Mercredi 16 mai : en grève pour défendre l’enseignement supérieur !
PDF - 209.2 ko

Jeudi 3 mai, sur le CLSH-Nancy, des étudiants mobilisés pacifiquement contre la loi ORE ont subi une charge policière soudaine et violente : étudiants plaqués au sol ou encore tirés par les cheveux. Les forces de l’ordre ne pouvant pénétrer sur un site universitaire qu’à la demande du président de l’université, en lien avec le préfet, c’est avec son assentiment que cette charge a eu lieu. Six étudiants et un doctorant ont été placés en garde à vue, les six premiers étant poursuivis, soit pour violence, soit pour dégradation.


Lors du « déblocage » du CLSH-Nancy, des locaux associatifs ont été vidés, sans motif. Ils sont toujours fermés. En « salle des profs », les panneaux syndicaux ont également été vidés de leurs affiches. Désormais, le CLSH est filtré par des vigiles, une fouille des sacs est organisée. A Metz, ce sont deux UFR qui sont filtrées : ALL et SHS. Là aussi les conditions de travail et d’études sont fortement dégradées par le fait d’un président qui prend des mesures disproportionnées.



Ces situations sont inacceptables !


Nous dénonçons tout à la fois l’intervention de la police, qui n’a rien à faire sur un site universitaire, les mesures de filtrage mises en place et l’acharnement de l’équipe présidentielle contre les étudiants. La situation de blocage de nombreuses universités dans le pays est le fruit de la loi ORE, qui instaure la sélection à l’entrée en licence et que la jeunesse, comme les personnels, combat avec raison. A l’université de Lorraine, ce blocage a été renforcé par le refus du président de généraliser le « Oui à toutes et tous sans mise en attente », mis en place par plusieurs UFR.



Toutes et Tous en Grève mercredi 16 mai !



Assemblée générale Metz : 12h – SHS, Amphi Arendt Nancy : 12h – CLSH



Rassemblement Metz : 11h30 devant l’UFR SHS Nancy : 14h – Présidence, Cours Léopold



Nous demandons :

• Le retrait des poursuites judiciaires contre les étudiants et l’absence de toute procédure disciplinaire contre elles et eux.

• Le retour au fonctionnement normal du CLSH-Nancy et des UFR ALL et SHS de Metz (y compris la réouverture du local des associations)

• L’abrogation de la loi ORE

• Des moyens pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche et pour l’Université de Lorraine, le dégel des postes 


Le collectif des personnels de l’université de Lorraine contre la sélection, soutenu par : CGT FERC SUP et SNTRS-CGT (section Lorraine), CNT SEST LORRAINE, SNESUP-FSU, SNASUB-FSU, SNPREES-FO, SUD-ÉDUCATION LORRAINE et le Collectif Etudiant Metz en Lutte



Mercredi 16 mai : GREVE à l’UNIVERSITE pour défendre l’accès libre à l’enseignement supérieur

Publié le Mai 2018 2018.