Fond de Classe n°12 est sorti !

Retrouvez le numéro de mois de Janvier 2015 du bulletin du syndicat de l’Education de la CNT Moselle en cliquant ici !


Au sommaire :


Vive la grève !
Pourquoi nous refusons les inspections ?
40000 pour une manif : condamnation confirmée
Stage : à l’école et dans la société : quelles classes ?
Au nom de la liberté : censure, suspensions et repression dans l’Education Nationale


L’édito du mois de janvier :


2010-2015 : 5 ans de gel des salaires Cela fait maintenant 5 ans que les salaires des fonctionnaires stagnent. En cause, la volonté des gouvernements successifs de faire des économies sur le dos du service public et des fonctionnaires par le gel du point d’indice (acté au moins jusqu’en 2017). En d’autres mots, les mesures d’austérité menées par le gouvernement nous amènent à nous serrer la ceinture pour payer les effets d’une crise qui n’est pas la notre, mais celle des banques et du capitalisme.
Non à la rémunération au mérite ! Attachés aux valeurs de coopération et de solidarité que nous défendons avec les élèves comme avec les collègues, nous refusons catégoriquement toute évaluation hiérarchique et arbitraire. Alors que la seule perspective d’augmentation de nos salaires résiderait dans la multiplication des inspections, nous revendiquons l’augmentation des salaires de toutes les travailleuses et tous les travailleurs de l’éducation !
Combattons la précarité ! Dans un même souci de solidarité et d’égalité, nous combattons le recours systématique à de nombreux contrats précaires (AVSAESH, AED, professeurs contractuels…). En plus d’imposer des conditions de travail déplorables à des travailleuses et travailleurs corvéables à merci, cela crée des inégalités de salaires, de statuts et de nombreux turnover dans les équipes pédagogiques, compliquant ainsi toute velléité de réfléxion et de d’action pédagogique
collective.
Rétablissement des 80 000 postes supprimés ! Il est urgent de rétablir à minima les 80 000 postes supprimés lors du précédent quinquennat. Nous insistons sur le fait que ces postes doivent être des postes de titulaires accompagné d’une réelle formation et sans condition de concours ; le rétablissement des postes ne saurait aller sans une titularisation massive des collègues contractuels et le développement de nouveaux contrats pérennes pour l’accompagnement des élèves, en remplacement des contrats d’AVS et d’AED. A l’heure où le gouvernement multiplie les attaques contre les travailleuses et travailleurs, il est important de prendre le temps de se retrouver afin de construire ensemble un mouvement social fort, capable de
faire reculer le gouvernement !

Publié le Février 2015 2015.