Un échafaudeur toujours plus haut

lundi 3 novembre 2014
par  SUB-TP-BAM RP

Lors de la journée de débats autours du Grand Paris, un camarade du syndicat échafaudeur est revenu sur son métier et son engagement syndical lors d’une interview.


Karimou, quel est ton métier, sur quels types de chantiers tu travailles, quelles constructions ?

Je monte les échafaudages. Au départ j’ai choisi les échafaudages car je suis analphabète. Je n’ai pas honte de le dire, c’est comme ça.

J’ai travaillé à la défense sur des gros chantiers et aussi sur des petits. Sur la Tour first Axa, la société générale. J’ai travaillé aussi sur Bouygues Challenger [1] et sur Ballard [2]. En ce moment, j’installe une plateforme anti-chute pour les cordistes, pour tu vois, qu’il ne tombe pas de haut. C’est plus de sécu.

JPEG - 253.1 ko
Le pentagone Ballard

Aimes tu ton métier et pourquoi ?

L’heure de départ est plus tôt. J’ai plus de temps avec ma famille. J’aime travailler en hauteur pour les sensations, tout ça. Maintenant je cherche à devenir cordiste, je veux aller plus haut sur les chantiers. Je suis en train de voir avec le syndicat pour la formation.

JPEG - 248.3 ko
La tour First à la défense

Est ce que ton métier est dangereux ? Pourquoi ?
Il n’y a pas beaucoup d’accidents mais toujours graves ou mortels. Tu a la paralysie ou c’est la fin.

Qu’est ce qui est important pour les questions de sécurité (matériel adapté, temps de travail, respect des règles de sécurité) ? As tu été amené à refuser de travailler pour des raisons de sécurité ?

Exemple, le patron a voulu que je démonte tout seul en déséquilibre. Je le fais pas tout seul. Un jour, il y avait de la neige, c’était gelé. Le patron a voulu que je passe sur le toit de l’autre coté pour démonter. J’ai refusé. Il a gueulé, mais j’y suis pas allé. Alors il a été voir et il a dit Ok, c’est pas possible, on fera ça après. Et on est parti.

Depuis les papiers obtenus avec l’aide du syndicat, c’est possible de ne pas faire les travaux dangereux. J’ai une meilleure connaissance de mes droits. Avant, je faisais plus de travail à la con sans le savoir. Les papiers et le syndicat, ça a changé ça.

JPEG - 68 ko
Le siège de Bouygues - Challenger

Et sur les autres aspects, ton rapport avec le patron (contrat ? avancement ? paie ? Heures supplémentaires ? Sous-traitance ?)

Quand tu fais de l’échafaudage, tu fais ça jusqu’à la fin. C’est pour ça que je veux devenir cordiste. Passer à autre chose. Maintenant, il y a de la tension avec le patron sur les problèmes de sécurité.

Genre, le patron a pas payé pas le dernier arrêt maladie de l’accident du travail. Je vais voir avec le syndicat, la boite va bientôt fermer pour ne pas payer ses impôts. Il me vole mon argent.

Encore un qu’on va faire cracher ton pognon.

Oui, je viens de gagner au tribunal, ça fait du bien même si c’est trop long.

Tu es adhérent au syndicat depuis plus de 5 ans, qu’est ce qui t’y a amené ? Conflit du travail , papiers ?

C’est pour les papiers. Le patron refusait de faire le cerfa [3].

Tu as été travailleur sans papier, comment on se débrouille dans cette situation ?

Tu est obligé de prendre des boulots de merde quand tu es sans-papiers. T’es exploité, tu fais la merde. Mais depuis toujours, j’ai refusé de monter dans les coffres de voitures pour aller sur le chantier. J’ai ma carte orange, quand c’est comme ça, j’y vais en train. Je veux pas me laisser traiter comme ça.

Maintenant, c’est mieux.

Aujourd’hui, tu as une famille et quelles sont tes conditions de vie ? Par rapport à la question du logement ? Paies tu des impôts ?

La vie familiale est bonne maintenant. Il reste un appart trop petit, on est nombreux pour 14m². La mairie veut plus nous recevoir. Mon dossier du logement est suivi en permanence logement du syndicat.

Qu’est ce que l’expérience du syndicat t’a apportée ? Comment prends tu part à la vie du syndicat (tes mandats : sécurité ? permanence syndicale ?)

Plus de connaissance des droits donne de l’assurance dans le travail. Ça permet de refuser de travailler n’importe comment.

J’ai eu plusieurs mandats au syndicat. J’ai commencé par la propagande, en formation sur le juridique et le dernier, la sécurité. J’ai tenu les permanences du syndicat le samedi. Mais avec un autre camarade. Car pas écrire, c’est un un problème. Je peux pas le faire seul car il y a besoin d’écrire. C’est un problème aussi pour les mandats.

Avec le syndicat, j’ai fait les cours d’alpha (alphabétisation), c’est important. Il faut que tout les gars qui savent pas lire et écrire s’inscrivent.

Merci Karimou pour ton intervention

JPEG - 110.1 ko


[1le siège de Bouygues

[2Le pentagone à la française

[3certificat de travail déclarant le salarié pour une régularisation


Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur Twitter Nous suivre sur RSS Faire un don

Navigation

Articles de la rubrique

  • Un échafaudeur toujours plus haut

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

MaMeJeVeSaDiLu
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Annonces