L’écho des prétoires : Un TAISEUX(1) oublié par son BAVARD(2)

lundi 27 juillet 2015
par  SUB-TP-BAM RP

De retour en audience de bureau de jugement, section industrie, nous savions que notre passage serait de courte durée, car nous avions demandé un renvoi de l’affaire sollicitant une convocation de témoins par le Conseil des Prud’hommes … que celui-ci allait d’ailleurs nous refuser.

Dans l’attente du début d’audience, les avocats déploient leurs robes, se reconnaissent, papotent gentiment entre eux (elles), avant de pérorer et pipoter devant Le Conseil.

En face de nous, seul, sans le moindre dossier, un gars attend tranquillement. Ibrahim, que le syndicat accompagne aujourd’hui, l’avait déjà remarqué lors de l’audience de conciliation de janvier dernier.

Seulement 5 affaires au rôle, pour ce jour là, la plupart seront renvoyées.

A l’appel de son nom, notre Taiseux [1], se lève et s’approche de la barre.

L’entreprise « Machin-Chouette de second-œuvre », n’est pas là, et le bavard [2] du taiseux en demande n’a pas pris, non plus, la peine de venir … et de prévenir son client.

Le président lui indique qu’un renvoi est demandé par l’entreprise sous prétexte que l’avocat du plaignant n’aurait pas mis dans la cause le mandataire désigné par le tribunal de commerce.

Devant cette avalanche d’informations notre gars semble un peu perdu.

Le Conseil se retirant pour délibérer sur les différentes demandes de renvoi, ainsi que sur notre demande de convocation de témoins, nous en profitons pour nous rapprocher du salarié de « Machin-Chouette de second œuvre », dont les yeux dans le vague indiquent son incompréhension de la situation.

Tranquillement, nous lui indiquons la marche à suivre par rapport au contrôle qu’il doit garder de son avocat, qui en l’occurrence apparait bien peu motivé par cette affaire.

JPEG - 62.7 ko

Entendant les mise en garde que nous exprimons sur l’attitude mercantile de beaucoup de « bavards » et leur mépris de classe, pour les plaignants qu’ils sont censés représenter, un avocat présent se joint à notre conversation pour « défendre » sa profession et disculper son confrère incriminé pour le manque de sérieux (non vérification de procédures concernant un entreprise en état de liquidation) qui conduit à cette situation et provoque un renvoi de l’affaire.

Avocats des salariés ou des entreprises, les bavards restent d’abord ceux de leur propre cause, du petit monde dans lequel ils évoluent.

A rester dans son monde, les travailleurs ont tout à gagner, à ce que le syndicat, leur organisation de classe, les accompagne dans la défense de leurs intérêts immédiats devant les Prud’hommes.


[1TAISEUX : se dit, dans le Nord de la France, de quelqu’un qui, par choix ou par nécessité, parle peu

[2BAVARD : se dit d’un professionnel qui parle abondamment et souvent de façon grandiloquente comme un avocat


Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur Twitter Nous suivre sur RSS Faire un don

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

MaMeJeVeSaDiLu
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Annonces