Pourquoi nous sommes ensemble ?

Travailleur.euse.s de la santé, du social et de l’éducation, nous avons tout intérêt à nous regrouper, nous syndiquer ensemble, partager nos vécus professionnels et nos valeurs.
L’interconnexion de nos champs professionnels (par exemple dans un établissement scolaire, un hôpital, une maison d’enfants à caractère social) est telle qu’il nous parait évident de nous retrouver dans la lutte.

Travailleur.euses du privé, associatif ou non, travailleur.euses du public - MÈME COMBAT !!!

Santé

Nous avons beau faire, bon an mal an, pour vous soigner avec les moyens du bord, le navire coule et nous réclamons :
- La gratuité des soins pour tou.tes et l’accès aux services partout : une vraie politique pour la fin des déserts médicaux et le développement des structures publiques de santé.
- Des services publics de santé de qualité car nous ne disposons d’aucune perspective nous permettant d’exercer correctement.
- Des Embauches massives pour accueillir correctement et réhumaniser les prises en charges, et avec un salaire à la hauteur !
- Que les étudiants.e.s retrouvent une place s’étudiant, cessent d’effectuer des remplacements sous payés et sans formation pour faire face à certaines situation.
- La fin des projets de fusion, de centralisation qui induisent des suppressions de lits, de postes, et nuisent à l’accessibilité aux soins pour tou.tes.
- Un réel accès humain et adapté à la pédopsychiatrie.

Social

Nous sommes employé.e.s dans les secteurs publics et/ou privés comme vous et les problématiques et reconnaissances de nos fonctions passent à la trappe alors que nous sommes les premier.e.s à connaître les difficultés des personnes que nous accompagnons au quotidien. Notre invisibilité dans les médias, dans la rue, ne fait que nous desservir ainsi que les publics que nous accompagnons.
Nous pourvoyons à l’hygiène, l’alimentation, la santé, la protection et l’autonomisation des personnes.
Le social n’est pas une marchandise ! Pour ceci nous revendiquons :
- De réelles prises en charge axées sur le qualitatif et libérées du diktat du quantitatif !
- Une revalorisation des salaires immédiate pour tou.te.s !
- Des embauches massives de salarié.es diplômé.es pour notamment mettre fin aux temps de latence entre les mesures prises par les juges des enfants, temps durant lesquels des enfants se retrouvent mis à mal (stand-by, placement inapproprié...) faute de personnel et non pas de réflexion sur le sujet !
- La suppression des jours de carence et le remplacement systématique des postes en cas d’arrêt maladie.
- Inauguré dans notre secteur depuis la Covid, le télé-travail brise le lien dans la relation éducative et nuit à l’accompagnement : l’essence même de nos jobs s’y oppose !
- La régularisation de tou.t.es les sans-papiers et une prise en charge pérenne de tout.es les jeunes dans le cadre de contrats jeunes majeur.es jusqu’à 25 ans.

Éducation

Parce que révolutionner notre société passe aussi par révolutionner l’école, la CNT-SSE se bat pour une école :
- Solidaire : L’école se doit de garantir le droit à l’éducation à tous les enfants, sans discrimination.
- Publique : STOP à la privatisation des universités, indépendance totale de la recherche, financement par l’état au seul bénéfice du service public de l’enseignement, à hauteur des enjeux.
- Laïque : Un enseignement laïque pour tous et toutes, sans discrimination d’aucune sorte.
- Anti-autoritaire : STOP à la pression hiérarchique, à la caporalisation, STOP aux décisions verticales déconnectées de la réalité sociale et éducative. Suppression des inspections pédagogiques.
- Émancipatrice : Donner aux générations futures les moyens, les outils pour leur permettre de construire un monde plus juste, plus solidaire et plus respectueux de notre terre.
- Respectueuse des enfants : Fin du fichage généralisé et de l’évaluation normative (LPC), abrogation de la réforme des rythmes scolaires, réduction drastique des effectifs par classe, STOP aux technologies de surveillance (biométrie, caméras…) et à l’embrigadement (SNU).
... et des adultes : Recrutements massifs, égalité salariale et revalorisation des salaires, respect de la liberté pédagogique, réduction globale du temps de travail, exigence d’une formation initiale et continue de qualité.
AESH, AED et autres contractuel.les, parent.es pauvre de notre système éducatif, sont des professionel.les qui lui sont indispensable. Iels doivent bénéficier d’une formation diplômante et de la rétribution correspondante.
- Égalitaire : Un statut enseignant unique, l’accès à des formations qualifiantes pour tou.tes les précaires et titularisation sans condition.
- Autonome : L’éducation est affaire d’éducateur.trices, pas de militaires ni de policier.es ou d’entrepreneurs.
- Intégrale : Fin du cloisonnement entre une éducation « pratique » et une autre « intellectuelle ».