Accueil > Tous les numéros > N°14 - Au ban de l’école > Téléchargez le numéro 14 : " Au ban de l’école "

Téléchargez le numéro 14 : " Au ban de l’école "

hiver 2006/2007

mardi 13 février 1996

ÉDITORIAL : Quelques notes sur les marges

L’ÉCOLE N’EST PAS OBLIGATOIRE (l’instruction l’est) mais la très grande
majorité des enfants séjournant en France est scolarisée et la plupart dans des établissements publics. Ces établissements sont tenus d’accueillir tous les enfants relevant de leur secteur et ceux qui leur sont imposés par les rectorats. La représentation, héritée à tort de la Troisième République, d’une école égalitaire et fraternelle est malmenée par la mise en évidence de la reproduction des inégalités d’une part, et par l’impossibilité d’offrir toutes leurs « chances » (certains ironisent : au grattage ou au tirage ?) à tous les enfants.
Inapte à proposer à tous une formation « adaptée » à chacun, l’école, avec des stratégies diverses, peine à prendre en compte ceux qui ne répondent pas quand on les interroge, qui n’écrivent pas sur les lignes, qui remplissent les marges, ceux dont les réactions ne sont pas prévues dans les programmes, dont le profil ne s’ajuste pas au prototype. Que ce prototype de l’élève soit mesuré selon l’étalon en platine iridié ou selon la longueur du trajet parcouru dans le vide par la lumière pendant une durée de 1/299792458 s nous importe peu. Nous avons voulu savoir ce qui se passe quand l’école, avec son arsenal de tests et de critères d’admission, de selection, d’affectation, d’orientation – autant de serpents qui sifflent sur nos têtes –, prétend intégrer les étrangers, (ré)éduquer les a-scolaires (que nous appelons « échecoliers »), quand il est de mise de concilier socle commun et respect des particularités, des rythmes, des croyances, des sensibilités.
Avec la certitude que la bonne réponse à une question n’est pas forcément la réponse le plus souvent donnée, et que le droit à la différence contient souvent un cadre ou une norme implicite, nous avons interrogé l’école à partir de ses marges. Nous avons observé les conditions de travail faites tant aux élèves atypiques qu’aux personnels qui les prennent en charge et constaté, dans un aperçu malheureusement très restreint de ce que nous continuerons à explorer, que c’est, malgré les limites et les contraintes de toute action dans un système hiérarchisé et coercitif, dans les parties obscures de ce système que s’expérimentent
des pratiques éclairées : là où l’universalisme des Lumières n’occulte
pas la singularité.

Nicole Chosson, pour le comité de rédaction

SOMMAIRE

DOSSIER

I - Intimes étrangers

06 Une semaine en cla

09 Étrangers, ne nous laissez pas seuls

11 Ma, ta, sa langue

13 Entretien : les États généraux du FLE-FLS

II - « échecoliers »

16 Classes relais : de la poudre aux yeux ?

18 Au coeur d’une classe relais

20 Une classe d’enfants du voyage

23 Autre école, autre regard

25 Sois-jeune et ferme-là !

III - École « normale »

28 Pédagogie et précarité

30 Contrat d’avenir radieux

31 Homophobie scolaire

CLASSIQUES

33 Albert Thierry, le refus de parvenir

LECTURES

37 Livres, brochures et revues

39 Littérature jeunesse

ENTRETIEN

40 L. Lebars : la fédération unitaire de l’enseignement

VIE DE LA RÉDAC’

42 Appel à contribution

42 Courrier des lecteurs et lectrices

43 Anciens numéros et bulletin d’abonnement

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0