[Kurdistan] Déclaration de la CNT lors du Newroz à Montpellier
PDF - 302.4 ko

Alors qu’en ce moment-même, la population d’Afrin est la cible d’une attaque d’une sauvagerie rare de la part de l’État turc, nous dénonçons la collusion des États occidentaux, des alliés de l’OTAN, qui assistent en silence à un massacre de masse qui bafoue les lois et conventions internationales.


Cette absence de réaction, loin de pouvoir être considérée comme de la passivité ou de l’impuissance, est pour nous un choix délibéré, idéologique, politique, économique, qui engage la responsabilité de tous les gouvernements de ce qu’on nomme la communauté internationale. Ils se rendent ainsi complices des crimes d’Erdogan et des groupes islamistes avec qui il a pactisé.


Ces puissances impérialistes ont une attitude cynique et ambiguë : elles ont opportunément soutenu la courageuse et opiniâtre lutte des Kurdes contre Daesh, mais elles craignent aussi les expériences sociales révolutionnaires qui émergent au Rojava : fédéralisme, décisions prises par des assemblées à la base, lutte féministe, égalité de la représentation homme/femme dans toutes les strates de la société, réflexion sur une éducation populaire et alternative ; en un mot, une société anticapitaliste, et ceci est inacceptable pour les États européens et les États-Unis.


La CNT, en tant qu’organisation anarcho-syndicaliste, syndicaliste révolutionnaire, et internationaliste, partage et soutient cette expérimentation inédite et à grande échelle pour une société plus juste et émancipatrice.


La semaine dernière, nous avons assisté à Paris à la session du Tribunal Permanent des Peuples, consacrée aux multiples violations du droit international et notamment du droit humanitaire dont la Turquie se rend coupable depuis des décennies envers le peuple kurde.


Ces 2 jours ont mis en lumière de façon indiscutable et implacable la machine répressive de l’État turc, et, encore une fois, la complicité des États occidentaux, depuis la trahison du traité de Lausanne en 1923 jusqu’à l’invasion d’Afrin : une litanie ininterrompue de massacres, de bombardements ; un régime de terreur qui tend à éradiquer une culture et une population, à Cizre, à Sur et ailleurs, qui cherche à effacer même la mémoire des pierres en détruisant la vieille ville de Diyarbakir, et qui poursuit ses opposant.es jusqu’à Paris, où la justice, française cette fois-ci, n’a toujours pas pris ses responsabilités en ce qui concerne les assassinats politiques de Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez.


Cher.es camarades, la CNT vous remercie de votre accueil, et tient à renouveler son soutien inconditionnel au peuple kurde en ce jour de Newroz, jour de fête, mais aussi et surtout, symbole de résistance et moment de lutte.


Newroz Pîroz Be ! Bijî Kurdistan !

Publié le Mai 2018 2018.
Solidarité internationale contre la répression en Catalogne

Soutien à l’autodétermination du peuple catalan

Depuis plusieurs années et notamment ces derniers temps, un processus unilatéral d’autodétermination est engagé en Catalogne, concrétisé par un référendum le 1er octobre dans une partie du territoire catalan, en l’espèce la Généralité de Catalogne, ouvert à l’ensemble des électeurs et électrices inscrites sur les listes électorales habituelles et posant la question suivante « Voulez-vous que la Catalogne soit un État indépendant sous la forme d’une république ? ». Cette démarche, a priori conforme aux standards de la démocratie représentative, a pourtant occasionné une levée de boucliers sans précédent du gouvernement espagnol.

Ce dernier a ainsi déclaré ce référendum illégal et mobilisé ses forces répressives pour entraver son bon déroulement, notamment en perquisitionnant des imprimeries accusées de produire le matériel référendaire (affiches, bulletins de vote...), en détenant des responsables du gouvernement catalan, en interdisant aux médias une quelconque promotion de ce référendum ou encore en entrant dans les locaux de formations politiques favorables à l’indépendance. Pour cela, des milliers de membres de la Guardia Civil ont été acheminés et hébergés dans des ferrys dans les ports de Barcelone et Tarragone, occasionnant un refus clair des dockers d’intervenir sur ces bateaux.

Cette réaction de l’État espagnol montre, une fois de plus, que celui-ci demeure imprégné par l’héritage politique du dictateur Franco. Ce sont ses héritiers politiques qui gouvernent aujourd’hui et qui continuent de promouvoir une Espagne « grande, une et libre ». D’ailleurs, la Constitution adoptée en 1978 prévoit explicitement l’intervention de l’armée en cas de sécession d’une partie du territoire.

Ce référendum est le fruit d’un long processus montrant les limites du statut d’autonomie obtenu il y a 40 ans. En 2014, déjà, le peuple catalan s’était majoritairement exprimé par référendum pour faire évoluer ce statut mais les résultats de cette consultation avaient été invalidés par le Tribunal Constitutionnel espagnol. Un vote majoritaire invalidé ou les limites de la « démocratie » bourgeoise et impérialiste.

Trois ans après, une large majorité populaire s’est exprimée pour l’application du droit à l’autodétermination à la fois en votant massivement pour des formations politiques indépendantistes ou au moins favorables à ce droit, en participant à de grandes manifestations dans les rues de Barcelone, en se mobilisant en de multiples occasions pour le droit à décider...

En tant qu’organisation internationaliste, la CNT ne peut qu’appuyer l’exercice du droit à l’autodétermination, en Catalogne comme ailleurs. Ce n’est pas à nous de décider mais au peuple catalan. La CNT, organisation anarcho-syndicaliste et syndicaliste révolutionnaire, ne milite pas pour la création de nouveaux États mais, fidèle aux principes fédéralistes, reconnaît à chaque peuple le droit de s’organiser librement.

En particulier, la CNT soutient la CNT Catalunya i Balears, la CGT Catalunya et toutes les organisations révolutionnaires qui participent à la défense des libertés fondamentales comme l’est le droit à l’autodétermination, notamment en appelant à un mouvement de grève générale, et cherchent à construire une société basée sur l’égalité.

La CNT dénonce également la répression policière qui s’est abattue sur la population en ce 1er Octobre occasionnant plus d’une centaine de blessés-ées.

Droit à l’autodétermination pour le peuple catalan et tous les peuples du monde ! Résistance face à l’attitude autoritaire du régime espagnol !

Paris le 1/10/2017

Secrétariat International CNT
33 rue des Vignoles
75020 France
http://www.cnt-f.org/international/
Tél : 0033 (0)7 82 54 91 07

Publié le Octobre 2017 2017.