Tracts

  • Finissons-en de ces politiques injustes et dangereuses : Liberté de (...)

    Finissons-en de ces politiques injustes et dangereuses : Liberté de circulation, solidarité avec les migrant.es !

    Aujourd’hui les États de l’UE, et particulièrement la France, s’attaquent au droit d’asile en renforçant les frontières internes, en externalisant les contrôles, en organisant un tri des migrant.es aux portes de l’Europe, en refusant le sauvetage en mer, en précarisant le droit à l’asile et à la protection et en criminalisant les actions citoyennes d’aide et d’assistance à personne en danger. Une nouvelle fois, l’État français n’assume pas ses responsabilités et ses obligations et tente toujours (...)

  • 18 DÉCEMBRE 18H JOURNÉE INTERNATIONALE DES MIGRANT-E-S

    18 DÉCEMBRE 18H JOURNÉE INTERNATIONALE DES MIGRANT-E-S

    18 DÉCEMBRE 18H JOURNÉE INTERNATIONALE DES MIGRANT-E-S (Appel national, rapprochez-vous des structures locales pour connaitre les points de rendes-vous près de chez vous) Nous, Collectifs de Sans- papiers et MigrantEs, Syndicats, Associations et Marche des Solidarités appelons à des manifestations et rassemblements dans tout le pays le 18 décembre à l’occasion de la Journée Internationale des MigrantEs. Nous marcherons toutes et tous ensemble, contre la montée des nationalismes, des (...)

  • Nos droits sociaux ne sont pas négociables à la baisse !

    Nos droits sociaux ne sont pas négociables à la baisse !

    Les attaques patronales soutenues par le « président des riches » se multiplient : Casse des services publics (éducation, hospitaliers, ferroviaire etc.), casse de l’assurance chômage, plan de licenciements dans le privé, dérèglementation du temps de travail en imposant toujours plus de flexibilité, temps partiel imposé précarisant encore un peu plus les travailleuses et les travailleurs, fusion des instances représentatives du personnel avec le CSE, référendum d’entreprise permettant d’isoler les (...)

  • Assurance chômage : la violence sociale continue

    Assurance chômage : la violence sociale continue

    Depuis plusieurs années, les gouvernements successifs procèdent à de profondes attaques sur le droit des travailleur.euses et sur la protection sociale. Ces mesures se sont durcies avec l’actuel gouvernement : Casse du code du travail, remise en cause des conventions collectives, suppression progressive du statut de la fonction publique etc. Aujourd’hui et une fois de plus, ce sont les précaires et chômeur.euses qui sont dans le viseur des réformateurs. La violence sociale du gouvernement et du (...)

  • Tous et toutes en grève le 12 septembre 2017 : DÉFENDONS NOS ACQUIS SOCIAUX (...)

    Tous et toutes en grève le 12 septembre 2017 : DÉFENDONS NOS ACQUIS SOCIAUX ET NOS INTÉRÊTS DE CLASSE

    En ardent défenseur du capitalisme et du patronat, Macron et son gouvernement ont publié leurs ordonnances visant à imposer la réforme du Code du travail avant la fin du mois de septembre. Après une rapide mascarade de consultation des « partenaires sociaux », « dialogue social » oblige, le gouvernement rentre donc dans le vif du sujet : il s’agit tout simplement de donner au patronat le pouvoir de faire le droit en s’affranchissant une bonne fois pour toutes du « principe de faveur » qui a été (...)

  • La machine de guerre anti-sociale est En Marche ! EN MARCHE SUR LE CODE DU (...)

    La machine de guerre anti-sociale est En Marche ! EN MARCHE SUR LE CODE DU TRAVAIL !

    La machine de guerre anti-sociale est En Marche ! En marche sur le code du travail ! Emmanuel Macron nous l’a annoncé : il ne veut pas perdre de temps pour sa nouvelle réforme du droit du travail. En ardent défenseur du capitalisme et du patronat, lui et son gouvernement cogitent actuellement à plein régime sur la façon de faire passer sa réforme du Code du travail par voie d’ordonnances avant la fin de l’été. « Dialogue social » oblige, la mascarade de la consultation des « partenaires (...)

  • PRÉCARITE, CHÔMAGE, LICENCIEMENTS : EN FINIR AVEC LE CAPITALISME ET LE (...)

    PRÉCARITE, CHÔMAGE, LICENCIEMENTS : EN FINIR AVEC LE CAPITALISME ET LE LIBÉRALISME

    PRÉCARITE, CHÔMAGE, LICENCIEMENTS : EN FINIR AVEC LE CAPITALISME ET LE LIBÉRALISME Depuis une trentaine d’années, les gouvernements successifs ont organisé, avec la complicité du patronat, la dérégulation de l’économie et le démantèlement de tous les systèmes de sécurité sociale. Aujourd’hui, près de quatre embauches sur cinq se font sous des formes précaires. De ce fait, la vulnérabilité sociale née du détricotage du salariat, associé au délitement des liens sociaux et à l’effritement de la protection (...)

  • Pour un 1er mai 2016 de combat

    Pour un 1er mai 2016 de combat

    Le 1er mai : « Fête du travail » ou journée de lutte des travailleuses et des travailleurs ? Comme chaque année dans de nombreux pays, le 1er mai sera l’occasion pour les travailleuses et les travailleurs et leurs organisations de célébrer l’histoire du mouvement social et syndical. Pourtant, faut-il le rappeler, cette journée est à son origine une journée de lutte plutôt que de célébration. Elle trouve ses racines dans la grève générale du 1er mai 1886 aux États-Unis (impulsée – certains (...)

  • L'inspectrice du travail de TEFAL renvoyée en correctionnelle pour avoir (...)

    L’inspectrice du travail de TEFAL renvoyée en correctionnelle pour avoir fait son travail !

    Notre collègue, inspectrice du travail de Haute Savoie, vient de recevoir une citation à comparaitre au tribunal correctionnel d’ANNECY le 5 juin 2015 à 14h00 en tant que prévenue pour recel (passible de 5 ans d’emprisonnement et de 375000 euros d’amende !) et violation du secret professionnel (un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende !) à la suite d’une plainte déposée par l’entreprise TEFAL. Après avoir été décrédibilisée, isolée, humiliée et mise sous pression par sa direction à la demande de (...)

  • Reprenons le chemin de la lutte

    Reprenons le chemin de la lutte

    La dernière convention de l’assurance chômage (Unédic) signée en mars 2014, rogne encore un peu plus le droit des travailleurs privés d’emplois. Le gouvernement et le Medef veulent aller encore plus loin dans la précarisation des travailleurs. Convention Unédic : ce que prévoit le nouvel accord... Un rallongement du délai de carence. Dans le cadre d’une rupture de contrat de travail, le délai de carence passe de 75 jours maximum, avant que le salarié puisse toucher ses premières indemnités, à 180 (...)

|