Ton droit du travail vaut bien une grève générale !

Le gouvernement, toujours au service du patronat va saccager le code du  travail.

Prêts pour le carnage ?
Prêts pour le carnage ?

C’est un vrai catalogue de propositions du MEDEF et de la CGPME.
Le 14 mars 2016, gouvernement et patronat, sans surprise, nous ont fait
le coup du second projet qui est présenté comme *moins pire que le
premier*.

Mais leur loi travail, ça reste l’exploitation des travailleurs-euses :

  • inversion de la hiérarchie des normes qui permet aux accords locaux
    aux rabais obtenus sous la pression de se substituer aux accords de
    branche,
  • facilitation des licenciements,
  • affaiblissement de la médecine du travail,
  • remise en cause des majorations des heures supplémentaires,
  • offensive contre l’outil syndical avec la promotion des référendums
    bidons en entreprise mettant alors directement le pistolet sur la
    tempe des salarié-e-s, etc.

Ces modifications du code du travail ne feront qu’aggraver la situation
de ceux et celles qui sont déjà les plus précaires :

– femmes,
– jeunes,
– travailleurs-euses
– immigré-e-s, chômeurs-euses, etc.

Les gouvernements changent mais pour les travailleurs-euses rien ne
change , ce sont toujours les mêmes politiques au service du patronat
qui se mettent en place, avec toujours les mêmes bouc émissaires
(migrant-e-s, sans-papiers, Rroms), et avec comme nouvel outil pour
réprimer toute contestation sociale, l’état d’urgence !

Le code du travail, c’est le résultat, des luttes ouvrières, du rapport
de force entre patronat et travailleurs-euses.

Il donne des garanties à minima sur les conditions de travail, la
protection de la santé et des droits sociaux.

Il limite en partie la toute puissance patronale.

Mais ce code du travail a aussi permis : la multiplication des contrats
précaires (à temps partiels, saisonniers, intérimaires, contrats
d’insertion sous payés), l’empilement des mesures dérogatoires favorables
au patronat, etc.

On vaut mieux que ça !
On vaut mieux que ça !

Simplifions le code du travail !

En plus du retrait de la loi travail, luttons pour:

  • la suppression de tous les contrats précaires (CDD, CUI, intérim,
    etc.), un seul régime de salariat, le CDI pour tous et toutes,
  • l’intégration dans le code du travail des clauses les plus protectrices
    des salarié-e-s issues des conventions collectives,
  • l’interdiction des licenciements,
  • la diminution du temps de travail, sans flexibilité, sans réduction
    de salaire,
  • etc.,

Et pendant qu’on y est : abolissons le capitalisme et construisons

ensemble l’autogestion !

rojoynegro267.qxd

Le recul social ne se négocie pas, il se combat !

Le rôle d’un syndicat n’est pas de rencontrer ou d’écrire au gouvernement et au MEDEF, ou encore de signer des pétitions.
Il faut construire un rapport de force, celui de la lutte des classes en bloquant l’économie.
C’est par la grève générale, l’occupation, la réappropriation de nos lieux de travail et de vie, dans la rue que nous gagnerons !

Discutons, échangeons, multiplions les réunions publiques, les assemblées générales (AGs), participons aux initiatives unitaires, développons les blocages, sabotages, occupations.
Parce qu’encore une fois, c’est nous qui travaillons, alors c’est nous qui décidons !

Ton droit du travail vaut bien une grève !
Ton droit du travail vaut bien une grève !

Télécharger le tract (pdf)

Partager cet articleTweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email