Le syndicat exige les salaires, rien à faire de la compassion d’un patron

vendredi 19 décembre 2014
par  SUB-TP-BAM RP

Cette semaine, Andreas Fettchenhauer a joué devant la presse une petite danse du ventre pour redorer son image. Sur l’air de "C’est pas moi, c’est lui", il offre "sa compassion" aux ouvriers roumains tout en essayant de créer la suspicion envers eux. Mais le salaire reste au fond de ses poches.

Le FAU Berlin lui répond.

JPEG - 81.9 ko

La FAU lui rappelle qu’en tant que maître d’œuvre, il porte aussi la responsabilité légale des événements sur le chantier de construction y compris des salaires non payés.

Que son cynisme quand il demande à ce que les ouvriers roumains présentent leurs contrats est abject. Ceux-ci ont été pris dans une opération mafieuse de contournement du droit du travail allemand organisée par ses sous-traitants refusant de faire les contrats. Ce dont il a aussi la responsabilité.

Que quand il affirme que le travail au noir ne peut pas être calculé sérieusement sur le chantier, il admet son existence. Que la FAU Berlin peut par ailleurs démontrer le fonctionnement de cette opération.

Le FAU Berlin revient aussi sur les millions d’euros non versés par l’investisseur Harald Huth, qu’Andreas Fettchenhauer aurait découvert qu’à la fin du chantier. Personne ne peut croire une fable pareille.

Le FAU Berlin ne participera pas à ce "ping-pong de responsabilité". Ils vont agir juridiquement contre tous les partis, lui y compris. La mobilisation quotidienne va se poursuivre jusqu’à Noel et le judiciaire s’engagera à la suite.

Ce soir, les ouvriers du "Mall de la honte" en lutte organise une réunion publique à 19:00, New Yorck im Bethanien, BERLIN.


Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur Twitter Nous suivre sur RSS Faire un don

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

MaMeJeVeSaDiLu
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Annonces