Soutien international aux kurdes d’AFRIN

> Communiqué de la CNT Bordeaux

Depuis le 20 Janvier, l’armée turque bombarde la région kurde d’Afrin en Syrie, ajoutant une agression de plus envers ce peuple que l’état turc accuse de terrorisme justifiant ainsi cette attaque inique. Comme tout régime autoritaire, cherchant à éliminer toute opposition et toute forme de résistance, le gouvernement turc tente depuis des décennies de faire disparaître le peuple et la culture kurde par une répression physique, culturelle et par des bombardements meurtriers de certaines villes kurdes en Turquie.

Afrin est une ville kurde sur la frontière turque qui est maintenue isolée du Rojava par la Turquie, et cela, depuis le début du soulèvement populaire Syrien contre la dictature de Bachar el­asad. Les kurdes ont, depuis le début de la guerre, peu à peu investi la région du Rojava, au Nord de la Syrie afin de créer un territoire libre et autonome.

Aujourd’hui les victimes de l’attaque Turc et de certaines milices islamistes fondamentalistes rebelles alliées à la Turquie contre Afrin sont encore une fois les civils kurdes, arméniens et arabes et principalement les enfants. Le nombre de victime s’élèvent à 180 morts et 413 blessé·es selon des sources kurdes. Les bombardements dans la région d’Afrin continuent encore et ont fait plus de 70 morts en 3 semaines.

Les puissances impérialistes face a cette agression inadmissible ont une attitude cynique et ambiguë, la région étant stratégique pour leurs intérêts économiques puisqu’elle accueille oléoducs et gazoducs et politiques puisque la Turquie demeure leur principal allié dans la région. Si, la coalition menée par les Etats­Unis et ses alliés Européens (France, Angleterre, Allemagne…) se sont alliés avec les Kurdes dans leur lutte contre Daesh, cela ne pouvait être que temporaire : uniquement le temps de faire face aux dangers de Daesh dans la région et n’ont donc rien fait pour arrêter cette nouvelle attaque Turque nommé « opération Rameau d’olivier ».

Ces anciens alliés doivent probablement craindre les expérimentations sociétales révolutionnaires
qui émergent au Rojava : fédéralisme, décisions prises par des assemblées, lutte féministe, égalité de la représentation homme/femme dans toutes les strates de la société, réflexion sur une éducation populaire et alternative pour une société plus juste et émancipatrice. Personne ne peut savoir sur quelle société ces réflexions peuvent aboutir, mais il est certain que si la Turquie parvient à briser la résistance au Rojava, les grandes puissances internationales ne se plaindront pas de voir disparaître un courant sociétal anticapitaliste… à commencer par la Russie qui a donné son accord pour l’intervention militaire sur Afrin qui se trouve dans sa zone de contrôle.

La CNT, ne peut accepter que cette attaque contre des civils soit passée sous silence et appelle tous·tes les travailleuses et les travailleurs à se mobiliser pour faire cesser l’oppression et les bombardements que subissent les habitant.es d’Afrin, du Rojava et de Syrie.

Nos camarades kurdes et les habitant.es d’Afrin armenien.nes et arabes ont besoin d’entendre qu’elles et ils ne sont pas seul.es dans leur lutte !
Pour le droit des peuples à l’autodétermination, pour la solidarité internationale, pour l’arrêt des bombardements en Syrie.

 

TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS FRANÇAIS.ES, KURDES, TURC.QUES, SYRIEN.NES :

Unité contre le capitalisme et l’impérialisme !

 

Union Locale CNT Bordeaux

 

 


> Lire le communiqué confédéral

 


 

Articles liés