Solidarité Internationale




Publié le 3 juillet 2019.
Grève reconductible le 9 mai

Fédération des Travailleuses et des Travailleurs Territoriaux


Le gouvernement Macron, comme tous les autres l’ont fait avant lui, décortique de plus en plus les service publics.

TRAVAILLEUR-SE DE LA TERRITORIALE ORGANISE-TOI ! SYNDIQUE-TOI !

Les cadeaux aux grands patrons et ultra-riches s’accentuent (privatisations, retraites, CICE, impôts, chômage, formations, ISF...) alors que les mobilisations pour exiger plus de justice sociale perdurent. Le mouvement social actuel, subissant des violences policières et judiciaires exacerbées, montre que le choix du capitalisme à outrance est rejeté par le monde du travail, les retraités et la jeunesse.

Le gouvernement Macron veut tenir sa promesse de campagne ultralibérale de supprimer 120 000 postes dans la fonction publique. Le Grand Débat téléguidé par le pouvoir en des questions fermées préfigure la détérioration des conditions de travail des travailleuses et des travailleurs territoriaux, ce qui dégradera nécessairement la qualité des services publics.

C’est quoi la réforme dans la Territoriale ?

Encore plus l’embauche de contrats précaires en CDD (20 % des effectifs actuellement)

Beaucoup de droits acquis par les syndicats localement (RTT, primes, avancements, formations...) ne sont pas obligatoirement transférés sur les CDD voir les nouveaux arrivantEs titulaires au nom de la libre administration des collectivités et des établissement publics. Ce qui accroît encore plus les inégalités de traitement entre les travailleuses et les travailleurs.

Moins de droits syndicaux pour tout le monde

La réforme va fusionner les instances de représentations du personnel (Comité Technique et le CHSCT) comme dans le privé. Ce qui entraîne une baisse de la qualité de la représentation syndicale en rendant plus difficile à une organisation de devenir représentative (obligation de l’être pour déposer un préavis de grève). Moins d’élu.e.s donc des élu.e.s encore plus déconnecté.e.s du quotidien du travail. De plus des élu.e.s qui doivent faire le même travail de deux instances actuellement. La Fédération CNT des Travailleuses et des Travailleurs Territoriaux revendique :



- La titularisation de tous les contrats précaires
- Une augmentation significative des salaires
- Diminution du temps de travail
- Une égalité salariale réelle femme/homme
- Le retrait de la rémunération au mérite établie sur des critères subjectifs
- Le renforcement des droits syndicaux
- L’autogestion des caisses de la sécurité sociale, par les salarié.es
- L’arrêt des exonérations de cotisations sociales patronales
- Le développement de services publics de proximités
- L’amnistie pénale et civile pour l’ensemble des militant-es syndicalistes
- La prise en charge par l’employeur de la globalité d’un abonnement en transport commun


La CNT-FTTT appelle tous les travailleuses et travailleurs territoriaux à s’organiser dans les collectivités et les établissements publics afin de préparer la grève reconductible à partir du 9 mai prochain.


PDF - 374.9 ko




Publié le 19 avril 2019.
Communiqué de l’intersyndicale de Moselle

Communiqué de Presse


Metz, le 22 mars 2019

L’intersyndicale de la Moselle condamne de la décision de Monsieur MARTIN
d’interdire toute manifestation sur la ville de Metz ce samedi 23 avril.
Cette décision remet en cause le droit de chaque citoyen de s’exprimer
pacifiquement sur la voie publique.

Elle ne se justifie que par anticipation et présomption de débordement. Elle pénalise
notamment ce jour-là les Etats Généraux de la Migration qui avaient déclaré une
déambulation dans les rues de la ville.

Nos organisations syndicales dénoncent la politique régressive et anticipative menée
par l’Etat. Nous réaffirmons que le droit de manifester est un droit constitutionnel et
continuerons à le défendre.

Enfin nous répétons que les réponses au mouvement social doivent être de véritables
mesures économiques mettant fin à la libéralisation de l’économie et demandons au
Gouvernement de prendre la mesure de la colère qui s’exprime et s’est encore
exprimée mardi 19 mars par la grève et la manifestation.








PDF - 150.9 ko








Publié le 28 mars 2019.
grève interpro du 19 mars !

Le 19 mars toutes et tous en grève !






Publié le 10 mars 2019.
Fonction publique : en grève le 22 mai !

Communiqué du 16 mai 2018

PDF - 115.6 ko


Transport publics, hôpitaux, EPHAD, éducation nationale et enseignement supérieur, protection de l’enfance, collectivités territoriales, justice, etc… Dans tous les secteurs d’activités du public, les personnels souffrent des mêmes maux depuis des années : manque d’effectif, précarité des salarié.e.s, austérité et conditions de travail déplorables, remise en cause des statuts et privatisations rampantes sont les conséquences de décennies de politiques libérales.


Et le gouvernement Macron n’est pas en reste dans cette logique : la loi ORE qui instaure la sélection à l’Université, l’abandon du système de soin pourtant à l’agonie, les baisses de dotations pour les collectivités territoriales, et la remise en cause du statut de cheminot, véritable privatisation détournée de la SNCF, sont autant de décisions qui montrent que ce gouvernement a décidé d’ignorer la colère sociale, et la réalité d’une situation catastrophique.


Pire encore, après plusieurs semaines de lutte dans les université, les hôpitaux ou encore à la SNCF, le gouvernement ne répond que par la répression policière, les poursuites judiciaires et cherche à tout prix à opposer travailleurs et usagers des services publics.


Aux fonctionnaires des trois fonctions publiques, le SEST Lorraine tient à rappeler que la remise en cause du statut des cheminots constitue bien un préalable pour Macron : si le bastion syndical qu’est le rail est défait, c’est bien aux différents statuts de fonctionnaires que le gouvernement s’attaquera sans plus aucune crainte.

Aux usager.e.s, le SEST Lorraine CNT rappelle que les luttes actuelles des travailleur.se.s du public ne s’arrêtent pas à la défense de leurs acquis et de leurs conditions de travail, mais bien au-delà à la défense d’un service public de qualité, de proximité et accessible à toutes et tous sans condition.


Aussi le SEST Lorraine appelle tous les travailleur.se.s du public comme du privé à converger dans la grève et dans l’action dès le mardi 22 mai, pour la défense de tous les services publics et contre les politiques libérales du gouvernement. Il invite toutes et tous à participer massivement à la manifestation qui partira à 14h de la gare de Metz.


Face à l’État et du patronat, seule la solidarité interprofessionnelle et la convergence des différentes luttes de la classe populaire permettra de construire un rapport de force suffisant.



SEST Lorraine CNT (Syndicat CNT de la Santé, du Social, de l’Education et de la Territoriale).

Publié le Mai 2018 2018.