Un syndicalisme autogestionnaire et sans permanent

Accueil > Boîtes en lutte > Sections syndicales > Journaux officiels > Lettre du préfet à la DJO

Section SIPM-CNT Journaux officiels

Lettre du préfet à la DJO

vendredi 29 octobre 2004

Lettre du préfet à la Direction des Journaux officiels du 28 octobre 2004

Les gardiens peuvent sentir sur leur cou l’acier froid de la guillotine... Externalisés ? Pas externalisés ? Sachant ce que signifie l’externalisation :
- quelles que soient les promesses, assurance de détérioration rapide des conditions de travail et des salaires ; pression aux anciens salariés pour accepter les nouvelles conditions ou ils sont poussés vers la sortie : à la place, recrutement de gardiens sous-payés, souvent intérimaires ou précaires ; et, surtout, isolement des salariés des JO, fin de la solidarité avec eux.

Remplacements : comme le reconnaît le préfet, la « méthode empirique actuelle » permet :
- de faire poireauter les services en attendant que le remplacement soit validé par la hiérarchie, s’il l’est ;
- de valider les remplacements à la tête du client. En termes juridiques, la « méthode empirique », c’est la lettre de cachet de la royauté absolue : au bon vouloir du chef ; contre quoi s’est constitué le Droit (en l’occurrence ce pourrait être la note de service demandée par les représentants du personnel, qui fixerait les règles applicables pour les remplacements), attaché à la République, que les JO publient chaque jour...