.

16 h 30

  • Victoire (époque 2) – une vraie femme !, de Sylvie Gravagna, théâtre par la compagnie un Pas de côté. Une fresque ironique et historique sur le patriarcat des années 50 en France.
  • Trumpapocalypse : Leonard Peltier, Mumia Abu-Jamal, débat animé par le Secrétariat international de la CNT et le Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques.

17 heures
Les rapports sociaux de sexe dans le travail, Fanny Gallot propose un essai d’histoire des ouvrières des Trente glorieuses à la désindustrialisation.

18 h 30
Soirée jazz – le pianiste Tony Hymas joue du Léo Ferré, le collectif Nato (Hélène Labarrière contrebasse, Tony Hymas piano, Simon Goubert batterie, invité Jacky Molard violoniste) interprète des œuvres exprimant la résistance au fascisme, à l’impérialisme et au capitalisme – puis soul avec The Ready-Mades

Et comme les autres années, le salon du livre fera la part belle aux éditeurs et aux libraires qui font vivre la littérature libertaire.

Le programme détaillé se trouve sur le site Web de la CNT RP, www.cnt-f.org/festival-cnt

Dans ce festival, tout est autogéré par les militant.e.s de notre organisation syndicale : installation, débats, salon du livre, accueil, nourriture, bar, nettoyage, etc. De la même manière, les boissons et les repas proposés proviennent, autant que possible, de coopératives et assument une vision écologique et solidaire.

Venez en nombre vous libérer du travail avec nous !

L’autogestion, ici et maintenant !


[1La Parole errante demain, laparoleerrantedemain.org

Auteur : Union régionale parisienne CNT
Publié le : 15 mai 2017
Partager :