On est (encore) là ! Et c’est pas fini…

> Retour sur la manifestation du samedi 11 janvier 2020

Après plus d’un mois de conflit, déclenché suite au projet de réforme des retraites, nous étions encore des milliers aujourd’hui à manifester à Bordeaux (20000 selon les syndicats). Les organisations syndicales avaient appelé à se retrouver place de la Bourse, lieu de départ des manifestations Gilets Jaunes depuis de nombreux mois.

Il est un peu plus de 14h quand la manifestation s’élance sur les quais. Les bannières syndicales sont moins présentes que lors des grosses journées de grève. Le cortège se mélange rapidement, des gilets jaunes marchent aux côtés des syndicalistes, des étudiant-e-s, des avocat-e-s, … Les batucadas donnent le rythme. Des caisses de grève circulent pour soutenir la mobilisation des cheminot-e-s.

Les directions syndicales avaient choisi de s’arrêter place de la République, les manifestant-e-s ont décidé de poursuivre. Direction place de la Victoire tout d’abord, où l’université occupée a été évacuée par les forces de l’ordre pendant les vacances, puis la gare St Jean.

Sur le parcours, au niveau de la Place André Meunier, plusieurs équipes de policiers à moto ont dû fuir suite à une “charge” de la tête de manifestation.

L’imposant cortège a ensuite envahi le parvis de la gare et des centaines de manifestant-e-s se sont regroupé-e-s sur les voies de chemin de fer. Face à la pression policière (les sous-terrains de la gare commençant à grouiller de bleus) la manifestation a repris sa route vers les quais.

 

Envahissement de la Gare Bordeaux St Jean

La présence de forces de l’ordre commençait à se densifier sérieusement, laissant apparaître des hommes cagoulés et casqués à chaque coin de rue. Le cortège finira par regagner la Place de la Bourse vers 18h.

Cet après-midi, nous avons eu le sentiment qu’il y avait une grande détermination et motivation à continuer la lutte. 38 jours de grève, 61e acte des Gilets Jaunes, ces luttes sociales d’une incroyable longévité n’ont pas dit leur dernier mot.

Demain, après-demain, la semaine prochaine, on continue, on reconduit, on lâche rien !

L’espoir est dans la lutte !

 

Articles liés

ul33

Syndicat CNT de la Gironde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *