Nassar Ibrahim et Majed Nassar sont tous deux Palestiniens, l’un est journaliste, l’autre est chirurgien. Ils vivent à Beit Sahour en Cisjordanie. Sur un temps long de plusieurs années, ils ont écrit ces quatorze nouvelles, soit en langue arabe, soit en langue anglaise, et pour la première fois traduites en français.

Fiction ou pas ? Peu leur importe. Que ce soit l’histoire d’un chien enchaîné, harcelé par le même berger pendant des mois, qui parvient enfin à s’enfuir, ou celle d’un chirurgien qui cherche son fils de dix ans à travers les rues de Beit Sahour en plein couvre-feu, ces textes livrent des bribes du quotidien de Palestiniens évoluant sous l’ombre toujours grandissante de l’occupation et de son mur.

Malgré la gravité de certains récits au goût amer et funeste, le pathos n’y a pas sa place : on peut s’émouvoir, être révolté tout en partageant soulagement, sourires, complicité et même, parfois, espoirs.

Un quotidien qui soulève des réflexions dépassant largement la question palestinienne : montée de la haine, enfermement et solidarité.

Télécharger le communiqué de presse


http://www.cnt-f.org/editionscnt-rp/seulement-10-metres-nouvelles-de,170