Le SUB Urbain

vendredi 5 juin 2015
par  SUB-TP-BAM RP

Ce groupe musical et chantant, qui rassemble les adhérentes et les adhérents du Syndicat Unifié du Bâtiment (CNT-f) de la région parisienne et se produit dans ses manifestations, est né du souhait d’intégrer au collectif syndical des adhérentes et les adhérents isolés dans leur entreprise, dans leur communauté, isolés même dans la démarche de défense individuelle (Prud’hommes) qui les a souvent mené chez nous.
Chanter ensemble, c’est mêler sa voix aux autres, s’en faire l’écho, dépasser cette pudeur qui fait que l’on se croit toujours jugé, en position de se justifier.

C’est : chercher et y trouver du plaisir. Et ce même et surtout dans un militantisme que certains veulent voir comme castrateur, conformiste, ennuyeux.

Chanter, c’est cependant s’exposer, se mettre en avant ; Ce qui peut être difficile pour des camarades précarisés, des camarades aux marges du droit d’asile, des camarades que le travail ou la société ne cesse de dévaluer.

Alors au Syndicat on chante d’abord entre nous, pour abolir ces barrières, vaincre ces peurs individuelles.

Alors on chante maintenant au début de nos Assemblées Générales … mais aussi à la fin.

On chante dans certains Conseils Syndicaux, pour rôder les nouvelles chansons et leurs accords,

On chante quand on trouve les moyens de se payer des week-ends ou des vacances syndicales.

On chante dans la rue, dans nos concerts …

Pour ce qui est du répertoire on pioche bien évidemment dans celui du mouvement ouvrier, ce qui nous fait souvent ouvrir nos voix sur « le chant des ouvriers », celui des canuts, les chants de la Commune. L’internationale, bien sûr, chantée au premier mai est souvent reprise par des manifestants du cortège, dans les langues des manifestants, démonstration de l’internationalisme de ce chant.

JPEG - 288.4 ko

Mais on aime aussi ceux qui parlent de nos métiers, comme la chanson du peintre sur son échafaudage, qui nous permet de rappeler d’une façon humoristique qu’aimer le travail bien fait c’est aussi refuser les cadences infernales.

Ou celles que nous avons créées (détournées) nous-mêmes comme : « les gars du bâtiment » ou « la complainte du Ferrailleur » [1].

Car chanter d’une même voix, c’est aussi convoquer des envies d’expression, donner le moyen d’une écriture prolétarienne que nous tentons d’expérimenter par ce canal, comme nous le faisons par ailleurs dans la production de film ou l’organisation d’un concours de nouvelles pour apprentis du BTP.

Lors de nos manifestations nous invitons les passants à venir chanter avec nous. Pour ces occasions nous publions des recueils de chansons avec textes et contexte (historique), qui permettent à chacun de nous accompagner … et finance en partie les moyens du groupe.


[1Ces deux chansons sont « écoutables » sur le CD 2 titres, qu’il est possible de commander à notre adresse pour la modique somme de 6,5 euros (frais de port compris).


Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur Twitter Nous suivre sur RSS Faire un don

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

MaMeJeVeSaDiLu
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Annonces