Accueil > La revue > Nouveautés lecture > Lectures jeunesse > Un homme est mort, Kris et Etienne Davodeau,

Un homme est mort, Kris et Etienne Davodeau,

vendredi 19 février 2010, par Greg

Mort d’un manifestant

Avril 1950, la ville de Brest est en pleine reconstruction. Les ouvriers travaillant sur les chantiers se mettent en grève pour de meilleurs salaires ainsi que les dockers, les traminots et les ouvriers de l’arsenal. Lors d’une manifestation, Edouard Mazé, un militant CGT, est tué par la police.
René Vautier (le cinéaste qui tournera plus tard Avoir vingt ans dans les Aurès), est invité par la section locale de la CGT à filmer le mouvement des grévistes. Il tourne alors un film de 12 mn qu’il projette de chantier en chantier avec des moyens précaires, aidé de deux militants, P’tit Zef et Désiré. La bande-son est constituée d’un poème de Paul Eluard, écrit à la mémoire de Gabriel Péri et lu par le réalisateur. Le film, après avoir été visionné 150 fois casse et disparaît complètement.
Cette BD est l’histoire de ce film. Elle a nécessité quatre ans de travail entre les recherches documentaires, l’écriture du scénario et les dessins. Elle est le fruit d’une aventure collective puisque des témoins de l’époque, des historiens, des cinéphiles ont apporté leur contribution. C’est un hommage au mouvement ouvrier, à René Vautier, à Paul Eluard. Une puissance et une grande émotion en ressortent. Comme le dit un des personnages de la BD : « ça donne envie de pleurer et ça donne envie de se battre ».

Un homme est mort, Kris et Etienne Davodeau, Futuropolis, 2006, 63 p. + 14 p., 15 €

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0