Adam et Fatih, nous n’oublierons pas!

Dans la soirée du samedi 2 février 2019, Fatih Karakuss 19 ans et Adam Soli, 17 ans, sont morts, pourchassés par la police.

Nos premières pensées vont aux parents et proches des victimes et aux habitant.e.s du quartier Mistral subissant tour à tour la répression, l’assaut des journalistes et des politiques.

Depuis cette soirée de samedi, les habitant.e.s expriment une colère bien légitime qui se propage dans toute la ville.

Car une nouvelle fois, ce sont des jeunes, racisés, issus de quartiers pauvres qui sont victimes des cowboys de la BAC.

Le nouveau procureur de la république de Grenoble et la directrice de la sécurité publiuqe se sont empressés de réagir en justifiant l’intervention des policiers. La presse régionale (Daubé) parle d’ « accident de la route », évacuant tout de suite l’idée de bavure. Circulez, y’a rien à voir !

Nous sommes d’accord sur un point : il ne s’agit pas de bavure. Il s’agit de méthodes de traques coutumières de la BAC qui poussent sciemment les jeunes à fuir et se mettre en danger. Il s’agit d’un jusqu’auboutisme qui mène à la mort.

En 2005, Zyed Benna (17 ans) et Bouna Traoré (15 ans) sont morts électrocutés, fuyant un contrôle de police. Régulièrement les méthodes de la police nous rappellent pourquoi Zyed et Bouna couraient, pourquoi Fatih et Adam fuyaient…

Alors que les grands media s’émmeuvent des conditions de détention d’un grand patron et que les plus grands bandits, exploitant les ressources et les populations, détournant des milliards dans des paradis fiscaux, ne sont pas inquiétés, les jeunes des quartiers populaires subissent les assauts et la répression policière quasi-quotidiennement.

Aujourd’hui, les familles réclament justice.

Nous respectons leur volonté mais nous ne nous faisons guère d’illusion sur la façon dont la justice bourgeoise s’emparera de l’affaire. Nous avons encore en mémoire la relaxe des policiers impliqués dans la mort de Zyed et Bouna et la culture de l’impunité dans la police.

Nous n’oublierons pas.

Pas de justice, pas de paix !

Dissolution immédiate des BAC !