21 décembre 1906 : grève des ouvriers typographes à Montpellier

vendredi 21 décembre 2018

La situation des travailleurs de l’imprimerie n’est guère meilleure que celle des autres corporations, à la "Belle époque". Un "typo" gagne 4 francs par jour, et les patrons bafouent souvent la convention collective.

Après 21 jours de grève, les typos ont gain de cause : ils obtiennent une importante augmentation de salaire et la garantie du respect de journée de travail, fixée à 9 heures.
À ce propos, Louis Niel, un des dirigeants de la Confédération Générale du Travail, écrit dans l’Humanité de Jaurès : "C’était, sans doute, une victoire de la Fédération du Livre. Mais, il faut dire avec franchise que cette victoire était due beaucoup plus aux secours pécuniaires qu’à l’esprit révolutionnaire, de sacrifice et de lutte des grévistes typographes. Sans secours, la grève n’aurait pu tenir que quelques jours."

Opinion sévère sur le plan du combat syndical, mais qui atteste, cependant, que la solidarité ouvrière, déjà à cette époque, n’est pas un vain mot.



Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur Twitter Nous suivre sur RSS Faire un don

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

MaMeJeVeSaDiLu
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Annonces