dimanche
22
octobre
14 heures

CNT

17  heures

Atelier de culture populaire CNT : quelles coopératives pour l’émancipation des travailleu.r.se.s au XXIe siècle ?

Contre la loi travail presque tout a été essayé. Beaucoup de marches, beaucoup de grèves et de nombreux coups reçus en retour. La réappropriation du travail par les ouvriers et la lutte des classes semblent donc être encore d’actualité. Dans le même temps, les coopératives et son écosystème de l’ESS se sont développés pour éviter la dérive mercantile du travail humain. Qu’en est-il aujourd’hui ? Le salariat dans les sociétés coopératives est-il une forme acceptable de subordination au capital ? Les différentes formes sont-elles de véritables solutions qui garantissent dès le début l’émancipation des travaill.eur.se.s ?

Lors des ateliers culturels de la CNT, nous aborderons ces questions et bien d’autres en compagnie de :

  • Stéphane Veyer, co-fondateur de Coopaname
  • Draperi Jean-François, maître de conférences en sociologie et directeur du Centre d’économie sociale Travail et société (CESTES) au CNAM
  • Roger Daviau, spécialiste de la SAPO, Société Anonyme à Participation Ouvrière.
  • Benoît Borrits, co-fondateur et animateur de l’Association Autogestion, Auteur de Coopératives contre capitalisme.
  • des participants à la coopérative intégrale d’île-de-France

Rendez-vous le dimanche 22 octobre 2017 - 14 h

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/145507086063359

Des ateliers de cultures populaires organisés par la CNT

S’instruire, non pour acquérir des compétences, mais pour le plaisir de découvrir, d’approfondir est un acte révolutionnaire.

Ne pas laisser à l’État et ses institutions le pouvoir de décider ce que nous devons savoir, ce qu’il est suffisant que nous sachions pour devenir, et rester, de la chair à patrons est un acte révolutionnaire.

S’il est nécessaire d’acquérir un savoir professionnel pour exercer un métier, il est tout aussi nécessaire de se donner le droit au savoir sans limites.

Si les dirigeants du capital et leurs gouvernants complices réinstaurent petit à petit une limitation au savoir, un frein aux possibilités de s’instruire, ce n’est pas pour rien. Ils savent bien qu’un peuple instruit est un peuple qui réfléchit. Que la réflexion amène à la prise de conscience que tout est fait pour maintenir le plus possible l’exploité dans l’ignorance ; à l’aide de la télévision, entre autres outils d’abêtissement. Que cette prise de conscience amène à la résistance contre la violence du capitalisme, et éventuellement à la révolution pour y mettre fin.

Les ateliers de cultures populaires de la CNT, ouverts à toutes et à tous, pour découvrir, s’instruire, se faire plaisir, en venant voir, écouter, débattre sur les arts, l’histoire, les sociétés, les sciences, la littérature et d’autres sujets, avec des gens qui ont le désir de partager leurs savoirs, leurs connaissances, leurs passions.

Soyons révolutionnaires ! Instruisons-nous !