[CNT SUB 38] Le mirage des Grands Chantiers Inutiles et Nocifs

chantiers_inutiles_et_nocifs

Des chantiers nucléaires aux lignes grandes vitesses, des aéroports aux autoroutes, des barrages agro-industriels aux complexes touristiques, l’aménagement du territoire qui génère tant de profits pour les entreprises se fait avec l’appui forcené d’un Etat prêt à tuer, à Sivens comme ailleurs, prêt à bafouer les bribes de droits qui protègent encore le bien commun.

Personne n’est dupe de la mascarade des consultations publiques : il s’agit de dépossessions, de réquisitions autoritaires de terres agricoles et de bâtiments sacrifiés. En langage capitaliste, cela s’appelle rendre un territoire compétitif et attractif, c’est à dire faciliter la circulation des marchandises, minimiser les contraintes liées à la préservation des milieux naturels ou les rendre monnayables, étouffer toute opposition.

Malgré le vernis « écologique » et « développement durable » rabâché jusqu’à l’écœurement, ces projets sont des cadeaux aux patrons, pour que les élites nous demandent ensuite des efforts et de la rigueur pour que nous les remboursions!

Solidaires avec les oppositions légitimes aux projets inutiles et corrompus, les ouvriers et ouvrières du BTP ne se limitent pas à revendiquer l’amélioration de leurs conditions de travail ni à attendre que des patrons d’entreprises toujours plus gourmands les embauchent — comme le fait la CFDT prête à soutenir avec le MEDEF le projet du Center Parcs de Roybon .

Nous n’avons rien à attendre de cette organisation capitaliste. Qui n’hésite pas à exploiter une main d’oeuvre corvéable et jetable. Qui concentre les prises de décisions et le pouvoir de l’argent. Qui sape les solidarités dans un but de division, méprise les populations et leur capacité de discernement quand il y a des choix à faire. Enfin, qui dans un réflexe colonial, usurpe la notion déjà très ambiguë d’« utilité publique » sans tenir compte des réalités locales. Tout cela s’accompagne de grands discours frimeurs qui vantent le dépassement des limites, la relance de l’attractivité, l’amélioration des performances, la nécessité de se donner de nouvelles ambitions, le redressement productif.

Le projet Center Parcs des Chambarans  est un exemple de plus de ce mirage organisé. Cette fois ci on veut sacrifier un espace pour marchandiser un peu plus le temps libre, les loisirs, les vacances. Au même moment on voit les centres communaux de vacances et de loisirs disparaîtrent les uns aprés les autres, les MJC, associations et Centres Sociaux péricliter faute de moyens. Il faudrait accepter que l’Etat et les élites politiques fassent des cadeaux aux requins du tourisme de masse en piochant dans la caisse commune et laissent crever ce qui permettrait d’offrir des loisirs et des vacances accessibles à toutes et tous, dans un esprit mutualiste et coopératif, ce qui aussi permettrait de construire de vrais logements pour que plus personne ne dorme dehors ou ne vive entassé dans des taudis.

Nous ne voulons pas user notre corps et notre temps pour que des encravatés mettent 12 minutes de moins pour aller de Lyon à Turin, que les managers de Nantes-Métropole puissent faire leur shopping à Marrakech, pour que les industriels du tourisme de masse s’accaparent nos espaces naturels et sauvages.

Spécimen d'encravaté en 2015
Spécimen d’encravaté en 2015

Alors, malgré les réels rapports d’exploitation qui nous forcent à travailler, parfois loin de chez nous, dans des conditions déplorables, et parce que nous ne voulons pas devenir les otages du chantage à l’emploi, il va falloir que nous songions à refuser de bosser pour des projets inutiles et nocifs.

Et dire oui aux vrais chantiers, les seuls qui comptent : ceux qui nous permettront de démolir la mise en concurrence des personnes et des territoires, de reconstruire localement une production décidée collectivement, de refaire les plans d’un aménagement du territoire libéré des intérêts jusqu’alors privés donc spéculatifs, de prendre en compte l’existant plutôt que de systématiquement démolir dans une course au renouvellement, ceux enfin qui défont l’idée échafaudée par les élites selon laquelle nous ne serions pas capables de nous organiser sans chef.

Syndicat Unifié du Bâtiment CNT 38

sub38

Union Départementale CNT 38

Tract au format PDF CNT38_grands_chantiersinutiles_nocifs

Liens

Partager cet articleTweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email