Pas de trève pour la grève!

> Manifestation du 17 décembre

La manifestation du 17 décembre était énorme à Bordeaux. Les chiffres annoncés par la préfecture sont totalement ridicules, comment un cortège de 13000 personnes (chiffre officiel) aurait-il pu s’étendre du palais de justice à la place de la bourse, en passant par Gambetta, les allées de Tourny et les Quinconces ?

Nous étions plusieurs dizaines de milliers, probablement autour de 70000, ce qui signifie que la mobilisation était plus importante que celle du 5 décembre. Pourtant la couverture médiatique était bien moindre… A cette manifestation il faut ajouter le blocage économique qui a duré toute la nuit de lundi à mardi devant un entrepôt de transport frigorifique à Bègles, le blocage de l’aéroport le matin même, des coupures d’électricité dans plusieurs sièges sociaux de banques, le blocage de plusieurs facultés et enfin le blocage du rectorat.

 



 

Chaque jour des assemblées générales, des blocages, des actions sont menés par des personnes déterminées à se battre contre la réforme des retraites et plus généralement contre les nombreuses oppressions et violences que génère notre société.

Pourtant, la production est loin d’être à l’arrêt. Autour de nous, malgré la popularité de la lutte, beaucoup restent passif-ve-s. Comme atomisé-e-s et résigné-e-s par des années de reculs sociaux.

Faut dire que l’adversaire a opté pour une stratégie de boxeur sur un ring où il a définit les règles. Enchaîner les coups pour pousser l’adversaire dans les cordes et l’atomiser. Les “réformes” se succèdent à une vitesse tatchérienne. La répression sous toute ses formes (judiciaire, policière) accompagne les réformes anti-sociales.  Sur le ring, un poids lourd combat un poids plume… Il nous semble que pour empêcher cela, il faudrait  que le public monte sur le ring pour empêcher ce carnage. C’est tout l’enjeu du moment, que celles et ceux qui regardent, agissent et refusent de laisser faire.

C’est à ce moment qu’intervient l’arbitre. Celui qui vient jouer les négociateurs pour “satisfaire tout le monde”. La présence de la CFDT dans la rue le 17 décembre, n’est qu’un subterfuge. Macron annonce aujourd’hui être prêt à négocier sur l’âge pivot (la “ligne rouge” selon la CFDT). On connaît le scénario par cœur, la CFDT va s’en aller signer avec le gouvernement et espérer ainsi mettre “fin à la grogne”.

Impossible pour l’heure de savoir si ce scénario maintes fois joué (en 2003, 2010, etc.) va se reproduire.  Les jours à venir vont être déterminants. Restons solidaires et déterminé-e-s dans la lutte, la grève, les occupations et les actions de blocage.

Pour cela, rendez-vous mercredi 18 décembre à 21h à la maison des syndicats de Bassens (impasse Franklin, Bassens).

Plus d’infos sur :


Articles liés

ul33

Syndicat CNT de la Gironde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *